Réaction des femmes aux hommes : découverte de cellules responsables de l’excitation

Réaction des femmes aux hommes : découverte de cellules responsables de l’excitation

Qu’est-ce qui nous pousse à entreprendre une action associée à la douleur ou à nous exprimer même au risque d’être condamné? Des neurobiologistes de l’université Emory à Atlanta ont découvert deux zones du cortex dont l’activité neuronale est liée à la prise de décisions – avant tout dans le cortex préfrontal ventromédian (vmPFC).

En recourant à l’IRM fonctionnelle, les chercheurs de l’université Emory à Atlanta (USA) ont montré que le vmPFC évaluait clairement les risques connus, tandis que les cellules nerveuses de la seconde zone du cortex étaient liées à l’évaluation des risques inconnus, s’interroge jeudi le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Les résultats de cette étude topographique du cerveau ont été publiés dans la revue scientifique PNAS. Dans la conclusion de leur article intitulé «Les réseaux corticaux d’évaluation subjective des attentes et le comportement lié au fait de devoir accomplir des efforts pour atteindre un but», les auteurs écrivent que les neurones vmPFC codent la récompense attendue avant l’obtention de toutes les informations. Ce qui confirme la justesse du fameux proverbe «les yeux ont peur, mais les mains agissent».

Le sentiment de satisfaction qui survient avec l’obtention d’une récompense est généré par les cellules nerveuses avec un récepteur de protéine de dopamine sur leurs enveloppes qui forment un noyau attenant. La dopamine est un dérivé de l’acide aminé tyrosine. Un autre acide aminé, la glutamine, est l’un des principaux générateurs d’excitation dans le cerveau.

Pour découvrir le lien entre l’activité des cellules de l’amygdale et les autorécepteurs de sérotonine assurant la modulation de l’activité de ses propres neurones, les auteurs d’un article pour la revue Neuroimage ont utilisé l’IRM fonctionnelle et la tomographie par émission de positons (TEP). Durant une étude, des visages avec différentes expressions émotionnelles ont été présentés à 31 volontaires et, à titre de référence, de simples figures géométriques. La TEP a permis de déterminer l’impact de la sérotonine sur les autorécepteurs des cellules de l’amygdale.

A l’aide d’électrodes introduites dans l’amygdale, les physiologistes y ont découvert des cellules unimodales et multimodales qui s’excitaient sélectivement face à différentes expressions du visage humain. La neuro-imagerie a permis de constater le déclenchement de cellules de l’amygdale en réponse non seulement aux visages menaçants et tristes, ce qui était attendu, mais également heureux — ce qui était une surprise. Comme a été confirmé le rôle de neurones de sérotonine du noyau dorsal dans le traitement du spectre des images négatives et positives et de leur impact sur le sentiment de satisfaction et le comportement émotionnel.

Pour valider cette conclusion, des chercheurs britanniques et américains ont démontré que les femmes réagissaient non seulement aux longues jambes des hommes, mais également à leur expression du visage, mais indirectement. Dans l’article «Le choix du partenaire est copié sur l’apprentissage social commun», les spécialistes indiquent que les femmes trouvaient les visages masculins plus attirants s’ils étaient mieux notés par leurs amies ou d’autres femmes. Ainsi, les participantes à l’expérience se sont retrouvées sous influence sociale même dans un processus, à première vue, aussi intime et personnel que le choix de partenaire.

Source: https://fr.sputniknews.com/presse/201810041038373970-femmes-hommes-reaction/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.