Recensement général de la population: Mabri avoue enfin l’échec de l’opération | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France | Recensement général de la population: Mabri avoue enfin l’échec de l’opération eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France
Recensement général de la population: Mabri avoue enfin l’échec de l’opération

Recensement général de la population: Mabri avoue enfin l’échec de l’opération

Le ministre d’etat, ministre du Plan et du Développement, Albert Mabri Toikeusse, a reconnu,hier, devant la presse, à l’auditorium de l’immeuble sciam à abidjan-Plateau, que le mot d’ordre de boycott lancé par le fpi a eu une incidence sur l’opération de recensement général de la population, la rendant ainsi entachée de toute crédibilité.

Une déclaration qui a sonné comme un aveu cinglant d’échec du RGHP 2014.

Autour du thème : «Recensement général de la population et de l’habitat 2014 : quels enjeux dans le développement de la Côte d’Ivoire ?», le bilan à mi-parcours dressé par l’émissaire du gouvernement conforte ce constat. «Les chiffres varient d’une zone à une autre. A ce jour, je ne dispose pas de tous les éléments pour dresser un tableau chiffré à jour. A Abidjan, par exemple, le niveau de l’opération se situe entre 10% et 70%. A l’intérieur du pays, il y a d’énormes difficultés. Beaucoup de ménages refusent de se faire recenser alors que c’est une obligation inscrite dans les textes. Le mot d’ordre de boycott a renouvelé les sentiments de 2011, et la peur gagne tout le monde. D’où les mesures prises par le gouvernement pour essayer d’amener certains (la direction du Fpi, ndlr) à la raison. Pour l’évaluation du Pnd, il nous faut des chiffres crédibles. Les préparatifs du Pnd 2016-2020 démarrent en juin prochain. Et le recensement sert à cela. Ce n’est pas un recensement électoral. Ce n’est pas l’identification. Perturber le recensement, c’est faire mal à la Côte d’Ivoire et aux populations qui ne pourront pas bénéficier d’infrastructures qui leur sont destinées», a-t-il dit avant d’évoquer également des problèmes, à la fois, techniques et opérationnels constatés sur le territoire national.

Notamment la nonmaîtrise des appareils par certains agents, accès difficile à certaines zones, absence d’électricité pour recharger les batteries. «Dans le principe, le recensement se fait entre 40 et 60 jours. Nous avons opté pour 30 jours. Nous allons faire le point à l’issue des 30 jours. Nous allons mener l’enquête post-censitaire dans la dernière semaine de mai pour vérifier le degré de crédibilité de l’opération. Le corps préfectoral nous fait remonter des rapports. Nous aviserons», at-il dit.

Mabri Toikeusse affirme que l’opération ne peut être ni arrêtée ni décalée, car cela aura des incidences sur le budget.«En 2006, il était à 10 milliards FCFA. Il ne sera pas à moins de 15 milliards FCFA, cette année», a-t-il soutenu. Pendant deux heures d’horloge, le ministre mabri toikeusse n’a pu battre en brèche les doutes légitimes de l’opposition, principalement du fpi, sur les objectifs réels de ce recensement. Parce que le gouvernement ouattara n’a pas eu recours à un recensement pour définir le Pnd 2012-2015 dont il cherche désespérément le financement.

J-S Lia

Source: Notre Voie

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.