Réconciliation nationale : Ce que Ahoussou Jeannot a dit à Abel Naki | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Réconciliation nationale : Ce que Ahoussou Jeannot a dit à Abel Naki

Réconciliation nationale : Ce que Ahoussou Jeannot a dit à Abel Naki

Poursuivant sa visite de travail avec les autorités politiques ivoiriennes, le président fondateur du Cri panafricain a eu une rencontre ce jeudi 25 septembre 2014 (14h30 à 16h) avec le premier ministre Ahoussou Jeannot, par ailleurs chargé du dialogue politique entre le gouvernement ivoirien et les partis politiques de l’opposition.

« Je suis venu vous faire part de ma volonté de contribuer à la réussite du processus de réconciliation. Après plus de 3 ans de manifestation dans les rues de Paris, il était temps que nous venions sur le terrain pour toucher de près les réalités. Le cri panafricain est un parti politique qui veut jouer sa partition dans le processus de réconciliation » a introduit Abel Naki. Avant de poursuivre « nous savons que c’est vous qui conduisez le dialogue avec l’opposition pour le compte du gouvernement. Finalement où en sommes-nous avec la réconciliation » a-t-il interrogé. Et de proposer : « Nous au cri panafricain, nous pensons que le pays s’en sortira après l’organisation d’une conférence nationale souveraine du pardon et la création d’un haut commissariat aux réfugiés piloté par l’opposition et enfin avec la libération des prisonniers politiques ici en Côte d’Ivoire, la libération de Simone Ehivet Gbagbo, la libération du président Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé ».

Prenant la parole, le premier ministre Ahoussou Jeannot a salué le retour au pays du leader de la résistance ivoirienne de France. «  C’est bien que vous reveniez en Côte d’Ivoire. La côte d’Ivoire appartient à tous les ivoiriens. Il n’est pas acceptable que nous l’abandonnions aux étrangers, car si on est pas là, les autres viendront prendre notre place (…) Mais est-ce la solution de créer un énième parti politique ? Pourquoi tous les partis de gauche ne se rassemblent-ils pas autour d’une seule formation politique, comme nous sommes entrain de le faire pour les partis de droite avec le RHDP » a conseillé celui qui se dit ardent partisan du retour au parti unique au sein de la droite ivoirienne. Pour lui l’exemple du Ghana qui avec deux grands partis entourés de partis satellites est entrain de réussir un modèle de démocratie doit inspirer la Côte d’Ivoire.

«  Pour les cas que vous citez, tout cela peut se faire si le FPI revient à la table du dialogue. Pour ce qui est de vos solutions de sortie de crise, il faudra me faire parvenir par écrit tout cela, et je vous dirai point par point ce qui a été déjà fait et ce qui reste à faire » a-t-il conclu.

Il faut noter que la délégation du Cri panafricain était composée de son président Abel Naki et de ses collaborateurs, Emmanuel Veh, Parfait Coulibaly, Charles vabé Adrien et Lata Boni. Enfin, comme si les deux hommes se connaissaient sans s’être vu, le premier ministre Ahoussou Jeannot très détendu s’est prêté aux jeux des revendications et doléances du cri panafricain qu’il dit suivre de près via les réseaux sociaux.

Philippe Kouhon (Africa Tv)

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.