Réforme constitutionnelle : la leçon magistrale du Professeur Francis Wodié (Audio)

Sur invitation de l’Association des étudiants juristes de Côte d’Ivoire, le Professeur Francis Wodié a animé une conférence publique sur le processus de réforme constitutionnelle en Côte d’Ivoire. Les étudiants, acteurs de la société civile, politiciens et hommes de lettres ont pris un agréable plaisir à écouter le constitutionnaliste émérite.

L’amphithéâtre E de l’UFR des Sciences juridiques, administratives et politiques de l’Université de Cocody a refusé du monde ce 02 juin à l’occasion de la conférence publique animée par le Professeur Francis Wodié. « Les enjeux de la révision constitutionnelle et de l’établissement d’une constitution » était le thème retenu pour cet échange qui a réuni un beau monde. C’est toujours un plaisir d’écouter le Professeur Francis Wodié, un homme, qui en plus d’être versé dans le droit développe des arguments bien construits pour aboutir à des évidences claires et irréfutables sur la base des textes de loi dont la République s’est librement dotée. Voici l’intégralité de son intervention, une contribution pour éclairer les uns et les autres sur les véritables enjeux de la réforme constitutionnelle.

Visiblement les rendez-vous visant à éclairer le peuple de Côte d’Ivoire sur les questions d’actualité ne sont pas du goût des certaines personnes qui se sont signalés. Au moment où l’assistance était captivée par le grand oral du Professeur Francis Wodié, une bande de casseurs s’est invitée aux alentours de l’amphithéâtre E de l’UFR des Sciences juridiques, administratives et politiques de l’Université de Cocody. Des vitres de l’amphithéâtre ont été brisées par ces individus non-identifiés. La série des questions-réponses a été perturbée alors que le Professeur Francis Wodié était encore dans l’amphithéâtre. Les étudiants de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) ont pu repousser les casseurs. Ces derniers ont formé un cordon de sécurité. La Police est intervenue pour disperser la foule à coup de gaz lacrymogène. Dans le tumulte de la panique, la rumeur a fait état d’une « attaque » diligentée par les étudiants membres de l’Association Générale des Etudiants et Elèves de Côte d’Ivoire (AGEECI). Il n’en est rien, les agresseurs mis en déroute par la FESCI étaient tout sauf des étudiants !

Source: GTJEUNES

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE