Refusé et combattu dans d’autres pays: Et si les factures d’électricités élevées sont dues à la nature même du nouveau compteur numérique de la CIE?

Refusé et combattu dans d’autres pays: Et si les factures d’électricités élevées sont dues à la nature même du nouveau compteur numérique de la CIE?

Dans le soucis d’instaurer la confiance avec ses clients, la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) avait décidé d’initier un comptage électronique de la consommation pour éviter les plaintes. Ce comptage électronique devait se faire grâce à l’introduction du compteur électronique tertiaire (appelé communément compteur Linky), comme ce fut le case en France.

L’objectif fixé était vraissemblablement d’atteindre un niveau de fiabilisation élevé de la facturation en réduisant les erreurs de relevé et de saisie. En somme, le compteur électronique conduirait, selon la CIE, à produire une facture calculée sur la base de la consommation réelle. Avec le compteur électronique, la CIE promettait également à ses clients l’amélioration du délai de mise à disposition de la facture au client, la surveillance de la qualité du produit, le suivi des consommations par le client (ce qui devait conduire à réduire la consommation d’énergie)…

Le compteur électronique ne sert pas l’intérêt des petits consommateurs

Théoriquement, en suivant les dépenses électriques de manière détaillée, le compteur électronique devrait aider à démasquer les comportements énergivores afin que le client réduise le gaspillage. Pourtant, le constat qui se dégage des réactions des clients en Côte d’Ivoire par rapport aux montants de leurs factures c’est que la fiabilisation de la facturation reste à désirer. Les consommateurs ne semblent pas reconnaître la relation entre la consommation effective et celle présentée sur leurs factures.

On sait par exemple que la CIE est contrôlée par un fonds d’investissement (ECP via Eranove) dans lequel les Bouygues ont une place importante. Les Bouygues sont par ailleurs producteurs indépendants d’électricité et fournisseurs de gaz. A tout ce conglomérat, l’Etat de Côte d’Ivoire a donné la garantie de sécurité pour leurs investissements. En termes clairs, cela veut dire que la CEI rémunère Bouygues deux fois (en tant que producteur d’électricité et fournisseur de gaz, puis en tant qu’investisseur). Si après avoir rémunéré ses fournisseus, la CEI réalise un déficit financier, c’est à l’Etat ivoirien d’éponger ce déficit. Pour le faire, l’Etat ivoirien se tourne donc régulièment vers les consommateurs en introduisant des taxes diverses et en augmentant les prix. La dérive des tarifs constatés peut donc s’expliquer par le fait que le coût de l’investissement engagé par la CIE ait été reporté sur le consommateur via notamment une hausse de la taxe d’utilisation des réseaux publics d’électricité. Ce principe d’augmentation des prix a d’ailleurs été décidé par le FMI.

Il faut toutefois souligner qu’au-delà de l’aspect technique savamment monté pour reporter les dépenses d’investissement sur les factures du consommateur ivoirien, la flambée des prix est également imputable à la spécificté même du nouveau compteur numérique. En effet, il est important de savoir que le fameux compteur électronique mesure l’énergie apparente (correction du déphasage), soit 10 à 20 % en plus pour ceux qui utilisent des appareils domestiques avec moteurs électriques : réfrigérateur, aspirateur, lave-linge, lave-vaisselle, robots ménagers, sèche-cheveux, rasoir électrique, perceuse, tondeuse, ventilateur, etc.

Les ampoules basse-consommation fluocompactes ont un Cosinus Phi de 0,5. Le compteur électronique, qui mesure la consommation réelle, va doubler la consummation mesurée, et donc la facture d’éclairage. Les exemples existent qui corroborent la thèse de l’augmentation de la facture.

Au Québec, où 9 millions de compteurs électroniques ont été installés, toutes les factures ont augmenté. En Allemagne, sur la base des conclusions d’un rapport d’étude du cabinet Ernst & Young, le déploiement du compteur électronique de type 3kVa a été rejeté. En effet, l’étude ménée par le abinet Ernst & Young a conclu que ce type de compteur ne sert pas l’intérêt des petits consommateurs.

Il faut également noter qu’au-delà des conséquences économiques négatives pour le ménage, le compteur électronique a des impactes néfastes sur la santé des ménages.

Les effets des radiofréquences du compteur électronique représentent un danger pour la santé

Pour rendre son compteur électronique communiquant, la CIE est obligée de modifier le courant électrique 50 Hz en y injectant sur sa porteuse un signal radiatif de type CPL en kHz (radiofréquences) qui va irradier tout le réseau Basse Fréquence du territoire, ceci jusque dans les appartements par le maillage des câbles électriques des immeubles. Or ces radiofréquences sont officiellement reconnues « potentiellement cancérigènes » (catégorie 2B) par l’OMS.

Les effets des radiofréquences du compteur électronique représentent un danger pour la santé Refusé et combattu dans dautres pays: Et si les factures d’électricités élevées sont dues à la nature même du nouveau compteur numérique de la CIE?

Des études montrent que en injectant ces radiofréquences dans tous les cables électriques, encastrés ou non, et dans les appareils, non prévus pour cela, le compteur électronique peut également provoquer des incendies, ainsi que des pannes à répétition : ordinateurs, télévisions, et matériel professionnel.

Ces radiofréquences, ré-émises dans toutes les pièces des logements, y compris dans les chambres, vont perturber le sommeil.

En août 2008, les chercheurs américains Samuel Milham et Lloyd Morgan ont publié dans l’American Journal of Industrial Medecine une étude mettant en évidence une augmentation significative du nombre de pathologies cancéreuses chez les enseignants dans un établissement californien équipé de compteurs communicants (« smart meters » en anglais).

Selon l’étude de Milham et Morgan, le risque de cancer corrélé spécifiquement avec l’exposition aux radiofréquences émises par les smart meters avait augmenté de 21 % pour une seule année de présence, tandis que le niveau d’exposition aux champs magnétiques de basse fréquence, considéré isolément, était sans incidence.

Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.