Région de l’Agnéby-Tiassa: Des habitants dénoncent le mépris du maire de la ville de Tiassalé

Région de l’Agnéby-Tiassa: Des habitants dénoncent le mépris du maire de la ville de Tiassalé

Le département de Tiassalé est un endroit bien particulier. Est-ce à cause de son caractère composite ? Les populations jasent aussi bien dans la commune que dans les villages. Nous rapportons quelques échos.

1- Le mépris du maire de la ville de Tiassalé

Avant les élections, le candidat à la mairie se faisait tout petit, tout doux, tout innocent, humble, serviable à vous lécher le cul, un peu comme dans la nature de tout intrigant. Au finish, il est élu dans des conditions contestables, dit-on, d’autant qu’on parle d’importation d’électeurs hors zone de la compétence de la commune. « Maintenant qu’il est élu, l’enfant-là, il nous prend pour en-bas de chaussures », se plaignent des habitants, surtout ses électeurs. En effet, à présent que les populations l’ont porté au pinacle, il ne nous calcule plus, soutient-on. Il les traite pour moins que rien, raconte-t-on à loisir dans les salons. La salle de mariage de Tiassalé est un poulailler puant qui ne mérite pas qu’il s’y marie. Il délocalise la cérémonie à Cocody, ça fait plus classe.

Devant l’effarement des populations, ne croyez pas que le maire va faire profil bas et amende honorable. Bien au contraire, monsieur monte sur ses grands chevaux là où un homme de bon sens aurait présenté ses excuses à la population. Ecoutons-le plutôt : « Je sais que les haineux, les ignorants et les insulteurs publics n’ont pas la capacité de lire un texte de plus de 140 caractères. Ils se contentent de commenter des photos… ». Il fait ensuite la liste de ses réalisations pharaoniques et enfonce le clou : « … Alors, devant tout ça, le reste n’est que débats puériles pour personnes qui ne savent pas ce que c’est qu’avoir des responsabilités… ». Pourquoi le maire se met-il tant en colère, s’interrogent les populations même s’il est vrai qu’un mariage relève de la vie privée ? De milliers personnes se marient chaque jour et nul ne s’en plaint. Pourquoi justement lui ? Ne feignons pas d’ignorer qu’un maire est un homme public. Et une dame de suggérer : « Au lieu d’insulter les populations, le maire de Tiassalé devrait humblement présenter ses excuses à ses électeurs.

2- Direction Morokro-village

Nous y étions, le temps de la Pentecôte, le dimanche 09 juin 2019. Là-bas aussi, les populations sont amères. Les travaux de la construction du collège de la sous-préfecture sont arrêtés sur ordres de Dimba Pierre, nouveau président du conseil régional de l’Agnéby-Tiassa, sous le prétexte que son prédécesseur, M’bolo Nando Martin, ne l’avait pas budgétisé. Où va la continuité de l’Etat ? On rapporte que c’est une affaire dénomination du collège qui pose problème. En attendant, le rêve d’un collège à Morokro n’est pas pour demain. Au sein du village, c’est la gestion chaotique du chef, vomi par les Morokrofouôh et imposé par l’administration, qui devient symptomatiquement critique. Il existe au moins deux (2) fumoirs à Morokro-village bien localisés. Au su et au vu de la chefferie. On décrie aussi la gestion de la sous-préfète. Voilà plus d’un an que par courrier, elle a suspendu la distribution des lots du lotissement du village. L’insalubrité règne partout. La chefferie empêche le nouveau bureau de la jeunesse de fonctionner. Le village de Morokro va-à-vau l’eau !

Pour l’heure, la seule personne qui inspire confiance, espoir et espérance dans le département, selon plusieurs sources, c’est le juge-président du tribunal de Tiassalé, Liadé Willis, car pour lui, grands ou petits, tous sont égaux devant la loi.

Kpandjin Kéhé

A Tiassalékro

Dimanche 16 juin 2019

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.