René Diby: «Tout le monde sait que Laurent Gbagbo est mon ami…» | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France René Diby: «Tout le monde sait que Laurent Gbagbo est mon ami...»
René Diby: «Tout le monde sait que Laurent Gbagbo est mon ami…»

René Diby: «Tout le monde sait que Laurent Gbagbo est mon ami…»

Vous soutenez que vous êtes ami au Président Gbagbo. Peut-on en savoir un peu plus sur vos liens amicaux ?

Tout le monde sait que Laurent Gbagbo est mon ami et Laurent Gbagbo a beaucoup d’amis en Côte d’Ivoire. La politique n’est pas une opposition systématique. Ce n’est pas parce que nous avons deux courants de pensée opposés que nous devons être ennemis. Absolument pas et ça n’a rien à avoir et c’est ce que les gens ne comprennent pas. Il y a plusieurs voies de développement, et ce n’est pas parce qu’il est opposant et qu’il dit que c’est rouge moi, je dis c’est blanc. Il faut une dualité positive. L’opposition de deux forces, que sont le Négatif et le Positif, donne une énergie aussi puissante que l’électricité.

Vous parlez de dualité positive, ce qui est d’ailleurs admis en politique. Mais il se trouve que dans cette dualité recherchée, il y a un camp qui souffre le martyr dans les liens de la détention ou en exil. Quelle en est votre lecture, en votre qualité de souverain traditionnel ?

Vous savez, ce sont les aléas de la politique sous nos cieux. Mais il y a une chose qui est primordiale. Pour qu’un pays avance, il faut d’abord que l’ordre soit rétabli et que les cœurs soient réconciliés. Il nous faut arriver à un modus vivendi qui permette que le pays avance. Nous pensons que les choses et les incompréhensions vont se tasser et ça ira.

Quel est ce modus vivendi pour vous ?

Le modus vivendi, c’est d’avoir un consensus de paix entre partis politiques et les autorités actuelles. En vue d’éviter les troubles et les violences, pour éviter les agressivités. Parce qu’il y a un seul intérêt. C’est celui de la Côte d’Ivoire et on ne se bat pas au chevet de la mère malade.

On ne se bat au chevet d’une mère malade, mais il se trouve que les acteurs qui se sont battus, il y a un en prison, à savoir Gbagbo et nombreux de ses partisans le sont aussi…

Ce sont toujours les aléas de la politique. Nous savons que le FPI (ndlr Front populaire ivoirien) a tissé une alliance avec le RDR (ndlr Rassemblement des républicains) pour dire que tout le monde a été ami à Gbagbo. Je pense qu’il nous faut prôner l’apaisement et ne mettons pas de l’huile sur le feu. La situation du pays est déjà assez sensible et nous devons aller à la paix avec tous les fils du pays réunis. Nous ne devons pas rester là à nous venger. Celui là vient et il veut se venger. Ça sera une ritournelle qui va nous noyer.

Si on demandait d’œuvrer pour la libération de votre ami Gbagbo, que feriez-vous ?

C’est mon souhait le plus ardent et je suis sûr que c’est le souhait de nombreux Ivoiriens. Nous voulons, en tant qu’autorité traditionnelle, que la paix et la réconciliation se fassent avec tous les enfants de ce pays. Ce n’est pas bien que chacun reste de son côté. Le Président Houphouët-Boigny a dit : la force, elle est intérieure. C’est celui qui sait se dépasser. Pour vous dire que vous avez le sang dans le corps, et pourtant vous lâcher de la salive blanche. Il faut d’abord la paix et trouver des conditions de paix stable. Gbagbo a été quand même Président de pays et ce sont les circonstances qui ont fait qu’il s’est retrouvé là-bas (ndlr à La Haye). Il mérite mieux.

Avez-vous un mot pour votre ami Gbagbo ?

Je dirais à mon ami Gbagbo que quand on fait la politique, il faut s’attendre à tout. Ce qu’il vit actuellement n’est qu’un épisode de la vie. Nous pensons que le Président qui est là va faire en sorte, que les choses aillent dans le sens d’une description de la situation. Nous disons même qu’il est très «chaud» pour la réconciliation. Et comme les choses ne peuvent pas se faire brusquement par un coup de baguette, nous sommes confiants. L’eau a beaucoup coulé sous le pont et les choses se tassent et nous pensons que le président est même malheureux de voir ses amis qui animent la vie politique et qui prônent être de l’autre côté.

Marcel Dezogno

Source: letempsinfos.com

One comment

  1. Ce n’est pas honnête et courageux de tels propos supposés venir d’un ami.
    Mais bon, la frilosité et le manque de conviction ont de longs jours devant eux sous les tropiques.
    Simplement dommage!

    Dr GUI TEH

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.