Réponse à Venance KONAN «Sacré FPI ?»

Réponse à Venance KONAN «Sacré FPI ?»

Récemment, M Venance Konan a publié un article intitulé « Sacré FPI ! ». Dans un style qui lui est propre il accuse pêle-mêle les Pro-Gbagbo ; Gbagbo lui-même et son parti le FPI en somme d’avoir fait de la Côte-d’Ivoire un enfer sur terre pendant la décennie de leur passage au pouvoir, mais aussi leur reproche de s’opposer aux actions de développement de l’actuel président de la République. Loin de moi l’intention de jouer les avocats du FPI, mais je juge nécessaire de livrer aux ivoiriens et au monde entier témoin de notre histoire contemporaine une autre lecture de ces faits. Avant cet exercice il est important pour mieux comprendre le contexte de ces accusations de s’attarder un peu sur la personnalité de leur auteur.

Qui est Venance KONAN ?

Venance Konan est ce Journaliste qui à la fin des années ’90 s’est fait remarquer par le fait qu’il a activement et durablement contribué par sa plume à déchirer le tissu social ivoirien par la promotion de l’ivoirité. Il en était l’un des plus zélés chantres et promoteurs. C’est donc ce Journaliste qui avec énergie, fougue, détermination et un dévouement particulier a œuvré à présenter une catégorie d’ivoiriens comme des citoyens de seconde zone, les traitant d’étrangers, de profiteurs et d’envahisseurs. C’est aussi ce journaliste sans conviction ni conscience qui lorsque son mentor Bédié était aux prises avec Ouattara s’est acharné avec une rare violence contre ce dernier le taxant de Burkinabé, de Mossi, d’usurpateur, l’accusant de faux et j’en passe. Le bilan de ses 3 années passées à la primature n’était pas en reste. Lorsque le vent de l’histoire tourne et que Bédié se réconcilie avec Ouattara et se retrouve aux prises avec Gbagbo, il retourne immédiatement sa veste, fait des louanges, des salamalecs, et toutes sortes d’éloges à Ouattara et voue Gbagbo aux gémonies. Venance Konan c’est aussi ce Journaliste qui aux lendemains de la crise post-électorale ivoirienne a hérité de Fraternité matin le quotidien gouvernemental comme butin de guerre, non sur la base de ses compétences, mais sur la base de sa loyauté à son mentor. Nous vous ferons l’économie de l’état actuel de cet organe presse jadis prospère pourtant.

Ce point fait, nous pouvons maintenant en venir aux accusations de M Konan.

Ses accusations.

A travers sa sortie, M Venance Konan vient clairement à la rescousse du gouvernement ivoirien en déroute totale devant le mot d’ordre de boycott du FPI au sujet du dernier recensement général de la population et de l’habitat. Mais les questions qu’on aurait peut-être dû se poser sont les suivantes : Le succès du boycott est à mettre au crédit du FPI ou du peuple Ivoirien ? Le peuple ivoirien ne serait-il plus assez mature pour savoir de lui-même ce qui est bon pour lui ou pas ? Ce peuple ivoirien qui hier a su choisir pour son bien entre Ouattara et Gbagbo serait –il devenu subitement idiot pour se faire conduire contre ses intérêts par le FPI ? Pourquoi le peuple rejette-t-il aussi massivement ce recensement ? M Venance Konan en répondant à ces questions vous trouverez certainement les raisons du blocage.

M Venance Konan, Le FPI en 2014 comme en 1994 ou en 1984 joue pleinement son rôle d’opposition démocratique et use de tous les moyens à sa disposition: Meeting, Sit-in, Boycott, Critiques, Propositions…Lui au moins ne prend pas les armes pour empêcher M Ouattara de gouverner le pays, lui au moins n’a pas décidé de rendre le pays ingouvernable comme certains opposants il y’a quelques temps, lui au moins ne massacre pas les ivoiriens à la bombe, ne casse pas les banques, n’entretient pas une rébellion armée, un gouvernement parallèle. Lui au moins ne va pas se cloitrer dans un hôtel pour lancer des embargos sur les médicaments destinés aux pauvres ivoiriens, appeler des armées étrangères à venir décimer les ivoiriens. Si toutes les oppositions ivoiriennes avaient été semblables au FPI, le pays ne serait peut-être pas aussi défiguré qu’il est aujourd’hui.

M Venance Konan, l’administration actuelle de la Côte-d’Ivoire est quasi mono-ethnique avec quelques rares exceptions comme vous. L’actuel chef de l’Etat a élégamment revendiqué et baptisé cette pratique « Rattrapage ethnique ». Un concept jamais vu même dans les Etats les plus rétrogrades de notre planète. Le critère de sélection devient l’appartenance à la tribu, au clan, à la famille et non plus la compétence. Ce n’est que dans une telle administration que vous M Konan pouvez être cadre ? A l’époque de Laurent Gbagbo, les aigrefins, les incompétents, les tricheurs, les médiocres, comme vous les nommez n’avaient pas pignon sur rue dans l’administration ivoirienne comme c’est le cas de nos jours. Est-ce pour cela que vous n’avez pas pu y prospérer, et que vous lui gardez encore dent aujourd’hui ?

M Venance Konan, les routes sont refaites, les ponts construits, les universités réhabilitées au quadruple de leur valeur réelle. La corruption, le vol, le clientélisme, les détournements de deniers publics eux aussi ont quadruplé. Vous endettez sur plusieurs générations, la Côte d’ivoire pour construire à la va vite quelques infrastructures dans l’espoir d’acheter dans le cœur des ivoiriens, cette légitimité que vous enviez tant à Laurent Gbagbo. Allez y construisez les routes puisque vous avez empêché par les armes les autres de le faire pendant dix ans. Mais à qui appartient le cœur de l’épouse à l’époux ou au violeur offreur de présents ?

M Venance Konan, la côte d’ivoire connait une forte croissance certes, mais le chômage aussi connait une forte croissance, la pauvreté aussi connait une forte croissance, la cherté de la vie aussi connait une forte croissance, Les inégalités connaissent aussi une forte croissance. La corruption aussi connait une forte croissance…vous trouverez certainement aussi les mots pour expliquer ces curieux paradoxes à vos concitoyens.

Augustin Armel MINKA

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE