Reprise du procès de Simone Gbagbo: Maître Dadjé, son avocat, dénonce un proces politique où 95% des jurés viennent du Nord

Le procès de Simone Gbagbo poursuivie pour crimes de guerre et crime contre l’humanité a débuté le 09 mai 2016. Madame Gbagbo est arrivée toute souriante sous des ovations du public présent au palais de justice aux environs de 11h30 GMT, moins d’une demi-heure avant l’ouverture solennelle de la première session de la Cour d’assises pour l’année 2016. Elle était vêtue d’un ensemble rouge aux motifs dorés. Quelques heures seulement après le début du proces, le juge a décidé de le reporter au 31 mai prochain,  à 9h GMT au palais de justice d’Abidjan situé dans la commune du Plateau.

Simone Gbagbo Reprise du procès de Simone Gbagbo: Maître Dadjé, son avocat, dénonce un proces politique où 95% des jurés viennent du Nord

Avant de reporter le procès, la défense de madame Gbagbo a demandé à exercer son « droit de récusation » par « souci d’équité ». Car parmi « ceux que nous avons choisis, certains sont absents. (…) Nous nous posons des questions », soutient Maître Dadjé, l’un des avocats de l’ex première dame Simone Gbagbo. Et de poursuivre « L’année dernière, des jurés ont été obligés d’écrire pour dire qu’ils subissaient des pressions et qu’ils se désistaient …. Comment quatre jurés qui ne se connaissent pas ont pu  se retrouver pour faire un seul courrier et le signer », s’est-il interrogé. « Cette année, ils ont été plus subtils, les jurés ne se sont tout simplement pas présentés », ce qui, selon Maître Dadjé, montre qu’il y avait nécessité de procéder à un tirage au sort sur une liste préétablie afin de remplacer des jurés titulaires et suppléants qui manquaient à l’appel. Toute chose qu’a objecté l’avocat général, Maître Yaboh, ajoutant que le parquet « n’a pas pu mettre la main sur ceux qui sont absents ».

Maître Dadjé a par ailleurs mis en cause l’impartialité du jury dont la majeure partie des membres est originaire du Nord de la Côte d’Ivoire: « a liste des jurés pour les sessions 2016-2017-2018 est composée à 95% de personnes issues du Nord, alors que Mme Gbagbo est poursuivie pour avoir fait tuer des gens issus du nord », a-t-il dénoncé.

Le juge Bouaki Kouassi étant, visiblement du même avis que l’avocat général, a tout simplement refusé d’accorder le droit de récusation à la défense de Simone Gbagbo.

Rappelons que l’ex première dame, qui fait l’objet d’une précédente condamnation pour atteinte à la sureté de l’Etat, est poursuivie pour crimes de guerre et crime contre l’humanité. Simone Gbagbo est également réclamée pour le même chef d’accusation à la Cour pénale internationale (CPI) où son époux Laurent Gbagbo est détenu depuis le 29 novembre 2011.

Eburnienews.net

 

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.