Requiem pour un symbole, le Professeur Christophe WONDJI (Par Bertin KADET)

Requiem pour un symbole, le Professeur Christophe WONDJI (Par Bertin KADET)

Un aîné m’a appris, ce matin, la nouvelle de la disparition le 01 octobre 2015 à Paris, de Christophe WONDJI. Comme beaucoup de cadres ivoiriens morts dans les conditions similaires, Christophe WONDJI est mort en exil, suite à la crise post-électorale de 2010-2011, loin de la Côte d’Ivoire, son pays qu’il a servi durant toute sa vie.

Je m’incline respectueusement devant sa mémoire, et j’exprime ma compassion à son épouse, ses enfants, ainsi qu’à sa famille. Je présente également mes condoléances à la communauté universitaire et scientifique de Côte d’Ivoire, qui perd un de ses éminents membres.

Le Professeur Christophe WONDJI fait partie de la génération des historiens qui font la fierté de notre pays et de l’Afrique. Il a enseigné à l’université d’Abidjan où il a contribué à former de nombreux cadres devenus nos maîtres dans les sciences historiques. Il a également servi l’UNESCO, à Paris.

Je l’ai personnellement pratiqué à la Présidence de la République, alors qu’il était le Conseiller du Président Laurent Gbagbo. Je savais le grand-frère souffrant depuis quelque temps, mais malgré la douleur, il n’hésitait pas à faire le chemin, à pieds, depuis son bureau, pour venir me voir dans le bâtiment des Conseillers. Pourtant, un appel téléphonique aurait suffi pour que je coure jusqu’à lui. Il m’est arrivé, à maintes reprises, de lui porter des manuscrits afin qu’il les lise et y apporte ses appréciations. C’est un homme discret, profond, et un travailleur d’une efficacité légendaire.

Un jour de janvier 2011, alors que je m’apprêtais à lui déposer un projet de texte, j’apprends qu’il est en voyage. Depuis cette date, le grand-frère et moi, nous ne sommes plus en contact jusqu’à ce que le 11 avril 2011 nous sépare définitivement. La Côte d’Ivoire n’a pas exploité tout le génie scientifique de ce valeureux historien. Je reste convaincu que l’histoire sociale qu’il a contribué à forger pour son pays, reconnaîtra la valeur du Prof WONDJI Christophe. Que son âme repose en paix, et que Dieu protège sa famille.

Bertin KADET

Accra, 03 octobre 2015

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*