Retour du FPI au pouvoir en 2020. Katinan révèle: « Ce que Gbagbo m’a confié »

Retour du FPI au pouvoir en 2020. Katinan révèle: « Ce que Gbagbo m’a confié »

Objectif 2020, pour le Front populaire ivoirien (Fpi) aux commandes de l’Etat. Telles sont la fermes consignes que Koné Katinan dit avoir reçues de Laurent Gbagbo. Lors de la visite rendue à l’otage de la Cour pénale internationale (Cpi) à La Haye, les 7 et 13 octobre 2017.

Cette information a été rendue publique par le ministre Koné Katinan, lors de la conférence-débat qu’il a animée à Paris, le samedi 28 octobre 2017, en présence de centaines de démocrates venus de toute l’Europe et d’Amérique. Dans une salle archicomble, le ministre a d’abord dépeint la vitalité du Fpi. Un parti qui ne saurait plier l’échine ni s’affaisser, dit-il, en dépit de la politique d’oppression et de répression qui s’abat sur lui depuis 2011. « Le Fpi est debout. Un rassemblement autour du Président Sangaré est sans condition », a fait savoir Koné Katinan. Avant de lever un coin du voile sur les confidences que lui a faites le président Laurent Gbagbo, au cours de cette visite.

«Ce que le Président Gbagbo m’a confié. Le Président Gbagbo nous demande d’aller unis vers 2020 », a déclaré Katinan. Non sans détailler les ressentiments éprouvés, lors des différentes rencontres entre l’hôte et le visiteur. « A la vue de Gbagbo, je ne pouvais m’empêcher de pleurer, tellement la douleur était forte », a fait savoir le visiteur qui a soutenu que la réaction de Gbagbo a été compatissante et galvanisante à son égard. « ..Ne pleure pas, sois fort, toute ma vie, je la consacre à ce combat pour la liberté de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique. Courage, ne pleure pas Katinan », a relaté Katinan, des mots forts reçus de Gbagbo.

Tout comme dans la trame de leur conversation, il a soutenu avoir signifié à Laurent Gbagbo sa joie d’être à ses côtés. Avant de lui donner les nouvelles de la vie des refugiés Ivoiriens. «Je suis très heureux de me retrouver avec toi. En effet, tout le monde va bien malgré les difficultés, les conditions dramatiques de vie dans les camps de réfugiés et la pression visant à nous expulser du Ghana », a-t–il renseigné Laurent Gbagbo. A qui Koné Katinan apprend aussi que les Ivoiriens ont découvert qu’il est « le meilleur, l’homme de paix et de partage », et que « les regrets sont le lot quotidien du peuple. La désillusion est totale dans le camp de tes oppresseurs, des pagnes Gbagbo Kafissa ont même vu le jour ». Ce sont sur ces mots emprunts d’émotions que Koné Katinan dit avoir demandé à Laurent Gbagbo d’être rassuré et de tenir bon.

Marcel Dezogno

Source: letempsinfos.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.