Révélation : la cachette de Kadhafi connue des rebelles et de l’Otan ?

Révélation : la cachette de Kadhafi connue des rebelles et de l’Otan ?

C’est le hasard des découvertes en cascade lors de la réalisation d’un autre article. D’étranges photos, révélées sur le site de vente d’un drone canadien, et qui montre semble-t-il des membres de la famille de Kadhafi, voire Kadhafi en personne, attablé sur une terrasse d’une villa, située à proximité de Misrata, l’endroit-même où on exhibera son corps après sa capture… et son lynchage. Ces photos intriguent, car elles montrent que les déplacements du dictateur semblaient particulièrement bien connus de la coalition liguée contre lui et les rebelles. Une découverte qui risque fort de mettre fin aux suspicions sur sa fin : on savait pertinemment où il se cachait, et l’intervention décidée était donc par définition une exécution programmée. L’attaque aérienne n’ayant pas obtenu les résultats escomptés, il a été exécuté sur place, une fois découvert caché dans une conduite d’eau usées. Le drone avait-il capté une de ses dernière réunions de crise, sur la terrasse d’une villa ?

La découverte de ces imagers provient d’un articile ventant les mérites d’un drone canadien, l’AV Aeryon Scout (ici à gauche) ; sur le site de son constructeur. On y explique en effet qu’en 2011, “en collaboration avec la Corporation de sécurité Zariba et le Conseil national de transition libyen, les troupes libyennes ont été formés dans le pays sur l’utilisation de l’UAV Aeryon Scout. Accueillidans la ville assiégée de Misrata, après une promenade en bateau de 18 heures à partir de Malte, un représentant de la sécurité Zariba livré un drone Scout et et a organisé une formation sur place. Avec l’artillerie ennemie atterrissage à proximité et des roquettes qui tombaient toujours sur la ville, la formation a commencé à l’aéroport de Misrata. “Après seulement un vol de démonstration, les soldats du TNC (les rebelles préparaient déjà le vol suivant”, a déclaré Charles à l’UAV sans qu’elles aient d’expérience en aviation. Il avaient besoin d’un quipement robuste, intuitif , Et le Scout livré l’a démontré avec brio”. L’engin va donc très rapidement mis à contribution, et c’est la date de sa mise en service qui nous intéresse.

la cachette de Kadhafi connue des rebelles et de l’Otan 2 Révélation : la cachette de Kadhafi connue des rebelles et de l’Otan ?C’est le mercenaire bien connu Feral Jundi, au blog passionnant, qui va nous éclairer sur son usage. “Il y a près d’un mois … un bateau de pêche avec à bord un ancien soldat canadien a apporté à la forteresse assiégée des rebelles deux petites valises emballées transportant un équipement high-tech. Charles Barlow, qui dirige une société de sécurité privée, apportait aux rebelles un drone aérien télécommandé qu’ils avaient acheté auprès d’un fabricant de robotique de l’Ontario. La mission avait été approuvé par le gouvernement canadien, qui a joué les entremetteurs, en mettant les rebelles libyens en contact avec Aeryon Labs Inc., de Waterloo, en Ontario. Avec l’entrée à Tripoli par les rebelles de cette semaine, Aeryon a révélé son rôle dans la fourniture des drones, offrant un aperçu de la façon dont les gouvernements étrangers ont discrètement dépassé le cadre des missions de bombardement de l’OTAN pour aider les forces anti-Kadhafi”. Le texte est daté du 23 aout 2011, ce qui fait remonter son arriivée fin juillet, donc, à Misrata (ci-dessous, une des captures photos du drone montrant les soldats restés fidèles à Kadhafi mettre en œuvre des canons.

Le drone n’avait que des avantages techniques, selon Jundi : “le PDG d’Aeryon Dave Kroetsch a déclaré que son entreprise a été contacté par les fonctionnaires fédéraux qui connaissaient l’intermédiaire des représentants du CNT au Canada, les rebelles cherchent à acheter leurs propres drones. “Nous avons été approchés par le gouvernement canadien. Ils étaient très conscients de notre technologie “. Les drones Predator américain survolant la Libye sont des avions armés dont l’envergure fait 17 mètres et qui sont contrôlées par des opérateurs établis aux États-Unis. Les rebelles, cependant, avaient besoin de quelque chose pour eux, plus petit, moins cher et capable de leur donner des images vidéo en temps réel. Il ya deux ans, ‘Aeryon avait développé Aeryon Scout, un micro-drone. En forme d’araignée et alimenté électriquement, les scouts pèsent seulement 1,3 kg et sont de la taille d’un parapluie ouvert. Les rebelles pourraient utiliser ses caméras pour observer les positions ennemies, et planifier les mouvements tactiques. Dans le même temps, le Scout est désarmé et classé comme un bien de consommation de sorte qu’il n’est pas lié par les règles d’exportation plus restrictives pour les produits militaires, a précisé M. Kroetsch”.

Les premiers vols ont lieu à Misrata, dans le courant du moins d’août 2011 ; donc. Or c’est fin août justement qu’Omar Kadhafi s’est décidé à quitter Tripoli, dans l’urgence la plus complète, ­affirme son plus proche collaborateur Mansour Daw. “Replié à Beni Oulid, à 170 kilomètres au sud de la capitale, Kadhafi a fait ses adieux à sa famille vers la fin du mois d’août. Un convoi avec sa femme, sa fille et deux de ses fils, inutiles au combat, s’est parti vers le sud pour atteindre la frontière algérienne. Saïf al-Islam, le fils le plus important, est resté sur place pour tenter d’organiser une résistance. Kadhafi, lui, est parti ­directement pour Syrte, escorté par Moatassem et sa garde prétorienne. « Ça faisait des mois qu’on lui disait d’abdiquer puis de quitter la Libye. Mais pas une seconde il n’a envisagé de partir. » Caché dans des maisons banales de Syrte « parce qu’il n’y avait plus de bunker », le groupe n’a plus eu aucune nouvelle de l’extérieur”.

Or dès le mois d’aoüt, le drone a commencé à rapporter de belles images de ses sorties. Au plus proche de Misrata, il est en effet tombé sur deux villas, qu’il a abondamment filmées. Si la première située presqu’en face de la mer, est ordinaire et vide, semble-t-il, lors de son passage, la seconde, un peu plus à l’intérieur des terres, va révéler une image extraordinaire. On retrouve assez vite leur emplacement sur Google Earth aidé par le paysage environnant ? La première se trouve ci-dessus (ses coordonnées exactes étant 32°25’57.47″N, 14°55’13.92″E, à une douzaine de km de Misrata seulement, à côté d’un petit port de pêche (celui de Qaryat az Zurayqi).

Le second cliché, figurant ci-dessus et nettement plus intéressant. La villa est à étage, cette fois, et se trouve adossée à deux dunes dont le nivelage à laissé un rocher à la forme bien reconnaissable et bien visible en altitude.

Le drone efficace tournant tout d’abord autour nous permet de retrouver sa situation face à la mer :

Ce qui permet aussi de la situer sur Google Earth : elle n’est qu’à 600 mètres de la première, et toujours à une douzaine seulement de Misrata. La forme du rocher laisser dans l’une des dunes aplanies, la découpe du terrain qui la délimite et le chemin d’accès à la mer ne trompent pas (depuis, on a arasé le rocher !!!). Cela se trouve bien aux coordonnées 32°25’43.76″N et 14°54’54.84″E.

Si les deux villas ne semblent pas extraordinaires en taille, le soin apporté à leur isolement et à leur protection par mur d’enceinte fait automatiquement penser en effet à des villas appartenant sinon au dictateur, au moins à ses enfants : on songe par exemple à sa fille Aïcha, qui était alors sur le point d’accoucher. C’est ce qu’ont bien compris les manipulateurs du drone Aeryon, qui demandent alors par télécommande à l’appareil de s’approcher ce jour-là davantage du batîment, qu’il filme tout d’abord sur le côté puis va même jusqu’à le survoler un instant… Rappelons qu’il est électrique, et qu’il est particulièrement silencieux et que sa caméra, en zoomant, peut apercevoir des détails intéressants. En fait de détails, l’engin va tout simplement filmer la terrasse supérieure du bâtiment, où l’on peut distinguer une coupole de réception et d’émission satellitaire, pour révéler une scène assez extraordinaire… car la villa est en effet habitée. Et pas par n’importe qui semble-t-il… l’engin va en effet prendre ce cliché :

Une image qui révèle vite un contenu fort intéressant avec quelques manipulations informatiques pour en éclaircir certaines zones et zoomer sur les personnages présents :

On y distingue en effet parfaitement une ou deux femmes voilées, l’une habillée de vert et portant voile gris, l’autre habillée tout de noir, avec autour d’elle ce qui semble bien être trois gardes, aux vêtements civils, et à leur côté deux hommes : l’un portant une chemise bleue aux manches relevées tenant l’écran d’un ordinateur portable incliné pour éviter les rayons du soleil sur l”écran et en montrer le contenu à un autre homme, aux cheveux dégarnis sur l’avant du crâne seulement et vêtu d’un costume blanc ou couleur sable. Voilà qui intrigue, car cela correspond assez à une sorte de conseil de guerre ou de préparation de fuite du clan Kadhafi presqu’au complet à ce moment-là (les trois fils se chargeant alors de rassembler les troupes encore capables de suivre la cavale du dictateur.

Car au moins d’août, Kadhafi cherche toujours à fuir… vers l’Algérie, comme l’ont indiqué des documents trouvés après sa mort comme a pu le préciser Mehdi Taileb dans Mediapart (ici à droite sa voiture après le bombardement de l’Otan) : “en dépit de ses déclarations affirmant qu’il ne quitterait jamais le territoire libyen, des informations provenant des nouvelles publications des GIFiles suggèrent le contraire : le Colonel aurait tenté de trouver l’asile au moins en Algérie. L’e-mail dont l’identifiant est 120909, daté du 1er septembre 2011 et envoyé par un employé de Stratfor (un “watch officer”, qui est le grade au-dessus d’analyste et en-dessous de directeur) à la mailing-liste interne nommée Alpha (qui comprend les analystes, les rédacteurs, et les employés de plus haut niveau) cite une source diplomatique algérienne qui aurait affirmé que Kadhafi (dont le nom de code utiilisé dans la correspondance est “Q”, initiale de Qadhafi, une autre façon d’épeler le nom) aurait tenté de trouver refuge en Algérie en contactant le président algérien Bouteflika. La source déclare que Bouteflika a ignoré les appels répétés du dictateur déchu. Elle suggère aussi que les services de renseignement algériens auraient partagé la localisation du Colonel (qu’ils ont estimée être la ville de Béni Walid) avec leurs confrères britanniques, et aurait prédit qu’il “serait abattu tôt ou tard”. Malgré la notation moyenne par l’employé de Stratfor de sa source (crédibilité estimée à C, A étant le mieux et F le pire) et de la crédibilité du renseignement (noté à 3-4, 1 étant le mieux sur une échelle de dix), il semblerait avec le recul que le renseignement était plutôt fiable : Kadhafi fût abattu peu après, le 20 octobre 2011 près de Sirte, à moins de 300 kilomètres de Béni Walid. L’employé de Stratfor a précisé que sa source lui a été présentée par une autre source, ME1 (pour Middle East 1), qui semble être une importante source de Stratfor car il/elle apparait dans de nombreux mails remontant au moins jusqu’à 2006″. Avant de tenter de rejoindre Syrte, à la fin du mois d’août 2011, le clan Kadhafi avait en fait tenu conseil dans une de ses villas… au vu et au su des rebelles et de leurs alliés !!! Il s’y fera piéger, et tentera en octobre une dernière sortie… catastrophique. On raménena son corps à Misrata, d’où étaient originaires ceux qui le poursuivaient…

“Ce n’est que début octobre, lorsque les rebelles parvinrent enfin dans le ­centre de Syrte, que Kadhafi prit conscience de sa perte imminente. « A partir de là, ce fut fini, il attendait la mort. » Moatassem refuse pourtant de mourir dos au mur. C’est lui qui convainc son père, jeudi matin, de monter dans le dernier convoi. Tiraillant sous le feu qui s’intensifie, la colonne parvient à faire quelques centaines de mètres après la frappe du drone. Ils coupent vers la grand-route à travers une prairie ensablée. Presque hors de Syrte, dans la banlieue de Mazrat Zafaran, à 5 kilomètres du centre-ville, ils tombent sur la position de la Khatibat Nimr, la « brigade du tigre ». C’est une des unités les plus aguerries de Misrata, et les hommes clouent la caravane sous un déluge de feu. Le convoi forme alors le cercle pour protéger son chef. La bataille, d’une ­férocité extrême, dure jusqu’au milieu de la matinée. Tout autour, les rangées d’eucalyptus sont sectionnées à mi-hauteur. A court de munitions, les rebelles appellent en renfort une autre brigade, la Khatibat al-Khirane, dont les recrues viennent d’un faubourg pauvre de Misrata. Mal équipée, presque sans uniformes, cette seconde unité doit ­encercler puis ratisser la zone. Il est près de 11 heures du matin quand les jets français de l’Otan interviennent. « Ils ont largué deux bombes au milieu de notre troupe. Ça a fait un carnage », se souvient Mansour Daw. Maintenant couché sur un matelas souillé, dans une maison de Misrata transformée en prison, le fidèle parmi les fidèles a le visage tuméfié de shrapnell, et plusieurs éclats dans le dos et le bras. « Comme nos voitures étaient chargées d’essence et de munitions, tout a brûlé », explique le rescapé. A Mazrat Zafaran, on peut voir le large cratère laissé dans le sable par un des missiles français. Les carcasses retournées et ­calcinées d’une vingtaine de voitures s’entassent alentour. Des corps gisent encore dans certains véhicules, carbonisés dans des positions atroces alors qu’ils tentaient de fuir. Un homme aux jambes arrachées a laissé une longue coulée de sang en rampant loin du brasier et des caisses de munitions en train d’exploser. Il a fini quelques mètres plus loin, les yeux écarquillés de douleur”.

La suite est connue, le dictateur sera lynché et pour beaucoup achevé… pour qu’il ne puisse parler. Les rebelles et l’Otan étaient-ils tombés sur lui dans cette villa ? L’avait-on laissé contacter les algériens ? S’apprêtait-il à suivre sa fille Aïcha, qui franchira la frontière du pays où s’est était réfugiée avec deux de ses frères et sa mère. A peine arrivée, elle accouchait et déclarait que son père résistait toujours : “Aïcha Kadhafi, la fille du dirigeant libyen déchu, a assuré vendredi 23 septembre que son père se portait bien et combattait sur le terrain. Aïcha Kadhafi s’en est également pris aux nouvelles autorités qu’elle a qualifiées de traîtres, dans une intervention téléphonique sur la chaîne Arraï basée en Syrie”. En 2013, elle quittait le pays, mécontente de son accueil, pour se réfugier au sultanat d’Oman. Elle avait franchi la frontière le 29 août 2011… soit peu de temps après la viste du drone de la villa de la côte libyenne.

Source: Agoravox.fr

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE