Révélation: Mamadou Koulibaly serait attaqué par le régime d’Abidjan pour non respect du deal passé en 2011

Révélation: Mamadou Koulibaly serait attaqué par le régime d’Abidjan pour non respect du deal passé en 2011

Confidences des proches et membres de son cabinet ! Il  continue de se justifier et de justifier son attitude et sa démarche face à ce que les uns  estiment être une trahison et les autres comme sa marche continue. Mais lui, ne peut, à ce jour soutenir les deux thèses. Révélation et dessous des sorties et attaques incessantes de Mamadou Koulibaly, contre les membres de la Coalition nationale pour le changement-CNC.

Nos sources croient en savoir d’avantage autour de cet argument prétexte du professeur Mamadou Koulibaly : «Je suis prêt à m’aligner à tous ceux qui veulent faire de l’opposition face à Ouattara. Maintenant ceux qui disent que nous on s’oppose à Ouattara que si Gbagbo Laurent est parmi nous, à mon avis,  ils font ne  pas de l’opposition, ils attendent le retour de Gbagbo Laurent, et ce qui n’est pas mon cas et le cas d’un certain nombre de personnes » ou encore : «Ils sont en train de féconder le ventre misérable de l’ivoirité, qui ne peut qu’enfanter, comme par le passé, la violence, la mort, le chaos». Mamadou Koulibaly de LIDER, cosignataire de la charte du CNC, au sujet de certains intervenants au meeting de la CNC a crié. Il n’en est rien, crient aussi, des sources qui se sont confiées.

L’on se souvient encore, que prétextant de la tenue d’une assemblée générale de son parti, LIDER,  il n’a pu effectuer le déplacement au 2ème meeting de la CNC à Koumassi après Yopougon où son discours était un peu ambiguë selon l’assistance.

«La vérité déclarent-les sources, est ailleurs. Mamadou Koulibaly est sous une pression impressionnante du régime. Il n’a pu observer les actes du deal passé au golf hôtel avec les nouveaux maitres  d’Abidjan», confient des compagnons du professeur de la première heure de la création de son parti Lider.

LIDER, née des cendres de la chute du Front populaire  ivoirien, juste à la fin de la crise postélectorale  ivoirienne, en 2011,  là où tous les ivoiriens et les militants de son  ex-parti  voyaient en lui le  successeur de Laurent Gbagbo face à Ouattara, est la palme sa démarche se soldat en mission. Celle d’une mission assignée par le nouveau pouvoir sous fond de menaces et d’approches tribales.

C’est de là que partira le sentiment de trahison de la part de certains de ses compagnons d’hier. Mais  parlant de trahison ce n’en était pas une. Parlons plutôt de pression des  militants du RDR qui l’ont conduits sur le cordon sensible de la base ethno tribale pour lui demander, ce qu’il gagnait à  maintenir en vie, l’appareil politique qui maintenait les ressortissants du nord de la Côte d’Ivoire, dont il est issu, dans l’exclusion, sur fond de l’ivoirité créé par Henri Konan Bédié.

La pression étant tellement  forte, puisque rattrapé par le discours des parents du Nord dont il réclame ses racines, Mamadou Koulibaly s’est résolu à entrer réellement en négociation avec Ouattara, toujours au golfe hôtel, quand Affi et toute la direction de son parti le FPI ont été déportés  au Nord de la Côte d’Ivoire.

Les militants se battaient aux cotés de Miaka Ouréto pour maintenir  le FPI dans l’arène politique, Mamadou Koulibaly, était dans les cordes du nouveau régime. Sa Conseillère Exécutive et particulière Nathalie Yamb, en sait suffisamment sur ses déclarations, peut-être avec elle, certains militants comme, Evariste Kouadio, Dr Etienne Brou, Jacob Atta, Théodore Ahipeaud, Fabien Diby, Lancina Karamoko, Yacourwa Koné, Monique Gbekia, Ineka Sogourou,  Benson de Gnacabi», confient les informateurs et qui poursuivent.

Allegeance de Mamadou Koulibaly à Ouattara Révélation: Mamadou Koulibaly serait attaqué par le régime d’Abidjan pour non respect du deal passé en 2011 

La grosse peur de Mamadou d’avoir remis le FPI en scelle

«Mamadou Koulibaly recevra pour l’accomplissement de sa mission, d’importantes sommes d’argent du nouveau régime. Soro Guillaume le sait.  Avec pour consigne de faire disparaitre pour aussi longtemps que cela sera possible, le FPI comme instrument politique durant le règne du RDR et du président Alassane Ouattara.

Autre condition, Mamadou Koulibaly devra parvenir à se positionner comme le véritable opposant face à Ouattara, avec le concours de certains diplomates comme l’ambassade des USA à Abidjan. Dont il est d’ailleurs la vraie oreille.  Pour se faire,  il devra créer son instrument politique. Les discussions sont menées avec Hamed Bakayoko et Soro Guillaume, 

Mamadou est très bien accompagné de Lucas Brissy, alors député, un ressortissant de Gagnoa. Celui-ci  s’est éloigné du Lider…C’est ainsi qu’il aura les moyens de liquider le FPI déjà décapité ».

Les informateurs ne s’arrêtent pas en chemin dans leurs explications :

«Mamadou Koulibaly, alors numéro un du parti de Gbagbo simulera de claquer la porte au prétexte qu’il fait face aux radicaux qui refusent le changement et veulent rester fidèles à Gbagbo, en créant son parti Liberté et démocratie pour la république.

Lui originaire du nord musulman de la Côte d’Ivoire devra jouer le rôle du principal opposant au régime d’Alassane Ouattara, lui aussi ressortissant du Nord. La mayonnaise peut prendre, puisqu’il était en fait  en mission  sous la gouvernance de Gbagbo. Puisqu’à la vérité, Mamadou Koulibaly ne se sentait plus  au FPI. Le nouveau régime peut tranquillement entrer en deal, sans laisser d’énormes traces… Tout va donc bien ! ».

Mais, selon les informateurs :

«Voilà que par des circonstances des temps et des événements, Mamadou Koulibaly se retrouve nez à nez avec le FPI. Et du coup surgit en lui des bribes de sa déclaration faite en 2011 : «Mon engagement au sein du Front populaire ivoirien étant allé jusqu’à l’épuisement de toutes les possibilités compatibles avec mes convictions, j’ai décidé d’y mettre un terme…La prudence enseigne que les changements ne doivent pas se faire pour des causes légères et passagères. C’est pour faire avancer ces idées auxquelles je crois fermement que j’ai posément pris la décision irrévocable de partir du FPI…».

«Voilà qu’en 2015, par des circonstances détournées, il se retrouve encore au FPI au sein de la CNC. Que faire alors ! Il a reçu de la part  du régime d’Abidjan, de quoi faire oublier le FPI. Il est non seulement  interpellé par le régime qui lui a remis  suffisamment d’argent  pour sa mission, mais par lui-même !

Sans s’en apercevoir, il a réussi à remettre le FPI au  cœur de la lutte politique avec la CNC. Mamadou Koulibaly qui croyait  avoir été utilisé par le régime Ouattara pour fait éteindre le FPI, se voit utiliser par des circonstances non maîtrisées pour remette le FPI dans l’arène politique… Il n’en fallait pas plus d’un meeting pour qu’il se rende  compte de son erreur…Aujourd’hui, il tente de justifier son échec dans la mission confiée par le pouvoir. Echec de la mission  confiée par le pouvoir, puisqu’il a réussi à remettre en scelle le FPI de Sangaré, donc de Gbagbo et Simone…».

C’est l’heure des comptes entre Mamadou Koulibaly et le pouvoir.

Idriss Ouattara

Source: 5minutesinfos.net

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE