Révélations sur le putch avorté au Burkina Faso: Guillaume Soro était en contact téléphonique avec Diendéré et Djibrill Bassolé le 29 septembre

Révélations sur le putch avorté au Burkina Faso: Guillaume Soro était en contact téléphonique avec Diendéré et Djibrill Bassolé le 29 septembre

Pour les magistrats militaires qui enquêtent sur le coup d’État manqué contre le régime de transition burkinabè, aucun doute : Djibrill Bassolé, l’ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré, est le complice des putschistes de l’ex-régiment de sécurité présidentielle (RSP) et de leur chef, le général Gilbert Diendéré.

Les deux hommes, qui sont inculpés d’« attentat à la sûreté de l’État, haute trahison et collusion avec des forces étrangères », ont été placés sous mandat de dépôt le 6 octobre à Ouagadougou. L’ancien chef de la diplomatie aurait été avant son arrestation, le 29 septembre, en contact téléphonique avec Diendéré, mais aussi avec… Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne. Au cœur de la procédure en cours : un appel présumé d’une quinzaine de minutes entre ce dernier et Bassolé. Il aurait eu lieu alors que les hommes du RSP s’étaient repliés dans leur camp de Naaba Koom, derrière la présidence, et que les unités loyalistes prenaient le contrôle de la capitale.

Cette discussion a évidemment posé un problème aux autorités de la transition. Bassolé a été interpellé deux jours plus tard par la gendarmerie. Selon une source proche de l’enquête, l’ensemble de ces éléments ont été présentés à Bassolé lors de son audition par le juge d’instruction chargé du dossier. Signe de l’intérêt des enquêteurs pour cette piste, la villa ouagalaise de Soro (dont la rébellion contre les autorités ivoiriennes fut soutenue par Compaoré dans les années 2000) a été perquisitionnée le 6 octobre.

Source: Jeune Afrique

___________

Lire aussi: “Le Monde de Soro Guillaume s’effondre

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE