REVOLUTION BURKINABEE, MERCI ! MAIS ATTENTION A LA FRANCE

REVOLUTION BURKINABEE, MERCI ! MAIS ATTENTION A LA FRANCE

Qui l’eût cru ? Le grand dictateur, timonier et sanguinaire de tous les temps, le ténébreux Blaise Compaoré, sous la pression de la rue vient d’abandonner le pouvoir qu’il détient depuis 27 ans, ce vendredi 31 octobre 2014. Se croyant invincible, parce que soutenu par les réseaux occidentaux déstabilisateurs de l’Afrique occidentale, ce putschiste s’apprêtait à faire un coup d’état constitutionnel en revisitant l’article 37 pour se maintenir au pouvoir en dépit des avertissements du peuple burkinabé.

La révolution burkinabé débutée le mardi 28 octobre a connu son point culminant le jeudi 30 octobre lorsque les manifestants ont pris d’assaut l’Assemblée Nationale et les médias d’Etat. Ainsi prend fin l’épisode Blaise Compaoré et les burkinabés sont en train d’écrire une nouvelle page de leur histoire. Ils sont à un tournant décisif. Le serpent n’est pas encore mort. Il faut le capturer et le mettre en cage. Son venin est très dangereux, vu les réseaux qu’il a tissés à travers le monde. Un mandat d’arrêt international doit être lancé contre lui pour le neutraliser complètement. C’est lui qui souhaitait la Cour pénale internationale pour Laurent Gbagbo. Pourquoi fuit-il son pays pour se refugier en Côte-d’Ivoire ? Il a pensé que cela n’arrivait qu’aux autres. Lorsque tu t’abaisses pour regarder le postérieur de celui qui est devant toi, dis-toi que quelqu’un d’autre fait pareil te concernant. Les agitations de la France dans cette situation trouble au Burkina-Faso ne sont que des manœuvres dilatoires pour trouver un homme lige capable de sauvegarder les intérêts français. Les élucubrations de François Hollande ne sont que les signes de l’hypocrisie de la France. Il faut s’en méfier. L’on se souvient, comme si c’était hier, comment Blaise Compaoré est parvenu au pouvoir après avoir assassiné l’ex-président Thomas Sankara. Voulant commettre un crime parfait, il a éliminé tous les proches de ce dernier. Non satisfait de ces nombreux crimes, il a encore fait tuer Norbert Zongo, un journaliste d’investigation qui voulait en savoir davantage. Et quelle été la réaction de la France et de la nébuleuse communauté internationale ? Elles n’ont fait que polir l’image d’un tueur à gage en lui confiant des missions de médiation dans la sous-région. Retenons une bonne fois pour toute. Celui qui s’attaque à la Côte-d’Ivoire aura pour son compte. Où se trouvent Nicolas Sarkozy, Abdoulaye Wade ? Ils sont au fond de la poubelle de l’histoire. La prophétie, dite stupide de MALACHI, continue son petit bonhomme de chemin. Les Maliens ont leur rébellion et leur MNLA, la Guinée son Ebola, Le Nigéria son Boko haram.

Les ivoiriens, les vrais, se souviennent de l’action jouée par ce bras séculier de la France au temps de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy dans la rébellion créée de toute pièce en 2002 pour destituer Le Président Laurent Gbagbo démocratiquement élu. En un mot, Blaise Compaoré a fait plus de tort à l’Afrique. C’est l’un des pions clés de la Françafrique. Même François Hollande, le socialiste, sur qui les peuples opprimés comptaient, s’appuie sur lui pour tordre le bras à des présidents africains pour leur arracher le peu de nourriture qui leur restait pour ‘’étancher’’ la soif et la faim de leur population. Quel cynisme ! Comme le dirait l’autre : « no pitié in business » Pour les croyants, il y a un temps pour tout. Et Dieu est lent à la colère, mais il agit selon son bon vouloir. Nous sommes au crépuscule du règne de Blaise Compaoré, proche de Satan. Seulement, nous demandons à nos frères burkinabés d’aller au bout de leur révolution. Les militaires proches de ce dernier qui s’autoproclament chef d’Etat doivent être surveillés comme du lait sur le feu. D’ailleurs, il faut refuser de leur confier la gestion du pays. Ils ont déjà sympathisé avec le diable. Le repli stratégique de Blaise Compaoré en Côte-d’Ivoire doit nous interpeller tous, ivoiriens comme burkinabés. Conjuguons nos efforts pour déloger cet homme lugubre atteint de la ‘’fièvre à virus d’Ebola’ ’et qui veut contaminer toute l’Afrique. Son passé est sombre. Il a trop de cadavres dans ses placards.

Les ballets diplomatiques de l’ONU, de la CEDEAO, de l’UA, l’UE et de la France sont de nature à sauver la face du sanguinaire Compaoré et le remettre en selle. Un sanguinaire est sans pitié. Si cette situation inespérée vous échappe, les leaders de cette révolution seront décapités. Celui qui se fie à la France, paie le prix de sa vie. Donc attention aux tractations de la France. Rien n’est sincère dans ses actes. Il n’y a que ses intérêts au détriment des peuples africains qui priment. Elle à une capacité inouïe de s’adapter aux situations conjoncturelles et de les retourner en sa faveur.

Bravo à la révolution burkinabée. Il n’y a pas de pouvoir fort qui résiste au peuple. On est président un temps et on devient un citoyen normal. La leçon que vous venez de donner au monde entier doit interpeller les tenants du pouvoir actuel en Côte-d’Ivoire qui se croient investis  du pouvoir divin et qu’ils peuvent tout se permettre en méprisant les enfants de Dieu. L’humilité doit être la règle d’or pour être dans les grâces de Dieu. Les maraboutages ont un effet éphémère. Les nombreuses bagues aux doigts des ‘’buveurs de sang’’ qui se pavanent en Côte-d’Ivoire n’est que de la fanfaronnade.  M. Alassane Ouattara, voilà ton frère et ami Blaise Compaoré dans les cordes. Il a voulu aller au-delà de ses capacités en comptant sur ses soutiens occidentaux. Mais hélas, Dieu a été plus fort. Tu t’obstines à juger les pro-gbagbo qui ne sont que des victimes pendant que tes partisans ‘’tueur’ sont en liberté. Le jugement de Dieu arrive. Apprête-toi à être dans le box des accusés. On n’est jamais fort pour diriger tout le temps. Il faut toujours penser à demain. C’est la loi de la nature. Être fort n’est pas faire de la politique, mais plutôt faire de ‘’l’imbécilité.’’ La révolution ivoirienne ne saura tarder. Depuis ton avènement aux affaires, les ivoiriens souffrent, le chômage est galopant, l’arrogance de tes ministres est débordante, le rattrapage ethnique est érigé en loi. Ce ne sont que les noms à consonance nordiste qui réussissent aux différents concours.

G.OURA Kouakou

ourandrin@yahoo.fr

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*