Russie : «embargo total» de la plupart des produits alimentaires de l’UE et des USA

Russie : «embargo total» de la plupart des produits alimentaires de l’UE et des USA

La situation ukrainienne a grandement affaibli les relations entre le Russie et l’Union européenne. Ce jeudi, le gouvernement russe a décrété une «interdiction totale» de la plupart des produits alimentaires en provenance des pays d’Europe et des États-Unis, ainsi que de l’Australie et du canada. Une réponse directe aux sanctions occidentales à l’encontre de moscou, a assumé le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev.

. Ukraine : Européens et Américains frappent l’économie russe Ukraine : Européens et Américains frappent l’économie russe Sanctions : Poutine réplique et limite l’importation de produits agroalimentaires Sanctions : Poutine réplique et limite l’importation de produits agroalimentaires Dans la foulée, l’Union européenne a prévenu qu’elle se réservait «le droit de prendre des mesures» contre Moscou après cette décision «clairement politique».

La veille déjà, Vladimir Poutine avait demandé à son gouvernement de préparer de telles mesures de riposte. On sait désormais que l’interdiction concerne le boeuf, le porc, la volaille, le poisson, le fromage, le lait, les légumes et les fruits.

Le montant de ses importations en produits alimentaires est immense. Il représentait 16,9 milliards de dollars de janvier à mai 2014, et des exportations d’une valeur de 7,1 milliards de dollars, selon les dernières statistiques officielles. Ces chiffres concernent les échanges de la Russie avec le reste de la planète, au-delà des seuls pays qui ont imposé des sanctions récemment à son encontre. Les pommes, les bananes, les tomates, les pommes de terre, ainsi que la viande et le poisson représentent la plus grande part des importations agroalimentaires russes.

Menace sur le survol du territoire aérien

Mais l’agence vétérinaire russe Rosselkhoznadzor a fait état de ses projets de négocier l’augmentation des importations en provenance des pays d’Amérique latine. «Des réunions avec les ambassadeurs d’Equateur, du Brésil, du Chili et du chargé d’affaires d’Argentine en Russie auront lieu le 7 août» afin de discuter d’«une éventuelle hausse des livraisons des produits alimentaires en provenance de ces pays sur le marché russe», a indiqué mercredi l’agence vétérinaire. Le Brésil a déjà manifesté son intérêt, selon la même source.

Par ailleurs, Dmitri Medvedev a menacé de bloquer le survol du territoire russe pour les compagnies aériennes effectuant des liaisons entre l’Europe et l’Asie via la Sibérie, la route la plus courte. Ces mesures aériennes provoquerait pour les compagnies un important surcoût en carburant.

Source: LeParisien.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.