Saâdi Kadhafi torturé par ses geôliers (vidéo)

Le fils de feu Mouammar Kadhafi, Saâdi, est apparu sur une vidéo où on le voit torturé par ses geôliers dans une prison à Tripoli. Ces renégats installés par l’OTAN et en particulier par Sarkozy et Bernard Henry Lévy, lui bandent les yeux avant de l’allonger sur le dos et de le frapper sur la plante des pieds. Il est ensuite frappé au visage.

L’ONG Human Rights Watch (HRW) a réagi ce mardi demandant l’ouverture d’une enquête. «Les autorités libyennes responsables de l’établissement pénitencier al-Hadba à Tripoli doivent immédiatement enquêter sur les mauvais traitements présumés de détenus dont Saâdi Kadhafi», a indiqué HRW dans un communiqué.

Elle a également demandé la suspension «des gardes et autres personnes qui auraient été impliquées» et exprimé de «sérieuses préoccupations» sur les méthodes d’interrogatoires utilisées.

Sur sa page Facebook, le bureau du procureur général libyen a indiqué avoir d’ores et déjà démarré une enquête.

La vidéo a été rendue publique anonymement quelques jours après la condamnation à mort de Seif al-Islam Kadhafi.

La prison où est détenue Saâdi Kadhafi est sous le contrôle d’une force dirigée par l’ancien vice-ministre de la Défense installé par l’OTAN, Khaled al-Chérif, un ancien jihadiste, qui s’est allié avec les milices de Fajr Libya, un conglomérat de terroristes. Cette coalition de milices s’est emparée de la capitale durant l’été 2014 et y a installé un gouvernement parallèle. Les autorités reconnues par la communauté internationale ont dû s’exiler à l’est du pays.

Pour rappel, Seif al-Islam et huit autres proches dont le dernier Premier ministre de Kadhafi, Baghdadi al-Mahmoudi, et son ex-chef des services de renseignements, Abdallah Senoussi ont été condamnés à mort à l’issue d’un simulacre de procès.

Saâdi Kadhafi torturé par ses geôliers

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.