Sangaré Abou Drahamane, le président du FPI au peuple ivoirien: «Ne dites plus, on veut le mot d’ordre. Vous êtes chacun un mot d’ordre aujourd’hui»

Malgré les tentatives d’intimidation de la part du régime Ouattara qui l’a arrêté puis relâché la veille du meeting organisé par le Front du Refus le samedi 5 Novembre 2016 à la Place Ficgayo de Yopougon, Abou Drahamane Sangaré, le président par intérim du Front populaire ivoirien (FPI) était présent pour continuer le combat que le Front du Refus et la Coalition du Non ont initié dans le but de “faire retirer“ la nouvelle Constitution.

Prenant la parole lors du meeting de samedi, le président Abou Drahamane Sangaré a rassuré les militants venus nombreux que le combat qu’ils ont commencé se poursuivra jusqu’à ce qu’ils obtiennent la victoire recherchée.

«Ce combat-là ne s’arrêtera pas… Ne croyez pas que nous allons baisser les bras», a assuré le président Sangaré. A tous ceux qui brûlent d’envie d’en découdre avec le pouvoir Ouattara maintenant et qui demandent avec insistance aux leaders du Front du Refus de lancer un mot d’ordre à cet effet, le président par intérim du FPI a conseillé la patience.

«Vous avez la mobilisation, laissez-nous le choix du moment», a-t-il plaidé.

CI-DESSOUS QUELQUES PAROLES FORTES DU PRESIDENT ABOU DRAHAMANE SANGARE

«Nous souhaitons prompt rétablissement à nos blessés. Les ivoiriens savent voir. la victoire marche vers nous, nous marchons vers la victoire ” dixit Laurent Gbagbo en 1990.Comme la Victoire marche vers nous sachons aller vers la victoire.

Ne crions pas à l’impatience, ” doucement doucement car nous sommes pressés” ( une formule de Laurent Gbagbo)

Je vous dis les yeux dans les yeux. N’ayez peur de personne! Soyez courtois mais sans complexe. Vous êtes dans la voie de la vérité et de la justice. Vous avez donc la victoire.

Quand on vous voit sous le soleil, on sent que quelque chose se passe dans ce pays. Nous devons encadrer cette chose là.

Je vous le dis humblement faites nous confiance. Là où il y a un pouvoir il y a une responsabilité. Vous nous avez donné un pouvoir nous avons la responsabilité de vous satisfaire.

Il n’y a pas d’homme courageux. L’homme est ordinaire, face à une situation il y a un la capitulation et le combat. Nous avons choisi le combat.
Comme Laurent Gbagbo.

Nous ne feront pas exactement comme lui, mais nous allons essayer de lui ressembler. Vous exprimez l’espoir pour nous . Vous êtes chacun un mot d’ordre aujourd’hui. Ne dites plus , on veut le mot d’ordre.

Le mot d’ordre c’est de faire en sorte que ce que nous voyons ne soit plus . Le travail de mille générations va construire la CI. Nous allons vous laissez la flamme un jour, restez mobilisés.

Laurent Gbagbo dit de lui faire confiance, Blé Goudé dit de lui faire confiance».

Eburnienews.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE