Savoir saisir sa chance! (Par Tagro Tapé Innocent) | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Savoir saisir sa chance!
Savoir saisir sa chance! (Par Tagro Tapé Innocent)

Savoir saisir sa chance! (Par Tagro Tapé Innocent)

Depuis le discours du 06-08-2018 prononcé par le président Alassane Ouattara, elles fusent de partout, les louanges à l’Eternel !

Ils sont sur presque toutes les lèvres, les mots de remerciement !

Dans presque tout le pays, tous saluent la décision de la remise en liberté de madame Simone Ehivet Gbagbo, de Assoa Adou, de Moïse Lida Kouassi et de tous les autres prisonniers des suites de la crise postélectorale en Côte-d’Ivoire (il paraît maintenant qu’ils sont au nombre de 800).

C’est vraiment une belle unanimité, c’est un concert quasi mondial de gratitude à l’endroit de … tous ceux qui ont permis ou poussé à la prise de cette décision salutaire d’Amnistie (même si pour l’instant elle est sous forme d’ordonnance).

Oui, vraiment, quasiment tous sont reconnaissants à Dieu et à …tous ceux qui ont, « dans l’obscurité » œuvré pour que ce lundi 06-08-2018, dans son adresse à la Nation ivoirienne et au monde, à la veille de la journée anniversaire de notre indépendance, le président Alassane Ouattara décide enfin de libérer tous ces prisonniers issus principalement du Parti de Gbagbo : le FPI !

Or, la majorité de tous ces remerciements devraient –en principe- être adressés prioritairement à Alassane Ouattara qui a fait ce geste !

Car Dieu Lui-même, dans Son adresse à toutes les nations du monde a mis en avant une recommandation capitale disant à peu près ceci : « Remerciez plutôt ceux qui –parmi vous, à côté de vous- vous ont fait du Bien et que vous pouvez toucher et voir ! Eux au moins, vous les côtoyez puisqu’ils sont plus proches de vous ; alors que Moi, vous ne Me voyez pas. Remerciez-les d’abord sincèrement afin que Moi aussi, Je croie en la sincérité des remerciements que vous M’adressez ! Sinon, ce que vous Me dites ou faites pour Moi, votre gratitude a Mon endroit ne sera que pure hypocrisie ! »

Oui donc, tous nos remerciements, sentiments de gratitude, de reconnaissance devraient logiquement aller –en premier lieu- à Alassane Ouattara qui a eu le courage de prendre cette bonne décision d’amnistier nos 800 détenus de la crise.

Mais, voilà !

Bien que n’ignorant pas cette parole divine, trop peu d’Ivoiriens ont cependant adressé leurs remerciements au président Ouattara.

Toutes ces louanges à Dieu pour la libération de nos compatriotes ivoiriens qui montent des cœurs reconnaissants de la grande majorité d’entre nous, ce ne sont pas la preuve de notre ignorance de ladite Parole du Créateur !

Non, ce n’est pas une expression de l’ingratitude et de l’hypocrisie humaines !

Il me semble que s’il en est ainsi, si l’on se tourne majoritairement vers tout le monde, sauf vers le président, c’est tout simplement parce que le président Alassane Ouattara n’a pas su saisir –à temps- sa chance !

La chance de s’attirer la sympathie du peuple qu’il dirige depuis son accession controversée à la magistrature suprême il y a maintenant 7 ans !

Celle d’être le premier destinataire et bénéficiaire de notre éternelle reconnaissance !

Celle également d’être compté -lui-aussi- parmi ceux qui ont porté leur pierre à l’édification de la nation ivoirienne dans la paix, dans la démocratie, dans l’harmonie sociale… !

C’est qu’en fait, notre homme a trop tardé à prendre cette décision qui est pourtant salutaire pour lui-même également !

Car, elles sont nombreuses et ne sont pas nouvelles, les interpellations à lui adressées par presque tout le monde, pour attirer son attention sur la propension de son régime à emprisonner à tour de bras, à refuser de dialoguer avec l’opposition qu’il ne s’est pas choisie.

Ils sont nombreux, les encouragements qui lui ont été adressés pour qu’il fasse –le premier- le premier pas, en tant que chef de l’état, afin que revienne l’harmonie rompue dans la société, du fait de son irruption, lui et ses bras armés.

Elles sont innombrables aussi, les critiques acerbes qui lui ont été faites parce qu’il hésitait –inexplicablement- ou même freinait des quatre fers quand il s’agissait de s’engager résolument dans des actions de décrispation de l’atmosphère sociale, politique, économique, et de paix en faveur de tous les Ivoiriens !

Parce que monsieur Ouattara semblait être farouchement opposé à ces actes d’apaisement qu’on attendait de lui, de guerre lasse, des écrits ont été également adressés à son « entourage » : Alpha Blondy et Soro Guillaume, principalement.

C’est vrai qu’il leur était reproché leur bien tardive et suspecte décision d’emboucher la trompète de la réconciliation nationale, de l’apaisement des cœurs et des esprits, etc.

C’était un reproche mais nous les remerciions quand-même pour leur courage tout en leur demandant d’oser davantage en invitant, en incitant, en exhortant leurs semblables autour d’eux à faire « le pas ou le geste qui sauve » !

Dans ces écrits-là-donc, nous ne désespérions pas de voir « les autres du clan Ouattara » avec leur chef leur emboîter le pas, suivant et surtout mettant en pratique les conseils et les appels à la cohésion sociale qu’ils avaient été les premiers de leur confrérie à lancer !

Mais, malgré toutes ces tentatives de « ramener à la raison » celui qui avait le pouvoir suprême de décision, le statu quo ante demeurait au grand désespoir des Ivoiriens désireux de paix.

Voilà donc pourquoi il semble que Alassane Ouattara a été « oublié » dans le concert mondial des voix reconnaissantes à tous ceux qui ont manœuvré dans les coulisses à la libération de nos martyrs.

C’est que la plupart des démocrates se disent que le président Ouattara –de lui-même- jamais n’aurait pu prendre la décision salvatrice que tout le monde attendait pourtant de lui. Et ils en sont convaincus !

Ils croient dur comme fer que si Alassane Ouattara l’a annoncée et a commencé à l’appliquer, c’est de mauvaise grâce et c’est bien parce qu’il y a été obligé par ses soutiens occidentaux fatigués de sa « gestion approximative et catastrophique » qui met en péril leurs intérêts dans notre pays qu’ils considèrent comme étant leur chasse gardée!

Cependant, ayant été de ceux qui pourfendaient le régime Ouattara pour ce qui poussait à conclure à son manque d’humanisme, à sa réticence à aller délibérément à la paix pour la Côte-d’Ivoire, à son aversion pour la démocratie, il me semble comme un devoir, de noter d’abord que c’est un acte positif qu’il vient de poser, et de l’encourager ensuite à faire d’autres pas décisifs qui porteraient –cette fois-ci et sans possibilité d’en douter- son « sceau personnel ».

Les chantiers sont immenses et très porteurs pour lui !

Il aura là, l’occasion de redorer son blason terni par près de deux décennies de deuil populaire dû à son irruption sur la scène politique nationale.

Dans son discours du 06-08-2018, il a parlé d’amnistie qui exclut malheureusement les militaires et autres corps habillés. Or, nous savons tous que la plupart d’entre eux sont en prison pour avoir défendu –aux côtés du président Gbagbo- les institutions de la république que ce dernier incarnait !

Il y a aussi la modification de la CEI pour la rendre enfin plus conforme à ce que les démocrates et les institutions africaine et onusienne attendent d’une structure en charge d’élections qu’on veut transparentes et démocratiques. C’est un engagement qu’il a pris lors de son allocution. Souhaitons-lui que ce ne soit pas un vœu pieux.

Les chantiers sont vraiment nombreux et c’est heureux pour lui car il pourra agir enfin de lui-même afin que la Côte-d’Ivoire démocratique et tous ceux qui suivent les pas de notre démocratie chancelante voient que le président Alassane Ouattara est réellement et effectivement à la fois le maître d’œuvre et le maître d’ouvrage de la nouvelle Eburnie réconciliée et pacifiée !

Oui, pour le président Ouattara, ils sont innombrables les chantiers du rachat personnel, de la reconquête de l’estime populaire et de la confirmation de ses bonnes intentions, comme par exemple les sempiternelles exigences de création des conditions du retour sécurisé de tous les exilés politiques et économiques !

Vaste chantier, n’est-ce pas ?

Mais, qui a dit que le respect, l’admiration, la reconnaissance, le pardon d’un peuple longtemps martyrisé, n’avait pas de prix ?

Oui, il faut cette fois-ci, que le président Alassane Ouattara prenne lui-même et résolument les devants et ne laisse pas « les autres » lui voler sa victoire !

Il faut que cette fois-ci, tous les remerciements et expressions de gratitude du peuple reconnaissant lui reviennent en premier!

Pour ce faire, il est nécessaire que le chef de l’état contribue volontairement à assainir la vie de tous ceux que son régime a tant fait souffrir pendant tant d’années !

Ce dimanche, 12-08-2018

TAGRO Tapé Innocent, Enseignant.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.