Scandale diplomatique: comment un diplomate sénégalais a été tabassé par la police tunisienne (Vidéo)

C’est la vidéo postée sur la toile qui a soulevé l’ire des Sénégalais. On voit le diplomate sénégalais sauvagement tabassé à l’aéroport de Tunis Carthage par des policiers tunisiens. Conseiller en charge des affaires de protocole, l’officiel était parti jeudi dernier accompagner un de ses amis à l’aéroport.

Selon la radio Mosaique Fm, qui raconte l’incident, tout est arrivé lorsque le chauffeur de taxi qui a conduit le Sénégalais à l’aéroport a réclamé plus cher ce qui était convenu avec son client, conformément au tarif affiché par le taximètre. Face au refus du diplomate, le conducteur de taxi saisit un policier pour lui dire que son client a refusé de payer. Sans tenter de comprendre, selon Mosaique Fm, le policier demande au client d’aller au poste de police.

Et pendant qu’ils s’y dirigent, le policier le somme en le bousculant de hâter le pas. Le diplomate Sénégalais, lui dit qu’il ne peut pas puisqu’il est accompagné de son fils qui est en très bas âge (un enfant d’environ 2-3 ans). A partir de cet instant, les bousculades laissent place à une véritable molestation. Le diplomate est tabassé devant son fils âgé à peine de trois ans.

Et même le fait qu’il dise qu’il est diplomate et qu’il sorte sa carte diplomatique n’y feront rien. Il sort des griffes de son bourreau la lèvre inférieure fendue. Il n’a été libéré qu’après que l’ambassadeur sénégalais sur place est monté au créneau. Admis dans une clinique, il a bénéficié d’un certificat médical qui atteste de la brutalité policière qu’il a subie.

L’ambassadeur du Sénégal à Tunis a protesté à l’endroit des autorités tunisiennes. Celui qui a été agressé a porté plainte pour donner une suite judiciaire à cette affaire de coups et blessures volontaires qu’il a subis, mais aussi la violation de son immunité diplomatique.

Alain Serge

Source: Oeil d’Afrique

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE