Selon Human Rights Watch, Israël contraint illégalement des milliers d’Africains (soudanais et érythréens) à rentrer dans leur pays d’origine

Selon Human Rights Watch, Israël contraint illégalement des milliers d’Africains (soudanais et érythréens) à rentrer dans leur pays d’origine

Un rapport de Human Rights Watch, publié mardi 9 septembre, a indiqué qu’Israël avait contraint illégalement près de 7000 Érythréens et Soudanais à retourner dans leurs pays d’origine malgré le risque qu’ils y subissent de graves abus.

L’immigration massive des érythréens et des soudanais en Israël a débuté en 2006. 37000 Érythréens et 14000 Soudanais sont entrés dans le territoire israélien, en passant par l’Égypte et la péninsule du Sinaï.

Après la fermeture des frontières avec l’Egypte en 2012, les autorités israéliennes ont décidé de prendre des mesures coercitives envers cette population de réfugiés ayant fuit les violations massives des droits de l’homme dans leurs pays. Dans le cadre de cette politique musclée, le mot d’ordre lancé par l’ex-ministre de l’intérieur, Eli Yishai, est assez significatif : il fallait, selon lui “leur pourrir la vie “.

Parmi les mesures prises dans ce sens, le rapport cite “la détention illimitée, les obstacles imposés à l’accès au droit d’asile israélien, le refus de 99,9 % des demandes d’asile déposées par les Érythréens et les Soudanais, les politiques ambiguës d’autorisation de travail, et l’accès sévèrement restreint aux soins médicaux.”

La détention de ces réfugiés pose problème car à la fin du mois d’août 2014, presque 3000 d’entre eux étaient détenus dans des centres pour réfugiés:

“Les détenus sont retenus à cet endroit sans objet légal et sans limitation de durée en vertu d’une politique globale de détention liée à l’immigration. Les autorités israéliennes ne sont pas en mesure de justifier individuellement les décisions de détention, et il n’existe aucune démarche efficace permettant de les contester”, dénonce HRW.

Comme leurs demandes d’asile sont constamment refusées par les autorités, les alternatives qui se présentent à eux sont exécrables: ils doivent choisir entre subir une détention à perpétuité en Israël et revenir dans leur pays où ils encourent le risque de persécution, d’autant plus qu’un séjour en Israël est très mal vu par leurs Etats d’origine. Certains qui sont retournés dans leurs pays d’origine ont été torturés et accusés de trahison.

Constatant que “les autorités israéliennes semblent vouloir à tout prix consacrer des ressources considérables à la détention illégale de milliers de personnes et n’engager les procédures d’examen de demande d’asile que pour les rejeter massivement”, le rapport recommande à Israël de “respecter leurs obligations et protéger ces personnes tout en les autorisant à travailler et à vivre temporairement en Israël”.

Source: Huffpostmaghreb.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.