Selon Jeune Afrique, la douzième demande de liberté conditionnelle de Laurent Gbagbo pourrait être la bonne

Selon Jeune Afrique, la douzième demande de liberté conditionnelle de Laurent Gbagbo pourrait être la bonne

De La Haye à Abidjan, les procès du couple Gbagbo ont déjà fait une victime collatérale : le bon fonctionnement de la justice.

Le cas de Laurent Gbagbo face à une juridiction censée être exemplaire, sereine et apolitique, la Cour pénale internationale (CPI), est le plus problématique, rarement présumé innocent ayant paru aussi coupable. Incarcéré fin 2011 à la prison de Scheveningen, l’ancien président a dû attendre neuf cent vingt-cinq jours avant d’être mis en accusation et six mois de plus pour que s’ouvre enfin son procès, lequel dure depuis près d’un an et demi. Au rythme où défilent les témoins (80 restent à auditionner pour la seule accusation), un verdict n’est pas attendu avant… la mi-2020, au mieux. Gbagbo aura alors 75 ans, dont neuf passés derrière les barreaux.

Autre dysfonctionnement : le déroulé même du procès. L’essentiel du dossier de l’accusation étant nourri de rapports de l’ONU et d’ONG réalisés pendant et après la crise de 2010-2011, la chronique des audiences tourne parfois à la farce : récits incohérents, huis clos non respectés, multiples incidents de séances, témoins à charge mués en témoins à décharge, voire témoins « protégés » dont chacun connaît l’identité, etc.

Deux verdicts opposés

Tout aussi chaotiques dans leurs scénarios, les deux procès qui ont visé Simone Gbagbo à Abidjan ont débouché sur deux verdicts opposés : jugée coupable d’atteinte à la sûreté de l’État et condamnée pour cela à vingt ans de prison, l’ex-première dame vient d’être acquittée des chefs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Or, c’est pour les mêmes chefs reposant sur les mêmes faits constitutifs d’un « plan commun » visant à conserver le pouvoir à tout prix, que son époux et Charles Blé Goudé sont jugés par la CPI – laquelle réclame d’ailleurs toujours l’extradition de Mme Gbagbo. Sauf à déclarer inique le verdict d’un procès qui aurait eu pour but de soustraire cette dernière à la justice internationale, on ne voit donc pas comment la Cour de La Haye pourrait ne pas tenir compte de cet acquittement.

La relaxe de Mme Gbagbo fait paradoxalement les affaires des pires adversaires politiques du couple

Preuve supplémentaire que la vérité, si ce n’est la justice, ne sort décidément pas grandie de toute cette histoire : la relaxe de Mme Gbagbo fait paradoxalement les affaires des pires adversaires politiques du couple, le pouvoir en place. En arguant, par cette sentence a priori contraire à leurs intérêts, de l’indépendance et de l’impartialité de la justice ivoirienne, les autorités d’Abidjan espèrent en effet rendre définitivement caduque toute action de la CPI à l’encontre des responsables des ex-Forces nouvelles, susceptibles d’être inculpées, les mutineries de janvier 2017 ayant démontré que ce dossier restait ultrasensible.

Bientôt le dénouement ?

Ce qui ressemble de plus en plus à un imbroglio judiciaire sans fin est-il cependant en passe de se dénouer ? C’est ce que pensent les partisans de l’ancien président, même s’il convient de ne se faire aucune illusion sur l’issue de la démarche amorcée il y a trois mois, lors du sommet de Bamako, par quatre chefs d’États de la région – Ibrahim Boubacar Keïta, Alpha Condé, Mahamadou Issoufou et Roch Marc Christian Kaboré – auprès de François Hollande pour un réexamen du « cas » Gbagbo : l’Élysée, qui changera de locataire le 8 mai, n’interviendra pas.

Lire la suite sur Jeune Afrique

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE