Selon l’AFFDO-CI, 30 personnes, abusivement détenues depuis 7 ans ont été exclues de l’Ordonnance d’Amnistie

Selon l’AFFDO-CI, 30 personnes, abusivement détenues depuis 7 ans ont été exclues de l’Ordonnance d’Amnistie

L’Association des Femmes et Familles des Détenus d’Opinion de Côte d’Ivoire dite AFFDO-CI exprime sa sincère gratitude au président Alassane Ouattara pour la mesure d’amnistie annoncée le 06 août 2018, à l’occasion de son message à la nation ivoirienne.À l’occasion de cette adresse à la nation, le chef de l’Etat avait indiqué que cette mesure devait profiter à 800 personnes dont 500 bénéficiaient déjà d’une liberté provisoire. Or, l’AFFDO-CI fait le triste constat que sur 297 personnes en détention, à la date du 06 août 2018, dans 10 prisons reparties sur l’ensemble du territoire national, 30 personnes sont encore retenues dans les liens de la détention.

En effet, après la première vague de libération inaugurée, le 8 août 2018 par Mme Simone Ehivet GBAGBO, ex-Première Dame, MM. LIDA Kouassi Moise, ASSOA Adou, TCHEIDÉ Jean Gervais et Souleymane KAMARATÉ, une seconde vague de 195 personnes a suivi le 10 août 2018, et a vu la libération d’autres détenus tels que MM. BAHI Patrice, ZIZA Kaka Jean Louis, LOROUGNON ZADI Madou, ZEZE Paulin, KEIPO Marius dit “Petit Marteau”.
En outre, il a été enregistré :

– 32 personnes libérées, le samedi 11 août 2018, dont MM. BLEKA Joël et BOUABI ;

– 7 personnes libérées, le lundi 13 août 2018 ;

– 3 personnes libérées, le mercredi 15 août 2018, à savoir MM. TOUBATE Tom Serge, MABRE Alain et KRAPA, tous les trois libérés à partir de la Maison d’Arrêt militaire d’Abidjan (MAMA).

– 1 personne, M. NIAMKE Ekolan Norbert libéré le 17 août 2018 ;

– 3 personnes, MM. EHOUMAN N’Guessan Pascal, KOUABO Bertin et ZIRIMBA Logbognon Jean Claude ont été également libérées, le samedi 18 août 2018, de la MACA ;

– 3 personnes, MM. DRIA Nesmon, DOUMBIA Lancina et SEBOU Bi Yao Simplice libérés, le mardi 21 août 2018 ;

– 16 personnes dont KOFFI Serge, GNABA José, DAGO Philippe libérées, le mercredi 22 août 2018 ;

– 2 personnes, MM. LAGO Kanon Martial et KOUEWON Pouho Elvis libérées, le vendredi 24 août 2018 ;

Ainsi, au total, l’AFFDO-CI fait l’heureux constat qu’en conséquence de la mesure d’amnistie, 267 personnes, injustement incarcérées depuis le 11 avril 2011, ont pu recouvrer leur liberté.

Aussi l’AFFDO-CI, en son nom propre et en celui des libérés et de leurs familles respectives, manifeste-t-elle son infinie reconnaissance envers l’Institution des Nations Unies, la France, les différentes Chancelleries établies en Côte d’Ivoire, aux représentations de l’Union européenne et de l’Union africaine, aux partis politiques ivoiriens, aux ONG nationales et internationales de défense des droits humains, à la presse nationale et internationale, au Rezopanacom, à 2CM, à acteurs des nouveaux médias, aux différentes plateformes de la société civile, aux chefs religieux, aux chefs traditionnels, à tous les Ivoiriens et à toutes les ivoiriennes ainsi qu’à toutes les personnes ayant concouru, d’une façon ou d’une autre, à l’amplification de nos cris de détresse qui ont abouti à l’obtention de ces libérations.

S’il est indéniable que cette mesure de libération a pu considérablement détendre l’atmosphère sociopolitique en Côte d’Ivoire, l’AFFDO-CI est peinée de constater que cette Ordonnance d’Amnistie, quoique concernant l’ensemble des infractions liées à la crise postélectorale de 2010-2011, n’a encore pu être appliquée à 30 personnes, abusivement détenues depuis 7 ans, et qui demeurent encore en détention pour des raisons que nous ignorons. Tout en interpellant la Communauté nationale et internationale sur cette situation intenable, l’AFFDO-CI exhorte instamment le gouvernement ivoirien à procéder à la libération de ces 30 détenus dont les causes de la détention ne sont pas détachables des événements liés à la crise postélectorale de 2010-2011.
Car, un (1) jour de détention supplémentaire de tous ces chefs de familles civils et militaires au mépris de cette amnistie n’en rajouterait qu’à l’abus. Aussi, pour ces 30 personnes encore détenues, l’AFFDO-CI entend mettre tout en œuvre afin qu’elles recouvrent aussi de leur liberté.

C’est le lieu d’attirer, encore une fois, l’attention de la Communauté nationale et internationale sur le fait que l’information donnée par la télévision nationale (RTI 1) relative à la libération de 60 militaires n’a été suivie d’aucun effet.

POUR LA DIGNITE HUMAINE, LIBEREZ NOS PARENTS !

Fait à Abidjan le 10 septembre 2018

Pour l’AFFDO-CI

Désirée DOUATI

Présidente

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.