Sepp Blatter promet de licencier les responsables corrompus, les sponsors de la FIFA s’inquiètent

Le président de la FIFA Joseph «Sepp» Blatter a commenté le scandale de corruption qui a éclaté hier à Zurich deux jours avant les élections du nouveau président de l’organisation, en disant que la FIFA licenciera tous les coupables.

«Il n’y a pas de place pour tels agissements dans le football, et nous garantissons que tous ceux qui sont impliqués dans des schémas de corruption seront mis hors-jeu», a revendiqué Sepp Blatter, qui présentera sa candidature aux élections de vendredi, dans un communiqué du service de presse de la FIFA. Les élections, selon le porte-parole de la FIFA Walter de Grigorio, ne seront pas reportées et se tiendront à temps.

D’après les dires de Blatter, l’organisation poursuivra sa coopération avec les organes compétents pour «éradiquer toute activité inappropriée, rétablir la confiance des amateurs de football et veiller à ce que le football dans le monde entier soit exempt de faute».

Les déclarations de Sepp Blatter visent à répondre aux inquiétudes des sponsors officiels de la FIFA comme Coca-Cola, Visa, Adidas, McDonald’s et Hyundai Motor qui, préoccupés par le scandale, sont susceptibles de revoir leurs relations financières avec cette dernière. Les «parrains» appellent à prendre des mesures rapides et immédiate pour lutter contre ce problème. La FIFA ouvert une enquête et mis à pied 11 responsables sur 14 accusés de corruption et de blanchissement au moment du choix des pays hôtes des Coupe du Monde 2018 et 2022. Sept personnes ont déjà été arrêtées à Zurich mardi matin à la suite d’une opération de la police suisse sollicitée par les autorités américaines qui ont mené cette enquête. Sepp Blatter, quant à lui, ne fait pas partie des inculpés.

Parmi les accusés il faut nommer les deux vice-présidents actuels de l’organisation Jeffrey Webb et Eugenio Figueredo ainsi que Jack Warner, l’ex vice-président de la FIFA qui auraient reçu deux millions de dollars de la part d’une compagnie qatarie après que le Qatar a reçu le droit d’accueillir la Coupe du monde 2022. Jack Warner a été arrêté en Trinidad et Tobago et mis en détention. L’ex-responsable de la FIFA nie les accusations portées contre lui.

Le scandale pose la question du report des élections du nouveau président de la FIFA prévues pour vendredi, alors qu’une enquête des autorités judiciaires américaines était en cours depuis déjà plus d’un an. La Russie, qui a obtenu la responsabilité de la tenue de Coupe du Monde 2018 et qui a déjà résisté aux tentatives de l’Occident de la priver du mondial, s’est opposé à ce que les Etats-Unis tentent d’étendre leur législation sur d’autres pays. Alexandre Loukachevitch, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a demandé aux autorités américaines d’«arrêter d’essayer de porter un jugement bien au-delà de leurs limites juridictionnelles» et de «respecter les procédures judiciaires internationales». Les élections étant prévues pour vendredi, certaines confédération continentales ide football demandent à la FIFA de reporter les élections. Par exemple, l’UEFA se dit prête à boycotter le congrès de Genève suite aux arrestations de mardi matin. Mais tous ne sont pas d’accord : la Confédération asiatique de football se prononce contre le report des élections au sein de la fédération internationale et soutient la candidature du président actuel Sepp Blatter.

«La confédération asiatique exprime sa déception et son chagrin au sujet de ce qui s’est passé à Zurich et s’oppose à tout report des élections du président de la FIFA prévues pour vendredi», dit-on dans un communiqué officiel sur le site de la confédération.

Source: Russia Today

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.