Serges Kassy à “son” jeune frère Moussa Doumbia alias Tiken Jah Fakoly: «Je prends le risque de me faire oublier par le peuple de Côte d’Ivoire, et réfuse cette main tendue qui pue le débauchage»

Serges Kassy à “son” jeune frère Moussa Doumbia alias Tiken Jah Fakoly: «Je prends le risque de me faire oublier par le peuple de Côte d’Ivoire, et réfuse cette main tendue qui pue le débauchage»

Je voudrais ce matin, dire à mon ami et frère Tiken Jah Fakoly que le 19 septembre 2002, quand Alassane Dramane Ouattara et Soro Guillaume prirent les armes pour attaquer les institutions de la République de Côte d’Ivoire incarnées par le Président Laurent Gbagbo, il fit le choix de soutenir la rébellion, et moi de soutenir les institutions de la République.

13 ans durant, chacun de nous s’est battu pour défendre ses idées. Moi pour le maintien des institutions, et lui pour le depart de Laurent Gbagbo. Et par la force des choses, Gbagbo fut, par un coup d’état, arrêté et déporté à La Haye.

Alassane Dramane Ouattara installé de force au pouvoir, et soif de vengeance, depuis le 11 avril 2011, n’a fait que tuer, massacrer, torturer, emprisonner, contraindre à l’exil tous ceux qui ont soutenu et défendu les institutions de la République qu’incarnait le Président Laurent Gbagbo. C’est dans cette animosité féroce et assassine que j’ai échappé le 5 avril 2011 à la mort, car les sbires de son mentor envoyé depuis l’Hôtel du Golf m’ont raté de peu.

Hier, sur les antennes de la radio Africa No1, nonobstant le fait que depuis un moment, les autorités ivoiriennes nous tendent la main en vue de rentrer au pays, Gadji Celi et moi, nous refusons. Pour lui, nous avons une dernière chance encore pour rentrer en Côte d’Ivoire et qu’il nous garantissait notre sécurité, sinon après il serait trop tard et le peuple ivoirien nous oubliera. Et ça sera dommage pour nous. Il nous tend encore la main et souhaite que nous la saisissons.

Je voudrais ici là dire à mon jeune frère Moussa Doumbia alias Tiken Fakoly: tant que les prisonniers politiques civiles et militaires qui croupissent en ce moment dans les géoles de son mentor Dramane et dont il fait semblant de ne voir, tant que les exilés qui vivent dans les camps de réfugiés dans les pays limitrophes ne rentrent pas en toute sécurité au pays, et surtout tant que le Président Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ne sont pas libérés pour venir prendre leur part de la réconciliation dont parle son mentor dont il s’est fait le porte-parole, je prend le risque de me faire oublier par le peuple de Côte d’Ivoire et réfuse, ici et maintenant, cette main tendue qui pue le débauchage ici et là d’exilés qui viendront en Côte d’Ivoire pour polir l’image du régime de son mentor qui continue de traquer les partisans du Président Laurent Gbagbo pompeusement appelés pro-Gbagbo.

L’avenir nous dira qui était dans la vérité et dans le vrai.

Bien à toi jeune frère. Le combat pour nous continue. La seule réconciliation pour nous qui est vraiment la vrai c’est la Côte d’Ivoire retrouvée autour d’elle avec tous ses enfants sans exception..

Je ne ferai jamais partie de ceux qui seront débauchés ici et là pour plaire à ton mentor. Je pense avoir été Claire.

La réconciliation de tous les fils de la Côte d’Ivoire retrouvée, nous y croyons.

Vive la Côte d’Ivoire unie avec tous ses enfants du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest.

ALLONS Y SEULEMENT

JUSTE LA VOIX DE L ARTISTE

Serges Kassy

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.