Showbiz: La percée de la musique nigériane

Showbiz: La percée de la musique nigériane

La musique nigériane sort de son lit. Et déjà une poignée d’années qu’elle s’est muée en une déferlante qui emballe tout sur son passage et ne laisse plus personne indifférent. Attention la Nigerian connection est dans la place !

La musique nigériane faite par la nouvelle génération fait une razzia. Elle dompte toute la jeunesse africaine car, ses mélomanes se comptent désormais au-delà des scènes et show-biz nigérians. Aussi envoutante que percutante, la musique nigériane est de plus en plus consommée aussi bien par un public africain qu’occidental. Dans tous les pays du continent, dans tous les points chauds, cette musique est sans cesse distillée. Les artistes nigérians se sont emparés de la scène musicale et y règnent en maître absolu.

La preuve, si autrefois en Côte d’Ivoire la part belle était faite aux artistes congolais, le constat  aujourd’hui  est que les mélomanes ivoiriens se ruent d’avantage sur les disques des artistes nigérians. L’impact est tout aussi remarquable. En effet, la ruée vers les artistes nigérians fait d’eux les nouvelles coqueluches du showbiz.

Qui sont ces artistes et qu’est-ce qui peut bien expliquer ce redécollage  de la musique nigériane qui dans les années 1970, avait connu le succès ? L’on se souvient encore des mélopées et des rythmes envoutants des artistes comme Prince Nico M’Barga, son orchestre le Rocafil Jazz et sa rythmique le Shakara. Ou encore feu le mythique Féla Anikulapo Kuti et ses Africans Queens qui ont propulsé l’Afro beat sur la scène internationale. Comme on le voit, la musique nigériane a connu ses années de gloire avant de plonger dans une pseudo-léthargie. Quatre décennies après d’où lui provient-elle cette force de sublimation ? La musique nigériane a-t-elle pris son bain de jouvence ?

A ces préoccupations, nous allons tenter de trouver un début de réponse. Pour y arriver, nous avons promené notre projecteur sur cette nouvelle génération et ce que nous y découvrons est tout simplement formidable. Pour commencer, on ne peut parler de musique nigériane dans sa version juvénile, voire nouvelle génération, sans faire allusion au groupe P-Square composé d’un duo. Les frères jumeaux Pierre et Paul  Okoyate. Ceux-ci en occurrence font office de porte étendard de cette musique. Le groupe P-Square vient en tête de liste de cette nouvelle génération d’artistes nigérians qui planent à souhait sur le showbiz africain. L’année 2006 marque le début de la consécration de ce groupe  avec l’album « Get  Square ». C’est muni de ce sésame que les frères jumeaux percent le mythe des scènes.

Delà ils obtiennent de multiples récompenses.  Paul et Peter, c’est un savant mélange  de dance hall et Rythm and blues (R&b). C’est à coup sûr qu’ils se font remarquer, le  public est appâté et en redemande. Un style particulier qui fait d’eux des incontournables dans le showbiz. Plus tard, le groupe remet le couvert avec  un autre album «  Game over » qui explose dans les bacs. Les mélomanes ne peuvent plus s’en passer et les albums se vendent à des milliers d’exemplaires (le troisième album s’est vendu à plus de 8 millions d’exemplaires). Danseurs, artistes et musiciens à la fois, Peter joue de la guitare acoustique, de la basse et de la batterie tandis que son frère Paul  lui manie à merveille les touches du piano.

Outre leurs acquis de musicien né, la touche familiale fera la différence. C’est indéniablement la haute qualité de leurs clips réalisés par l’aînée Okoye, le frère attentionné : Engees qui permet à ce jeune groupe de se positionner véritablement. En effet, lorsqu’on regarde les clips tels que « Do me », « Chop my money »… on croirait avoir affaire  à des clips d’artistes américains. Ce,  tellement ils sont adaptés aux normes internationales. Ils constituent donc un atout majeur pour les artistes nigérians qui n’aspirent qu’à conquérir d’avantages de mélomanes.

Artistes complets de par la qualité de leurs albums, les frères Paul et Peter Okoye n’ont sans cesse eu de collaborer avec de grands noms de la musique américaine notamment Akon, et Rick Ross mais aussi avec leurs compatriotes  J-Martins, 2 face Idibia.  Si aujourd’hui ce duo est considéré comme l’un des meilleurs groupes africains mondialement reconnues, il n’en demeure pas moins qu’il dispute la scène africaine voire internationale avec d’autres compatriotes notamment D’banj, Bracket, Chindinma Ekile, Waje, Wizkid, J Martins.

Dapo Daniel Oyebanjo, alias D’Banj chanteur et compositeur nigérian occupe une place de choix dans l’arène des nouvelles coqueluches du showbiz. C’est à la faveur de la sortie de son  single « Oliver twist » qui est un concentré de musique africaine de Rnb et de music électronique, sorti en été 2012 que ce dernier s’est fait connaitre d’avantage dans le monde entier. Bien avant « Oliver Twist », l’artiste avait déjà mis à la disposition des mélomanes, un premier opus en 2005  intitulé « No Long », dont le titre phare « Tongolo » lui a permis d’être révélé au grand public africain. A la suite  de ce premier succès, D’Banj enfonce le clou avec un deuxième  album « Rundown Funk Up ». Cet album lui apporte la consécration. Dès lors les récompenses musicales s’enchainent. Au nombre desquelles l’award du meilleur chanteur africain aux Mtv Europe Music Awards 2007 ainsi que le titre du meilleur artiste de l’année  aux Mtv Africa Music Awards 2009.

A l’instar de D’Banj, le groupe Bracket fait partie de cette nouvelle égérie d’artistes nigérians qui planent tant sur la music africaine que surfant sur les scènes internationales. Créé dans les années 1990, le groupe fait ses débuts en 1998. Bracket est considéré par bon nombre d’observateurs comme l’un des groupes africains les plus en vogue du moment.

Quant à Chidinma Ekile, elle est incontestablement l’une des dernières étoiles montantes du Nigéria. Vainqueur de l’édition 2011 de l’émission de téléréalité « Project Fame West Africa », cette jeune artiste de 22 ans a supplanté les dix-huit autres candidats issus des pays comme le Libéria, le Ghana, la Sierra-Léone et même du Nigéria. Chindinma a une douce voix qui vous envoute et vous emporte. Comme influences musicales, elle cite Alicia keys, Whitney Houston, Mariah Carey, Fela Kuti, Omawunmi, Onyeke Onwenu.

Tout comme Chidinma, Waje est l’autre  étoile montante de la music nigériane qui occupe une place de choix dans l’univers du showbiz. Elle a déjà collaboré avec le groupe P-Square sur des titres comme « Do me » et plus récemment « Jeje ». Son pseudo Waje signifie Words Aren’t Just Enough. Elle a également accompagné des artistes comme Wyclef Jean, Keri Hilson sur scène et a été nominée lors de nombreux évènements. Fan de Whitney houston, elle lui a d’ailleurs rendu hommage à sa façon. C’est aussi elle qui a accompagné M.I. sur la magnifique chanson « One Naira ». En attendant la sortie de son album, redécouvrons « For A Minute ».

Dans cette tanière de nouveaux rois de la music made in Nigéria, l’on retrouve également Wizkid. Ayodeji Ibrahim Balogun, de son vrai nom, est un jeune artiste qui a commencé à l’âge de 11 ans. A ses débuts, il se faisait appeler Lil’ Prinz. Aujourd’hui il est l’un des nouveaux visages de la musique au Nigéria. Lorsqu’il pose sur une chanson, on ne peut pas le rater. Il a un timbre vocal qui le particularise. De plus son cri de guerre « wiiiiizyyy rappelle que c’est bel et bien lui qui chante.

  1. Martins est l’un des artistes dont la renommée s’est construite autour des featurings qu’il a faits au cours de sa carrière prometteuse. En effet ce natif de l’Etat d’Onistha Amabra (Nigéria)  a travaillé avec les plus grands artistes à succès Nigérians tels que P-Square, Waje, Banky W, Bracket, Sasha, 2 Face Idibia, Timaya…. Il a également collaboré avec le congolais Fally Ipupa sur « Jupka »  et le groupe zouglou  Ivoirien les patrons sur leur dernier cru à travers le titre « près du cœur ». L’année 2008 voit la sortie de son album « Get Serious » composé de 10 titres qui ont changés la face de la musique nigériane. Puis en 2009 il monte les enchères avec un second opus intitulé « Elevated » avec des singles tels qu’Oyoyo, Eva, Jukpa, Change, Tonight… Ce brillant universitaire diplômé en communication de masse et en administration commerciale, a été nominé en 2009 au hip hop world awards pour la meilleure collaboration, ainsi qu’au chanel awards 2009.

Noura Kamagaté, pour eburnienews.net

__________________

Le secret des artistes nigérians

S’ils ont gravis les marches et sont parvenus à ce niveau, les artistes nigérians ont dû travailler d’arrache pied tout en misant sur une organisation parfaite. Leur carrière est gérée au quotidien par des manageurs et se font entourer par tout un staff de professionnels qui mettent assez de sérieux dans la gestion de la carrière de leur poulain.  Puisant dans la tradition Ibo, Yoruba, les artistes Nigérians ont au fil du temps, compris l’intérêt de valoriser leurs cultures à travers les rythmes et sonorités du terroir qu’ils allient à merveille avec les sonorités occidentales, surtout américaines. Une sorte de mélange de  Rnb, Dance hall, Reggae, Jazz, à la sauce nigériane et le résultat est tout simplement extraordinaire.

Les artistes Nigérians ont par ailleurs misé sur un syncrétisme musical redoutable, doublé de belles qualités scéniques. La plupart d’entre eux ayant évolué dans des groupes de danse avant de tenir le crachoir. Pour booster leurs carrières et avoir une bonne assise sur les scènes internationales, ces derniers font des featuring à profusion avec des stars mondialement reconnues. Le groupe P-Square par exemple s’est attaché les services du célébrissime Akon avec qui ils ont joué sur le titre chop my money. Tout comme avec le rappeur américain Rick Ross dans le titre ‘’beautiful onyenye et bea’’.  Les frères jumeaux ont aussi collaboré avec la star du Rnb français Matt Houston sur une reprise de leur titre « E no easy ».

Innocent Ugah Idibia Showbiz: La percée de la musique nigériane

Innocent Ugah Idibia

Outre les stars de la musique américaine, ils ont fait des featurings avec leur compatriote dont  2 face Idibia et J Martins.  Les P-Square ne sont pas les seuls à s’inscrire dans cette dynamique. Leur compatriote D’Banj lui, fait  partie de l’écurie du label G.O.OD Music et est le protégé du rappeur américain Kanye West. Quant à la belle Waje, elle a déjà accompagné sur scène Wiclef Jean et la plantureuse chanteuse américaine Kery Hilson.

Outre ces featurings les artistes nigérians se distinguent par la qualité de leurs clips qui  sont adaptés aux normes internationales. Généralement réalisés dans des endroits magiques, à coupé le souffle avec des filles d’une beauté envoutante, les artistes nigérians font rêver les nombreux téléspectateurs qui ne se privent pas de les télécharger. Le clip vidéo est un outil indéniable dans la promotion de l’album. Les artistes Nigérians ayant certainement pris conscience de ce fait, prennent sur eux de réaliser les clips avant la sortie de leurs albums. Assurant ainsi une promotion efficace de leurs œuvres au plan local comme à l’internationale.

Autre particularité, la sortie de leurs œuvres est généralement suivie d’une tournée internationale. Les clips de ces artistes sont de plus en plus prisés par les populations africaines en générale et ivoirienne en particulier. La raison, ils ont réussi à vendre du rêve à travers leurs œuvres magistralement orchestrées.

Noura Kamagaté, pour eburnienews.net

_________

NB: Il est permis de reprendre nos articles sous condition d’en préciser la source

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.