Silence Ivoiriens de la diaspora: Vous pouvez maintenant être rapatriés avec l’accord de Ouattara

Silence Ivoiriens de la diaspora: Vous pouvez maintenant être rapatriés avec l’accord de Ouattara

La question de l’immigration légale et clandestine représente avec le terrorisme, une des préoccupations de premier plan pour les dirigeants européens. Pour s’attaquer aux causes profondes de ces flux migratoires les responsables européens ont organisé des rencontres aussi bien entre eux, qu’avec des responsables africains, pour l’étude du phénomène et la recherche de solutions. De ces rencontres, il a été décidé d’établir une coopération étroite avec les pays d’origine et de transit.

L’action menée par le Conseil de l’Union Européenne dans ce domaine vise à s’attaquer aux raisons qui poussent les personnes à fuir, notamment les conflits, l’instabilité politique et économique, les violations des droits de l’homme et la pauvreté.

Entre autre décisions adoptées, il convient de relever le les responsables européens prévoient de ramener dans leur pays d’origine les personnes qui n’ont pas le droit de séjourner dans l’UE. À cette fin, l’UE a entrepris d’engager des négociations avec les dirigeants africains dans le but de conclure des accords pour le retour de leur ressortissants dans leurs pays d’origine. C’est dans le cadre de la mise en place de ces accords qu’une délégation de l’Union européenne conduite par le président du conseil des ministres des affaires étrangères de l’Union, Bert Koënders a été reçue samedi dernier à Abidjan par Alassane Dramane Ouattara avant d’entamer une séance de travail avec leur homologue ivoirien.

Selon Bert Koënders, l’Union européenne est prête à travailler avec la Côte d’Ivoire eu égard à son expérience avérée en matière de flux migratoire. «On a un dialogue de haut niveau entre la Côte d’Ivoire et l’Union européenne et il y a trois aspects importants, premièrement il est important qu’il y ait un partenariat entre l’Europe et la Côte d’Ivoire pour la création d’emploi pour la jeunesse».

Du communiqué conjoint sur le dialogue de Haut Niveau sur les migrations du 16 avril 2016 en Cote d’Ivoire, il ressort que « l’Union européenne et la Côte d’Ivoire partagent l’avis que la mise en œuvre d’une politique efficace de retour systématique des personnes en situation irrégulière constitue une partie intégrante de la gestion des migrations et qu’elle est le meilleur moyen de décourager les candidats potentiels de mettre leur vie en péril.» Toutefois, «l’Union européenne constate que, sur la base de ses chiffres, très peu de ressortissants Ivoiriens ayant fait l’objet de décisions de reconduite à la frontière ont été effectivement reconduits». Le taux de retour des Ivoiriens en situation irégulière avoisinerait seulement 14%, précise l’Union européenne. C’est pourquoi elle souhaiterait que les autorités ivoiriennes fassent un peu plus d’effort, ce à quoi le régime Ouattara a répondu positivement. En effet, selon toujours le communiqué conjoint sur le dialogue de Haut Niveau sur les migrations du 16 avril 2016 en Cote d’Ivoire, la Côte d’Ivoire s’engager à «accroître sa coopération, notamment en améliorant les procédures d’identification des personnes en situation irrégulière y compris à travers les missions d’identification qu’elle conduit déjà en Europe et qu’elle intensifiera et la délivrance des laisser-passer consulaires (LPC).»

En termes clairs, le régime Ouattara vient de donner son accord à un processus de rapatriement massif d’Ivoiriens vivant en Europe.

Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.