Simone Gbagbo à propos de l’affaire André Kieffer: «ils n’ont plus intérêt à réveiller une affaire qui pourrait se retourner contre eux-mêmes»

Simone Gbagbo à propos de l’affaire André Kieffer: «ils n’ont plus intérêt à réveiller une affaire qui pourrait se retourner contre eux-mêmes»

Dans le cadre de sa comparution en assises où elle est jugée pour crimes contre l’humanité, il a été demandé à l’ex Première dame ivoirienne, Simone Gbagbo de se prononcer sur la disparition du journaliste franco-canadien Guy André Kieffer, en 2004 à Abidjan.

La-dessus, Madame Gbagbo a révélé qu’elle n’a entendu parler du journaliste français Guy André Kieffer que lorsqu’elle a été accusée de l’avoir tué. «Ce Monsieur Kieffer, je n’ai entendu parler de lui que lorsqu’on m’a accusée de l’avoir tué. Je ne savais pas qu’il était en Côte d’Ivoire, je ne savais même pas qui il était», a-t-elle pécisé.

Madame Gbagbo regrette que la lumière sur cette affaire tarde à être faite alors que le régime Gbagbo n’est plus au pouvoir. « Aujourd’hui, Gbagbo n’est plus au pouvoir, moi je suis en prison et ils n’ont plus intérêt à réveiller une affaire qui pourrait se retourner contre eux-mêmes. Ils vont faire le mort sur le dossier », a-t-elle révélé, en faisant allusion au régime Ouattara.

Selon l’ex Première dame le black out sur le dossier montre que l’affaire Kieffer, tout comme celle du fameux charnier de Yopougon, faisaient partie d’un processus orchestré par des personnes qui n’ont pas accepté que Laurent Gbagbo soit devenu président dont le but était de noircir au maximum l’image du président Gbagbo et tout son entourage.

Elle souhaite toutefois que ce dossier «aille jusqu’à son terme» afin que la famille de M. Kieffer soit située sur la disparition de ce dernier. « On m’accuse, on me salit (…). Que l’enquête concernant cette affaire aille à son terme ! » a lancé l’ex Première dame ivoirienne, Simone Gbagbo. « Il faut qu’on sache qui était Kieffer. Je suis intéressée de le savoir. Je ne le connais pas et n’avais jamais entendu parler de lui », a poursuivi Madame Gbagbo.

Rappelons que le journaliste franco-canadien, Guy-André Kieffer a disparu le 16 avril 2004 sur un parking de la capitale économique ivoirienne alors qu’il avait rendez-vous avec Michel Legré, beau-frère de Simone Gbagbo. À l’époque, monsieur André Kieffer enquêtait sur des malversations financières, notamment dans la filière cacao.

Jusqu’à ce jour, les circonstances de sa disparition n’ont pas encore été élucidées. En novembre 2014, le juge d’instruction français saisi de l’affaire, Cyril Paquaux, a introduit des commissions rogatoires internationales mais il attend désormais le retour de la partie ivoirienne.

Eburnienews.net

_____________________

Lire aussi: “L’accusation peine à présenter des preuves contre Simone Gbagbo

 

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*