Simone Gbagbo une nouvelle fois appelée à la CPI : ce qu’il faut savoir (Vidéo)

Après plus de 3 ans de procédure, la CPI clarifie encore les choses et demande une nouvelle fois le transfert de Simone Gbagbo à La Haye.

En effet, dans une décision rendue le mercredi 27 mai 2015, la chambre d’appel a rejeté l’appel de la Côte d’Ivoire qui soulevait une exception d’irrecevabilité.

•Pour faire simple

En bref : la Côte d’Ivoire souhaitait éviter le transfert de Simone Gbagbo en montrant que l’État ivoirien était déjà en train de s’occuper de la même affaire, mais les juges de la chambre d’appel sont restés d’accord avec les juges de la chambre préliminaire. Pour eux, l’État ivoirien n’a pas engagé de procédure sérieuse concernant les crimes contre l’humanité qu’aurait commis l’ancienne première dame.

•Un ultime recours encore possible

La Côte d’Ivoire peut-elle encore contester contre le transfert de Simone Gbagbo ? La réponse est oui. Si l’article 19 du Statut de Rome, qui gère le fonctionnement de la CPI, indique que la « recevabilité d’une affaire ou la compétence de la Cour ne peut être contestée qu’une fois », il précise toutefois que, « dans des circonstances exceptionnelles, la Cour peut autoriser qu’une exception soit soulevée plus d’une fois ».

•La réaction du bureau de la procureure

Joint par téléphone, Pascal Turlan, du bureau de la procureure, Fatou Bensouda, a fait part de sa réaction. Le bureau de la procureure souhaite que Simone Gbagbo soit jugée pour crimes contre l’humanité à la CPI. Il attend également de la Côte d’Ivoire qu’elle remette Simone Gbagbo à la CPI – le seul point noir de la coopération entre l’État ivoirien et la juridiction internationale jusqu’à présent.

•La réaction de la représentante des victimes

Contactée également par téléphone, Paolina Massidda, représentante des victimes dans l’affaire Simone Gbagbo devant la CPI, semblait en accord avec la décision prise par la chambre d’appel. « Nous sommes satisfaits », a-t-elle dit, parlant au nom de son équipe. Pour les victimes qu’elle représente, les assises d’Abidjan n’ont pas concerné les crimes contre l’humanité, elles souhaitent donc que Simone Gbagbo soit transférée à La Haye.

Les avocats de la Côte d’Ivoire, absents lors de l’audience publique, n’ont pas, pour le moment, fait suite à notre demande de contact. Sylvia Geraghty, avocate de Simone Gbagbo, n’a elle pas souhaité réagir sans avoir lu la décision de la chambre d’appel.

Par Maxence Peniguet et Clara Sanchiz

Source: Ivoire Justice

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.