Situation sociopolitique en Côte d’Ivoire: Comment en sortir? (Par Bécan Tiékpa Alice-Rosine)

Situation sociopolitique en Côte d’Ivoire: Comment en sortir? (Par Bécan Tiékpa Alice-Rosine)

N’en déplaise à tous ceux qui savent que la vérité guérit et sauve mais, qui la haïssent pour assouvir leurs petits intérêts. Certes, le président Bédié est un Chef, mais non un Dieu, donc il a les défauts inhérents à la nature humaine. Il peut se tromper, et il se trompe à bien des égards. Dans sa gestion du pouvoir d’Etat, 1993-1999, il a géré le pouvoir avec sa famille nucléaire, ses beaux parents et ses suiveurs sans que ceux-ci soient forcément des lumières : cela est une faute, un conflit d’intérêts !

Après la chute du président Gbagbo, 2011-2018, il a commis une grosse naïveté politique en faisant de Ouattara, un enfant de cœur ou un ange immaculé de revanche et de rancœur. Une fois de plus, dans l’ère ambiante de la victoire des vainqueurs, il s’en est suivi la foire des Koizan et des petits Bédié avec leur cohorte de suiveurs, au détriment des dignes Ivoiriens qui mouillent le maillot pour soigner les intérêts du pays et ceux de leur régime. Ce grand Bédié et ses proches suiveurs n’ont pas daigné lever le petit doigt quand Ouattara brisait les petits partis politiques (diviser pour régner). Ils sont restés dans la même torpeur quand, au mépris du PDCI-RDA, Ouattara ne faisait que la promotion des étrangers et des femmes et hommes du Nord du pays.

Des ministres, PCA, DG et Directeurs centraux à des postes juteux et à vie. Il faut être Bédié pour avaler de telles couleuvres et commettre ces avaries. Non rassasié de ses turpitudes dangereuses pour le peuple de Côte d’Ivoire et des jeunes générations, Bédié s’est érigé en sofa contre Charles Konan Banny pour son protégé Ouattara. Or pourtant, Charles Banny est fondamentalement PDCI et il le respire. De plus celui-ci connait parfaitement Ouattara et sa capacité de perfidie. Banny Charles fut devenu le monstre à abattre et Ouattara le doux agneau aux yeux de Bédié et de son PDCI-RDA devenu une prostituée. Qu’y-a-t-il aujourd’hui ?

Ouattara s’accapare le symbole mythique du PDCI (l’éléphant) pour son imposture RHDP UNIFIE, et il laisse au vestige PDCI, un emblème fait d’une image d’éléphant noir. Outtara fait rejeter plusieurs candidatures des cadres du PDCI pour les élections locales. Il bloque la CEI dans sa forme actuelle et bloque également la date du 13 octobre 2018 pour tenir lesdites élections. Ouattara oblige Bédié à ses bottes et il régente le PDCI à son bon loisir. Par la soldatesque, Ouattara a chassé Bédié du pouvoir d’Etat en 1999, par la rébellion et la guerre, Ouattara est parvenu au pouvoir d’Etat 2002-2011. En cela, il est cajolé, adoubé par Bédié et le PDCI-RDA. Pourquoi pas ?

Ce qui est navrant, c’est que Ouattara ne cherche pas loin. Il utilise les propres mufles de Bédié (N’Dri Jean-Claude, Koizan Aimé, Koizan Roger, N’Dri Yocoli père de jean-Claude et beau-frère de Koizan Bomo Henriette Bédié, Koizan Guy, Jean-luc et Patrick Bédié, sauf la beauté-nature Isabelle Bédié, Beugré Mambé, Youssouf Bakayoko, Danho Paulin, le blanc teint-clair Adjoumani Kobénan, Zié Daouda, Raymonde Goudou, Patrick Achi, Amichia François, Jean-Claude KOUASSI,… pour le charger et lui perforer les viscères. Comme quoi, les Bédié n’ont jamais aimé les hommes de valeur qui leur jurent fidélité. Ils n’aiment que les vauriens et les menteurs qui serpentent les couloirs de leur résidence. Je suis persuadé qu’à l’heure actuelle, Charles Konan Banny que le PDCI-RDA rejoint, sur le tard, doit être très embêté. Lui qui eut voulu mettre fin aux ruses perfides de Ouattara en 2015.

Dans cette grisaille et tumultueuse atmosphère politique où le PDCI est situation d’abattage et ses indéfectibles militants en extrême détresse, Henriette Bédié et ses vampires : Bernard Ehouman, Mme Kacou, Yao kan Koffi et Blé Dominique ont la tête à la fête et s’activent à escroquer entreprises et associations de bienfaisance pour se remplir les poches, au nom d’un certain gala du 26 octobre 2018. Quand et quand alors, cette junte jouissive prendra conscience qu’il y a un temps pour se battre et un autre pour danser ? Même si je suis parfaitement d’accord pour les belles corrections politiques qu’il inflige au chef du PDCI et à ses suiveurs (n’est-ce pas de telle pendaison que méritent les traitres et les hypocrites ?), j’implore la mansuétude de Ouattara et lui rappelle qu’il sort fraichement de la Mecque. Qu’il se rappelle les paroles saintes et se souvienne que Dieu ne lui pardonnera ses fautes et ses péchés que lorsque, lui-même, aura pardonné à ses semblables ce qu’ils lui auront fait. La roue tourne et demain ?

Bécan Tiékpa Alice-Rosine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.