Somalie: Le palais présidentiel attaqué

Somalie: Le palais présidentiel attaqué

Les shebab somaliens ont lancé une offensive contre le palais présidentiel. Si le chef de l’Etat n’était pas présent, ce nouvel attentat illustre bien les difficultés de l’Etat à rétablir la sécurité.

Ils étaient neuf et ont tenté de provoquer un véritable choc au sommet de l’Etat. Des assaillants shebab on lancé une très vaste attaque contre le palais présidentiel qui se trouve dans la capitale du pays Mogadiscio. Selon plusieurs sources concordantes, le chef de l’Etat Hassan Cheikh Mohamoud serait en sécurité dans une base de l’Union Africaine et ne se trouvait pas dans le bâtiment au moment de l’attentat. D’après les shebab, un certain nombre de personnes auraient été tuées durant l’attaque, principalement des membres des forces de sécurité. Néanmoins ces propos doivent être pris avec du recul puisque pour le moment aucune source officielle n’a confirmé un lourd bilan.

Ce n’est pas la première fois que le palais présidentiel est attaqué cette année et déjà en février un attentat similaire avait eu lieu. Le fait qu’une seconde fois une offensive de cette envergure soit possible vient mettre en doute sérieusement les capacités réelles des forces de l’ordre qui doivent normalement protéger les institutions du pays. Il aura fallu plusieurs minutes pour que la situation soit complètement sous contrôle dans le palais présidentiel car les assaillants semblaient très déterminés à tuer le président et ses collaborateurs. Le porte parole des shebab avait affirmé en février dernier que l’assaut envoyait le message« qu’aucun endroit n’est sûr pour le gouvernement apostat » ajoutant que « l’aéroport, le soi-disant palais présidentiel, comme tout autre endroit en Somalie peuvent être attaqués suivant nos plans ».La démonstration a été faite aujourd’hui.

Les shebab reprennent des forces

Cette attaque contre le palais présidentiel intervient alors que le Parlement et plusieurs autres bâtiments ont été pris pour cibles ces dernières semaines. Alors que cela fait presque trois ans que les shebab ont été chassés de la capitale, les conditions de sécurité restent tout de même précaires et les islamistes ont semble t’il ces derniers mois repris des forces. Alors qu’ils ont perdu la plupart de leurs territoires, ils contrôlent toujours certaines zones dans le centre du pays. C’est à ces endroits qu’ils réorganisent leur stratégie depuis plusieurs semaines. Elle est désormais très claire puisqu’ils ont décidé de semer la terreur par le biais d’attaques terroristes et de commandos afin de terroriser la population mais surtout de mettre en péril les dirigeants et les institutions. Se pose également la question de l’acheminement d’armes qui n’est désormais plus un problème pour les shebab et dont la provenance reste un mystère.

Alors que la situation s’était très largement améliorée l’année dernière, depuis janvier la multiplication des attentats s’est accélérée. Pour le moment malgré le renforcement de la sécurité rien n’a permis de faire cesser les attaques.

Lotfi Lounes

Source: Afrique Inside

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.