Soro Guillaume au Cameroun : Une Visite Malvenue. Car «les camerounais dans leur écrasante majorité, le considèrent comme un criminel»

Soro Guillaume au Cameroun : Une Visite Malvenue. Car «les camerounais dans leur écrasante majorité, le considèrent comme un criminel»

Patriotes Ivoiriens, Mr Soro Guillaume se rendra au Cameroun dans de prochains jours dit-on sur invitation de son « homologue camerounais », l’Honorable Cavaye Yéguié Djibril « pour une visite de travail et d’amitié » laisse-t-on entendre.

Les Camerounais dans leur écrasante majorité, des villes comme ceux des villages, considèrent ce jeune homme d’à peine 40 ans dont les mains sont maculées de sang de milliers d’Ivoiriens comme un criminel, un brigand et un sataniste.

Sa  visite au Cameroun (après celle du Ministre de la Défense,  puis du Ministre de la  Communication  et couronné par la participation au défilé à Yaoundé, d’un carré de milices (les Dozos) de Mr Ouattara au boulevard du 20 mai 2014 à l’occasion de la fête de l’Unité de notre pays) constitue une véritable provocation. Les questions que nombre de Camerounais se posent sont les suivantes :

Pourquoi cette  agitation et cette succession de visites  des  Proconsuls français en Côte d’Ivoire au Cameroun ?
Au moment où le peuple camerounais est en guerre contre la secte islamiste Boko Haram, que vient faire dans notre pays le Chef de la Rébellion   ivoirienne que les Français, toute honte bue  avaient surnommé « les Forces Nouvelles » ?

Avec l’immolation de Madame Mandjana Ouattara devant la Présidence de Côte d’Ivoire la semaine dernière en signe de désespoir et de protestation  contre la politique du régime en place, ne serait-il pas plus indiqué pour les Autorités de ce pays de s’occuper davantage de ses problèmes internes que d’entreprendre de coûteuses et inutiles opérations de relations publiques en direction du  peuple camerounais qui  sait où se trouve la vérité dans la crise et le drame que vivent les Ivoiriens depuis une décennie ?

Aux Patriotes Ivoiriens, soyez rassurés. Le Cameroun et les Camerounais n’ont pas changé et ne changeront jamais tant que le Président élu Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé resteront déportés à la Haye sur  décision des gouvernements français successifs et tant que le franco-burkinabé trônera à la tête de l’Eburnie (Côte d’Ivoire).

Quant à ce jeune criminel de Soro Guillaume, devenu « Président de l’Assemblée dite Nationale »,  après avoir endeuillé de milliers de familles ivoiriennes au prix d’une effroyable guerre financée par ses parrains français, et traversé une mare de sang d’innocents Ivoiriens, le peuple camerounais  déclare ne pas se reconnaître dans ces va-et-vient  sans fins de ces proconsuls  en terre camerounaise.

Aux Députés camerounais nous leur disons ceci : Posez-vous la question suivante : Quelle est la trajectoire scolaire et politique suivie par ce jeune homme d’à peine 40 ans pour devenir le Président de l’Assemblée Nationale (la 2ème personnalité) du  Grand pays que fut la Côte d’Ivoire ? Une insulte au bon sens et à la dignité de l’Afrique. Une insulte a votre intelligence.

Messieurs les Députés camerounais, allez-vous  lever pour un « standing ovation » quand ce jeune homme va faire son entrée  à l’Assemblée Nationale le 12 juin prochain ?

Aux Autorités de Yaoundé, nous disons que l’arrivée de ce criminel dans notre pays surtout au moment où le peuple camerounais toutes obédiences politiques confondues, essaie de se rassembler contre Boko Haram est une mauvaise distraction.

En effet, la secte Boko Haram  et comme hier « les Forces Nouvelles » de Sorro Guillaume constituent les deux faces d’une même réalité : celle du sang et de destruction préparés depuis Paris et  diligentés travers des réseaux maçonniques et rosicruciens.

Armand Roger Biloa Mballe 

Source: Le Sphinx  Hebdo


Session parlementaire de Juin: Guillaume Soro prononcera un discours à l’Assemblée Nationale

Le président de l’Assemblée nationale et personnalité politique africaine controversée en visite à Yaoundé dès le 11 juin 2014, sera reçu au palais des verres de Ngoa-Ekelle au cours d’une séance plénière, le 12. Durant ladite plénière l’ex-Premier ministre ivoirien délivrera un discours devant les députés camerounais.

Le président de l’Assemblée nationale et personnalité politique africaine controversée en visite à Yaoundé dès le 11 juin 2014, sera reçu au palais des verres de Ngoa-Ekelle au cours d’une séance plénière, le 12. Durant ladite plénière l’ex-Premier ministre ivoirien délivrera un discours devant les députés camerounais. 

Ce sera l’un des temps forts de la session ordinaire de juin 2014 – la deuxième de l’année – Officiellement, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne vient à Yaoundé, sur invitation de son homologue Cavaye Yéguié Djibril pour une visite d’amitié et de travail ; laquelle lui permettra, a appris Le Messager à bonne source, de rencontrer le président Biya au cours d’une audience devant intervenir le 13 juin. Guillaume Soro devrait également prendre langue avec la chambre haute du parlement camerounais – qui procède concomitamment avec la chambre basse, à la session ordinaire de juin- via une entrevue avec Niat Marcel Njifenji, le président du Senat, de même que plusieurs autres dignitaires camerounais. 

Guillaume Soro est la quatrième personnalité de très haut niveau de la République de Côte d’Ivoire à se rendre officiellement en visite au Cameroun depuis un an. Il y a un an, presque jour pour jour, le président Ouattara effectuait le déplacement de la capitale camerounaise, à l’occasion de la tenue du sommet sur la sécurité dans le golfe de Guinée. Si cette visite là peut être rangée dans le registre des relations multilatérales, en raison de l’identité des instances qui organisaient le sommet de fin juin à Yaoundé (Cedeao, Ceac et Cgc) celles plus récentes (avril 2014) au Cameroun, des ministres ivoiriens de la Défense et de la Communication s’inscrivent dans le cadre strict des relations bilatérales entre Abidjan et Yaoundé. 

Les deux membres du gouvernement les ont présentées officiellement eux-mêmes comme une démarche visant la quête d’expérience acquise par le Cameroun dans le domaine du développement des médias privée et de la gestion pacifique des conflits, même si de nombreux observateurs y voient une opération de charme en direction de l’opinion camerounaise qui s’était fortement impliquée, en 2010-2011 dans la campagne, les élections et la crise électorale en Côte d’Ivoire. 

R.N.T.

Source: Le Messager

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.