Soubré: Vague de licenciements au barrage hydroélectrique par la société chinoise Sinohydro

Soubré: Vague de licenciements au barrage hydroélectrique par la société chinoise Sinohydro

GNOUHOU HYACINTHE inspecteur du travail de Soubré : « Le licenciement est abusif »

Alors que leurs contrats d’embauche expirent le 25- 08- 2018, plusieurs employés de la société chinoise Sinohydro, ont reçu depuis le début du mois d’octobre 2016, des courriers de préavis de licenciement dans lesquels ils sont informés que leur contrat sera rompu définitivement le 29 octobre 2016. Selon M. Gnouhou G Hyacinthe directeur départemental, administrateur principal du travail et des lois sociales et inspecteur du travail, la procédure de licenciement entamée par Sinohydro est une véritable infraction au code de travail en Côte d’Ivoire. « Le licenciement est abusif » a-t-il dit.

Selon les courriers distribués aux travailleurs, les raisons du licenciement sont les suivantes : « Nous avons le regret de vous informer que nous sommes amenés à prendre la décision de votre licenciement dont le motif principal est le suivant : Vous avez été engagé le 26/08/2014 au sein de notre entreprise dans le cadre du projet d’aménagement hydroélectrique de Soubré. Mais le travail pour lequel vous avez été engagé prendra fin d’ici peu, parachevant ainsi l’ensemble des travaux de votre section. Afin d’éviter votre licenciement, nous avons activement recherché toutes les possibilités de reclassement dans l’entreprise mais nos tentatives se sont révélées infructueuses car les autres sections sont presque en fin de travaux et leurs effectifs sont aussi pléthoriques. De ce fait, nous sommes donc dans l’impossibilité de conserver votre poste. Toutefois, vous aurez droit à l’observation d’une période de préavis dont le délai d’exécution s’étend du 30/09/2016 jusqu’au 29/10/2016. A l’issue de cette période, votre contrat de travail sera définitivement rompu… »

lettre de licenciement eburnienews 768x1024 Soubré: Vague de licenciements au barrage hydroélectrique par la société chinoise Sinohydro

Cette décision provoque une véritable panique au sein des travailleurs. C’est pourquoi nous avons rencontré le 18/10/2016, M. Gnouhou .G. Hyacinthe directeur départemental, administrateur principal du travail et des lois sociales et inspecteur du travail de Soubré afin qu’il qualifie ces licenciements entrepris par la société chinoise. Selon l’article 18.10 et suivant du code du travail, un chef d’entreprise qui entreprend de licencier plus d’un travailleur pour un motif économique, doit organiser avant l’application de sa décision une rencontre d’information et d’explication avec les délégués du personnel qui peuvent se faire assister des représentants de leur syndicat de base. Cette rencontre a lieu sous la présidence de l’inspecteur du travail à l’inspection du travail… « C’est la seule procédure légale pour licencier plus d’une personne  s’il y a un motif économique a dit M. Gnouhou G Hyacinthe.  Sinohydro n’a pas respecté cette procédure. La direction a donné de simples lettres aux travailleurs pour leur dire que le 29 ils seront licenciés. En ma qualité d’inspecteur du travail, j’ai fait un rapport à ma hiérarchie pour leur expliquer cette violation du code de travail : j’ai adressé un courrier à Sionhydro pour les interpeller sur cette procédure viciée, avec ampliation à CI-Energie et le préfet de région. La direction Sinohydro peut toujours se ressaisir pour reprendre la procédure qui est viciée » a-t-il dit.

Mais à quoi Sinohydro peut-elle s’exposer si elle s’entête dans cette procédure viciée ?

L’inspecteur du travail et des lois sociales de Soubré, M. Gnouhou Hyacinthe a été on ne peut plus clair. « Toute rupture abusive de contrat donne lieu au paiement de dommages et intérêts » a-t-il expliqué. En effet, selon l’article 18.15 du code de travail, les licenciements effectués sans motif légitime ou les licenciements économiques collectifs sans respect de la procédure (voir art10.10) ou pour faux motif, sont abusifs.Voilà pourquoi si la direction de la société chinoise Sinohydro continue dans cette procédure viciée, elle sera obligée de payer des dommages et intérêts à tous les travailleurs concernés. « J’ai demandé à tous les travailleurs concernés de déposer une copie de leur lettre de licenciement à l’inspection du travail de Soubré afin que si le 29 octobre 2016, ils sont vraiment licenciés, ils puissent porter plainte contre Sinohydro afin que leurs droits, dommages et intérêts soient payés » a dit Gnouhou Hyacinthe.

La mobilisation est totale au sein des travailleurs.

Christine Ahou, journaliste indépendante

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE