Sous le président Ouattara, c’est la concurrence des drames en Côte d’Ivoire

Sous le président Ouattara, c’est la concurrence des drames en Côte d’Ivoire

Le Président a promis au Ivoiriens des pluies de milliards et la paix. Les Ivoiriens n’ont pas encore été mouillés par une rosé ni un début de réconciliation. Que dire aussi de la pauvreté abjecte qui touche les Ivoiriens du planton jusqu’au haut cadre du pays. D’ailleurs, la récente sortie du représentant de la Banque mondiale a fini par convaincre les adorateurs du « prince » de Kong , que la croissance n’est pas synonyme de bien-être. Il est vrai que la pauvreté est inquiétante dans notre pays mais ce qui nous turlupine l’esprit c’est la concurrence des drames depuis le 11 avril 2011. Dans cette contribution, il ne s’agit pas pour nous de faire un point exhaustif des drames sous la présidence Ouattara. Il sera impossible pour nous de le faire tellement le quotidien des Ivoiriens est rythmé de mauvaises nouvelles, pour autant cette petite liste suffit pour apprécier la malchance de notre Président.

Depuis la 11 avril 2011, le pays est constamment sous les feux des projecteurs tant les records sous le Président Ouattara inquiètent.

Le premier drame se produit alors que le pouvoir Ouattara venait de prendre ses quartiers au Palais. Un bus a dérapé sur le pont Houphouët-Boigny pour se retrouver dans la lagune. L’accident a fait au moins une quarantaine de morts, en tout cas les repêchés et des blessées. On était donc en 2011.

Le deuxième drame a frappé l’armée. Six (06) éléments des Forces de républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) ont disparu dans la lagune. Il s’agit de deux (02) marins dont le capitaine de Frégate Secongo Doulaye, chef du bureau des Opérations de la marine, de trois (03) gendarmes et d’un policier. C’était en septembre 2012.

Le troisième drame se produit au plateau, à la fête de la lumière où plus de 60 personnes ont péri dans une bousculade, aux premières heures de l’an 2013, aux environs d`une heure du matin, après avoir assisté à la cérémonie de lancement des feux d`artifice et autres jeux de lumière commémorant le Nouvel an. Cette fois, c’est au début de l’année 2013.

Le quatrième drame se produit à Yopougon. En janvier 2014, les Ivoiriens ont appris avec stupéfaction et désolation, la triste nouvelle de l’effondrement d’un immeuble de quatre étages à Yopougon, au quartier Maroc. Ici encore un triste événement qui vient s’ajouter à la liste des drames spectaculaires qui font florès dans le pays depuis l’avènement de Ouattara aux commandes de la Côte d’Ivoire en avril 2011.

Le cinquième drame frappe une militante du RDR. Le mercredi 21 mai 2014, une jeune dame du nom de Madjara OUATTARA, âgée d’une trentaine d’années, a tenté de s’immoler devant le Palais présidentiel. Ce drame se déroulait alors qu’Alassane Ouattara fêtait les trois ans de sa deuxième investiture au cours d’un conseil des ministres. La jeune femme va perdre la vie le lendemain.

Le sixième drame concerne les morts des inondations. En juin 2014, plus de 20 personnes ont péri dans des éboulements de terrains et inondations depuis le début de l’hivernage à Abidjan. C’était du jamais vu dans notre pays. Incapable de donner une liste exhaustive des drames sous Ouattara, arrêtons-nous sur ce chiffre six (6) et il reviendra à chacun de méditer sur ce chiffre.

Dieu nous garde !

PRAO Yao Séraphin

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*