Souvenir: 10 août 1984. Maire de Neuilly, Sarkozy marie Jacques Martin à Cécilia avant de le faire cocu. | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Souvenir: 10 août 1984. Maire de Neuilly, Sarkozy marie Jacques Martin à Cécilia avant de le faire cocu.

Souvenir: 10 août 1984. Maire de Neuilly, Sarkozy marie Jacques Martin à Cécilia avant de le faire cocu.

La mariée est trop belle, Nicolas en tombe éperdument amoureux et fait tout pour l’arracher à son meilleur ami.

Imaginez le supplice de Tantale : tomber follement amoureux de la femme que vous êtes en train de marier. Qui plus est, enceinte de huit mois ! Tel est l’enfer vécu le 10 août 1984 par Nicolas Sarkozy. Il est jeune, très jeune. Presque encore un petit merdeux de 29 ans, mais il est déjà maire de Neuilly et prêt à tout pour s’emparer de ce qu’il désire. Une nation ou une femme. Depuis deux ans, Nicolas est marié à la plus merveilleuse des femmes qu’il aime et qui l’aime. Mais voilà, il n’est qu’un personnage de Novella.

Comme maire de Neuilly-sur-Seine, Nicolas se réserve le mariage des célébrités. Aussi n’hésite-t-il pas à interrompre ses vacances corses pour unir Jacques Martin, 52 ans, à Cécilia Ciganer-Albéniz, 27 ans, enceinte jusqu’aux dents. En la voyant paraître devant lui, si belle, si désirable malgré son état, le jeune Nicolas “bugue” complètement. Éruption hormonale maximale. C’est Clyde tombant amoureux de Bonnie, c’est Rusty adoptant Rintintin, c’est Brigitte Bardot rencontrant son premier bébé phoque… Dans une biographie consacrée à Sarkozy, Catherine Nay décrit parfaitement le maelström sentimental vécu par celui-ci : “Une sorte de feu intérieur l’envahit, que la chaleur estivale n’explique pas. Un embrasement qui s’appelle le coup de foudre. Il est subjugué par l’allure féline de la jeune femme, ses yeux de chatte égyptienne qui lui font un regard si distant, ses faux airs de Jackie Kennedy. Une vraie first lady.Pourquoi, moi, je marie cette femme à un autre ? Elle est pour moi.Voilà ce qu’il se dit en cet instant.”

Après un terrible choc émotionnel, le petit Nicolas parvient à reprendre contenance. Il célèbre le mariage qu’il conclut avec un discours n’ayant ni queue ni tête. Ainsi, s’adresse-t-il à Jacques Martin pour lui dire qu’il adorerait lui offrir son écharpe de maire, mais que c’est chose impossible. Pourquoi une telle déclaration ? Nul, dans la salle, ne comprend le sous-entendu. Pas même lui, probablement. Il n’y a que Freud et Jung qui jubilent dans leur tombe car ils ont compris que c’est l’inconscient du jeune maire qui parle. En déclarant qu’il veut lui donner son écharpe tricolore, il exprime son désir d’être, lui, à la place du marié. 

Rencontres secrètes

Bien entendu, Nicolas commence par se jurer d’oublier Cécilia. Les promesses ont toujours été son fort… Sur le moment, il est sincère. Mais cela dure un ou deux jours… Bref, il s’empresse de s’introduire dans l’intimité du couple Martin. Quand Cécilia accouche, 17 jours plus tard, c’est lui le parrain de la petite Judith. Les Martin organisent un dîner ? Les Sarkozy sont présents. Les Martin font une, puis deux filles ? Les Sarkozy font un, puis deux garçons. Jacques enregistre son émission avenue de Wagram ? Nicolas est souvent dans la salle. Nicolas reçoit un invité de marque à la mairie de Neuilly ? Jacques est là. Jacques a dit : “Je loue une villa à Mougins pour l’été.” Nicolas nage dans la piscine…

Leurs deux épouses deviennent les meilleures amies du monde. Pauvre petit Nicolas incapable de résister à l’appel de l’amour. Il couvre Cécilia de fleurs, l’appelle à chaque heure de la journée. Elle veut résister. Mais lui insiste. Mais qui peut résister à Sarkozy? Une liaison s’engage. Sarko et Cécilia découvrent les vertiges de l’amour… 

Essoufflée, en petite tenue

Mais, attention, ils restent très discrets… Jusqu’au jour où, comme tous les amants, ils se font surprendre. Feydeau plante la scène dans un hôtel de Genève, durant le printemps 1988. Le couple Sarkozy et Cécilia passe un week-end à la neige en l’absence de Jacques, resté bloqué à Paris par son émission. Marie Sarkozy part faire des courses dans le centre de la station ; quand elle revient dans sa chambre, elle n’y trouve pas son époux. Mais où est-il ? Que fait-il ? Elle va frapper à la porte de son amie Cécilia pour lui demander si elle l’a vu. Toc ! Toc ! Toc ! “Qui est là ?” “Marie !”

Gros remue-ménage à l’intérieur de la chambre, dont la porte ne s’ouvre qu’après une longue minute. Cécilia paraît essoufflée, en petite tenue. Est-elle donc en train de faire un peu de couture ? Non ! La fenêtre est grande ouverte. Des pas dans la neige. Apparemment, quelqu’un vient de s’enfuir. Son amant, certainement ! Qui cela pourrait-il être sinon Nicolas ? Marie comprend son malheur. Marie pleure. Nicolas nie. Nicolas jure être incapable d’une telle vilenie. Cécilia jure être incapable d’une telle vilenie.

Retour immédiat à Paris. Grand froid dans le ménage Sarkozy. Seul Jacques Martin ne se doute de rien. Il joue son rôle de cocu à merveille. Bien entendu, il se trouve de vrais amis pour lui apprendre la bonne nouvelle. Il ne veut pas les croire. Nicolas, son ami, son frère. Nicolas qui l’a marié. Nicolas qui est le parrain de sa gosse. Justement… Le gros Jacques parle de casser la gueule au petit Nicolas, mais il se dégonfle. En 1989, Cécilia le quitte. En 1989, Nicolas quitte Marie. Cécilia et Nicolas emménagent ensemble, puis se marient en 1996. Onze ans d’un bonheur sans nuage, jusqu’à ce que Nicolas se retrouve à son tour dans le rôle du cocu… 

Par Frédéric Lewino et Gwendoline Dos Santos

Source: lepoint.fr

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.