Suite à la mort par lapidation d’un professeur congolais en Inde, les magasins des Indiens demeurent fermés au Marché central de Kinshasa

Suite à la mort par lapidation d’un professeur congolais en Inde, les magasins des Indiens demeurent fermés au Marché central de Kinshasa

Les magasins des expatriés indiens restent fermés au Marché central et sa périphérie par peur des représailles des Kinois face aux mauvais traitements subis par des Congolais en Inde. La mort par lapidation d’un professeur congolais, tué dernièrement dans en Inde ce très grand pays d’Asie est l’élément déclencheur de la colère des Kinois.

Le Marché central de Kinshasa s’est réveillé ces deux derniers jours dans une ambiance inhabituelle. Les vendeurs ambulants communément appelés « chailleurs » se sont décidés à faire la peau aux Indiens, dont le pays vient d’être le théâtre du meurtre d’un ressortissant congolais depuis le vendredi 20 mai. Alertés, ces asiatiques ont préféré, rester dans leurs maisons et tous leurs commercessont restés fermés. Certains d’entre-eux qui ont tenté l’aventure d’ouvrir leurs magasins ont reçu des menaces de pillage. Heureusement pour eux, la police a pu les protéger de la furie de ces vendeurs ambulants.

Selon des témoignages, certains Indiens ont été accueilli ce matin par des jets de pierres qui n’ont pu être stoppés qu’avec l’arrivée de la police sur le lieu.

Dans la foulée, les Kinois soutiennent ce principe de réciprocité adopté par la population. Selon une certaine opinion, le gouvernement congolais doit également emboîter le pas à la population afin que les Congolais soient respectés à travers le monde. « Partout dans le monde, le Congolais est considéré comme une ordure. On le traite comme quelqu’un qui n’a pas de droits  alors que ce peuple rend de bons services dans tous les pays qu’il a choisi comme deuxième patrie. Cette ingratitude doit cesser », a déclaré un Kinois.

Il soutient en effet la position prise en son temps par un ancien ministre des Affaires étrangères, qui avait convoqué des diplomates en place à Kinshasa pour leur signifier la décision du gouvernement congolais d’appliquer la réciprocité contre les Etats qui ne respectent pas les Congolais.

« Vous refusez des visas aux Congolais, nous également, nous faisons la même chose. Vous expulsez les Congolais, on agit de la même façon », avait menacé ce ministre congolais.

Les travailleurs de ces Indiens, qui sont d’ailleurs payés comme des journaliers, ne sont nullement offusqués de cette action populaire. Malgré le manque à gagner, eux également croient que cette action permettra de leur remettre la dignité vendue par certains dirigeants, qui protègent ces commerçants indo-pakistanais et leur donnent le droit de disposer des Congolais comme leurs propriétés.

Jordan Mayeni Kini

Source: lephareonline.net

________________
Lire aussi: “Crime raciste en Inde : un professeur congolais tué à coups de pierre à New Delhi

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*