Suite à l’échec des négociations avec les gendarmes, le ministre de la défense échappe à une séquestration

Suite à l’échec des négociations avec les gendarmes, le ministre de la défense échappe à une séquestration

Le ministre ivoirien auprès du Président de la République chargé de la défense, Paul Koffi Koffi a échappé, mardi soir, à une séquestration après l’échec des négociations avec des gendarmes réclamant un profil de carrière, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

Quelque 300 gendarmes recrutés en 2005 selon les “critères nationaux” sous l’égide de la Police des Nations Unies (UNPOL), conformément à l’Accord de Pretoria pour répondre aux soucis de la sécurisation des élections de 2010, “ne sont pas d’accord” qu’ils “soient considérés comme des éléments recrutés en 2011”.

Ils ont été reçus, mardi, aux environs de 17h00 par le ministre Paul Koffi Koffi à son cabinet. La rencontre qui s’est achevée vers 19h30, n’a pas permis aux gendarmes d’avoir une “réponse satisfaisante de la hiérarchie”.

“Le ministre a dit à notre délégation de quatre personnes, en présence du Commandant supérieur de la gendarmerie, le Général de Corps d’armée, Gervais Kouassi que de 2005 à 2011 nous n’étions pas reconnus”, a déploré un gendarme interrogé par APA à la sortie du ministère de la défense.

“Cette situation nous pose un réel problème de pécule et de profil de carrière”, a-t-il ajouté.

“De 2005 à 2009, nous avons été affectés au sein du CCI (Centre de commandement intégré). Pendant ce temps, nous rédigions des procès-verbaux utilisés par les Procureurs. Et aujourd’hui, on nous dit qu’on n’est pas reconnu”, a poursuivi un autre gendarme.

Un témoin a par ailleurs, relevé qu’un affrontement a été évité de “justesse entre les FRCI (Forces républicaines de Côte d’Ivoire) et ces gendarmes” estimés à une cinquantaine.

La tension étant vive avec la fermeture du grand portail du ministère de la défense, “le ministre Paul Koffi Koffi est sorti par une autre porte dérobée”, explique ce témoin.

Après les échanges “infructueux” avec leur ministre de tutelle, les “gendarmes UNPOL” se sont dirigés vers Cocody dans les locaux de la Grande Chancellerie où ils comptaient “soumettre” leur “problème à la Grande Chancelière Henriette Dagri Diabaté”.

“La Grande Chancelière est en mission hors d’Abidjan (…). On nous a dit qu’elle revient demain (mercredi). Nous avons donc décidé avec nos camarades de l’intérieur du pays de nous rassembler devant la Grande chancellerie après demain jeudi”, a conclu l’un des gendarmes.

LS/hs/APA

Source : APA

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.