Suite à l’inculpation de 6 gendarmes pour «homicide volontaire» sur des agents de pompes funèbres, le FORSCI demande la tenue d’un procès équitable et crédible

Suite à l’inculpation de 6 gendarmes pour «homicide volontaire» sur des agents de pompes funèbres, le FORSCI demande la tenue d’un procès équitable et crédible

Le procureur militaire, le colonel Ange Kessy Kouamé, a révélé lors d’une conférence de presse tenue le mardi 27 juin 2017, que L’enquête ouverte par le tribunal militaire sur l’affaire tuerie de six (6) agents de pompes funèbres à Arrah a abouti à l’inculpation des accusés. Le procureur militaire, Ange Kessy Kouamé, a indiqué que les accusé seront poursuivis pour « Homicide volontaire».

Cette décision a été saluée par plusieurs organisations de la société civile, et plus particulièrement par le Forum de la société civile de Côte d’Ivoire (FORSCI). Cette organisation a, en effet, été parmi les premières à exiger qu’une enquête indépendante soit diligentée afin de faire toute la lumière sur cette tragédie d’Arrah. Ce qui fut fait.

Drame à Arrah des employés dune entreprise funéraire confondus avec des braqueurs Suite à l’inculpation de 6 gendarmes pour «homicide volontaire» sur des agents de pompes funèbres, le FORSCI demande la tenue d’un procès équitable et crédible

Dans une déclaration signée par sa présidente Pulchérie Gbalet et dont copie est parvenue à la rédaction de EBURNIENEWS.NET, le FORSCI a tenu a salué la célérité du Parquet militaire à mener cette enquête. La présidente du FORSCI, Pulchérie Gbalet, exige maintenant la tenue rapide «d’un procès équitable, crédible et susceptible de réhabiliter les disparus, d’honorer leurs mémoires par une réparation des préjudices subis». Car soutient-elle, «c’est à ce prix que la lutte contre l’impunité pourra prendre forme dans notre pays».

Ci-dessous la déclaration intégrale du FORSCI.

Suite à l’inculpation de 6 gendarmes pour «homicide volontaire» sur des agents de pompes funèbres le FORSCI demande la tenue d’un procès équitable et crédible Suite à l’inculpation de 6 gendarmes pour «homicide volontaire» sur des agents de pompes funèbres, le FORSCI demande la tenue d’un procès équitable et crédible

Rappelons que le Samedi 27 mais 2017, 5 employés d’une société funéraire SIPOFU (N’to Kouamé, Glahou Alain, Taplehi Marc, Bio Guillaume Delon et Ke Patrice) venus d’Abidjan ont été tués sans sommation par des gendarmes, alors qu’ils rentraient après avoir effectué une prestation. La 6ème victime, étranger à l’affaire est morte lorsqu’elle a pris une balle mortelle dans la fusillade.

Eburnienews.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*