Supension des “Journaux Bleus”: La colère des journalistes ivoiriens contre Raphaël Lakpé continue d’être vive. L’OJPCI et le FORDPCI haussent également le ton

Supension des “Journaux Bleus”: La colère des journalistes ivoiriens contre Raphaël Lakpé continue d’être vive. L’OJPCI et le FORDPCI haussent également le ton

Le moins que l’on puisse dire c’est que Raphaël Oré Lakpé a, pour une fois, réussi à provoquer la colère de toute la corporation des journalistes de Côte d’Ivoire avec sa dernière sanction injustifiée contre les journaux de l’opposition ivoirenne.

En effet, depuis qu’il a pris la sanction de suspension arbitraire contre les quotidiens “Lg Infos”, “Aujourd’hui ” et “La Voie Originale”, il ne se passe pratiquement plus un jour sans que les professionnels du milieu ne lui crient leur ras-le-bol.

Ainsi, après Amnesty International et l’Intersyndicale des Médias ivoiriens et l’UNJCI, c’est le tour de l’Organisation des Journalistes professionnels de Côte d’Ivoire (OJPCI) et du Forum des Directeurs de publication de Côte d’Ivoire (FORDPCI) de dénoncer les sanctions arbitraires qui frappent les journaux de l’opposition.

Pour l’OJPCI, les dernières suspensions prononcées par Raphaël Lakpé contre les quotidiens “Lg Infos”, “Aujourd’hui ” et “La Voie Originale”, mettent en péril les emplois des journalistes, et ne font «qu’accentuer la précarité dans laquelle les rédactions vivent déjà et menace, à terme, de les faire disparaitre».

Dans un communiqué dont copie est parvenue à la Rédaction de EBURNIENEWS.NET, l’OJPCI rappelle à Raphël Lakpé que le CNP «n’a pas pour vocation de faire peser l’épée de Damoclès sur la tête des journalistes, afin de donner un sens à son existence». C’est pourquoi, l’Organisation des Journalistes professionnels de Côte d’Ivoire (OJPCI) exige la levée de la suspension qui frappe ces organes de presse victimes. Car, soutient le communiqué signé par Olivier Yro, le président Bureau Exécutif de l’OJPCI, «l’interdiction de paraitre ne sont pas une réponse idéale à un délit de presse, surtout quand celui-ci n’est pas avéré».

Communiqué de l’OJPCI sur la suspension des journaux de l’opposition 1 Supension des Journaux Bleus: La colère des journalistes ivoiriens contre Raphaël Lakpé continue dêtre vive. LOJPCI et le FORDPCI haussent également le ton

Communiqué de l’OJPCI sur la suspension des journaux de l’opposition 2 Supension des Journaux Bleus: La colère des journalistes ivoiriens contre Raphaël Lakpé continue dêtre vive. LOJPCI et le FORDPCI haussent également le ton

Réuni en séance ordinaire, le 21 décembre 2016, à son siège, le Forum des Directeurs de publication de Côte d’Ivoire (FORDPCI) a de son côté produit un communiqué dans lequel, le Bureau Exécutif du FORDPCI déplore les lourdes sanctions qui frappent ces trois quotidiens et exprime sa solidarité avec aux Directeurs de publication et au personnel des journaux suspendus.

Pour FORDPCI, «les écrits incriminés relèvent plutôt des opinions des journaux suspendus et non de fautes professionnelles avérées». Le FORDPCI trouve donc les sanctions disproportionnées et «de nature à porter gravement atteinte à la liberté d’expression en général, et à la liberté de la presse en particulier», précise le communiqué.

En conséquence, le FORDPCI «demande au Conseil national de la Presse de lever purement et simplement les sanctions infligées aux quotidiens La voie Originale, LG Infos et Aujourd’hui».

Déclaration du FORDPCI sur la suspension des journaux de l’opposition Supension des Journaux Bleus: La colère des journalistes ivoiriens contre Raphaël Lakpé continue dêtre vive. LOJPCI et le FORDPCI haussent également le ton

Eburnienews.net

 

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*