Terrorisme : la famille de John Fru Ndi confirme l’enlèvement de sa sœur par les séparatistes

Terrorisme : la famille de John Fru Ndi confirme l’enlèvement de sa sœur par les séparatistes

La sœur de l’opposant camerounais John Fru Ndi, président du Social Democratic Front (SDF), a été enlevée. Elle a été capturée mercredi soir par des militants sécessionnistes à Baba II dans le nord-ouest du pays, dans l’une des deux régions du Cameroun en proie à une insurrection anglophone.

Selon sa famille, les séparatistes ont kidnappé la sœur de John Fru Ndi chez elle, avant de se diriger vers la résidence de l’opposant anglophone. Ils n’ont trouvé personne, les occupants avaient déjà quitté les lieux. Le groupe armé a donc mis le feu à la maison.

Harcèlement

Le fils du leader du SDF, Benjamin Fru Ndi, raconte que ces hommes terrorisaient le village depuis plusieurs jours : « Ils se trouvaient dans le village depuis une semaine à harceler la population pour de l’argent, à intimider les habitants. Donc nous sommes allés les rencontrer samedi dernier, le 13 octobre. Par la suite, les sécessionnistes ont fait circuler une note disant que nous avions appelé l’armée pour qu’ils les éliminent. Ils ont utilisé ce prétexte pour enlever ma tante ».

Benjamin Fru Ndi a réussi à entrer en contact avec sa tante dans la journée. Jeudi soir, les kidnappeurs n’avaient pas encore demandé de rançon. Le chauffeur de John Fru Ndi avait déjà été visé par des tirs la semaine dernière. Le président du SDF est accusé de traîtrise parce qu’il s’est toujours opposé à la partition du Cameroun. Son parti a pris part aux élections, alors que les séparatistes avaient appelé au boycott.

Le candidat du SDF à la présidentielle Joshua Osih a déclaré sur Twitter hier soir : « La maison de John Fru Ndi a été brûlée, et sa sœur enlevée, parce qu’il a voté le 7 octobre ».

Source: RFI

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.