Théodorin Obiang Nguema, le vice président de Guinée Equatoriale dénonce l’impérialisme de l’Occident en Afrique (Vidéo)

Le Vice président de Guinée Équatoriale fustige l’ingérence occidentale en Afrique, dénonce les multiples attaques des puissances impérialistes contre la Guinée Équatoriale et l’Afrique,c’était au micro du  journaliste d’Asonga TV.

La semaine dernière INTERPOL  a levé le mandat contre vous. Comment avez-vous accueilli cette information ?

– D’abord, je veux vous dire que je suis très content de cette décision. C’est une décision qui, évidemment, m’aide beaucoup dans cette lutte que je mène contre toutes ces attaques que je reçois de partout, que ce soit des États-Unis et de la France. Cette décision réduit énormément leur champ d’action puisque leur objectif était de me réduire, de rendre difficile mes déplacements, de me rendre la vie dure…

D’abord, je félicite la direction d’Interpol, c’est une décision courageuse ; derrière tout cela, nous savons que ceux qui manipulent ces attaques sont ces grandes puissances, en utilisant leurs ONG. Il s’agit cependant d’une décision courageuse, et je pense qu’ils ont su appliquer le droit et la justice.

C’était une décision importante et juste, et surtout une première : Interpol a démontré qu’on ne peut pas attaquer, bafouer les lois internationales comme le font ces pays aujourd’hui. Il existe des lois au niveau international, il existe la souveraineté des États, et je pense que cette décision démontre qu’Interpol est impartial par rapport à toutes ces attaques qui se réalisent aujourd’hui contre la Guinée équatoriale et contre ma personne .

Vous y attendiez-vous ? Car il s’agit d’un authentique combat que vous menez.

– Logiquement, je pense que je n’ai rien fait, il n’existe rien contre moi, ce sont de fausses accusations, comme tout le monde le sait. Ce sont les Occidentaux qui fabriquent ces accusations contre nous depuis des années. Ils accusent la Guinée équatoriale d’être un pays corrompu, que tous les dirigeants de Guinée équatoriale sont corrompus, mais où sont les preuves ? Quand on accuse, il faut avoir les preuves. Ce n’est pas en occident ou à l’étranger qu’ils vont commencer à crier haut et fort que tous ceux qui dirigent la Guinée équatoriale sont corrompus. Vivent-ils en Guinée équatoriale avec nous ? Ceux qui pourraient nous accuser de corruption seraient d’abord les Guinéens, pas les occidentaux, qui en réalité cherchent d’autres intérêts derrière ces attaques .

Monsieur le vice-président, cette nouvelle demande d’Interpol réduit quand même le champ d’application du mandat émis par la France. Qu’en est-il de la procédure ?

– La procédure en France… Comme je l’ai toujours dit concernant ce dossier, il n’y a rien. Ils m’accusent d’avoir acheté des biens avec les fonds publics, mais qu’ils me le démontrent. Au début ils ont dit que c’était avec l’argent du pétrole. Qu’ils demandent aux compagnies américaines, comme Exxon Mobil, Hess… Qu’ils demandent à toutes ces grandes compagnies de pétrole qui sont ici, qu’ils leur demandent pour voir où ils nous donnent cet argent. Ce sont des accusations infondées, qui n’ont aucune base, et qui ne servent qu’à déstabiliser notre pays.

Les Occidentaux essayent de nous déstabiliser depuis des années, ils ont envoyé des mercenaires, ont financé des coups d’État, et ils n’arrêtent pas, chaque année, à tout moment… ils ne dorment pas. Pour eux, la Guinée équatoriale est un pays riche, et ils ne trouvent pas normal que les Africains puissent gérer eux-mêmes leur propre richesse, sans tuteur, ou sans personne pour nous dire ce que nous devons faire.

Ici en Guinée équatoriale nous nous battons pour l’indépendance de notre pays ; nous nous battons pour nos droits. Les pères de notre indépendance se sont battus pour cette liberté que nous avons aujourd’hui, et nous continuerons cette guerre.

Nous, les Africains, nous nous battons contre cette guerre pour préserver notre indépendance. Que les Occidentaux aillent faire leur politique chez eux, et qu’ils nous laissent tranquilles. Nous, nous ne voulons rien savoir de leur politique, de ce qui se passe chez eux, qu’ils nous laissent tranquilles. C’est tout ce que j’ai à leur dire .

Une dernière question, en ce qui concerne l’affaire des biens mal acquis, le juge d’instruction n’a pas terminé, mais paradoxalement, vos biens en France ont été mis aux enchères. Face à cette contradiction, votre Excellence, que pouvez-vous nous dire ?

– D’abord, ce que je peux vous dire c’est que les deux juges français sont des marionnettes, parce qu’en réalité, je connais très bien le dossier, et ce sont les Américains qui sont derrière, parce que les accusations et toute la procédure a commencé à partir des États-Unis. Les États-Unis ont demandé de l’aide à la France : moi j’ai la copie de cette lettre, si vous voulez je peux vous la faire parvenir, je peux la publier, il n’y a pas de problème. Les États-Unis ont demandé de l’aide à la France et la France a accepté. Ils travaillent ensemble dans cette procédure pour échanger des informations et avoir les arguments suffisants pour gagner la procédure contre moi.

Les États-Unis m’ont également accusé, mais j’ai gagné à Los Angeles. Les Américains ont lancé les mêmes accusations : que le gouvernement de Guinée équatoriale était corrompu, que tout ce que j’avais acheté, comme ma maison de Los Angeles, je l’avais acheté avec l’argent du peuple, etc. Cependant, le juge George H. (Wu) a rejeté définitivement ces accusations du Département américain de Justice contre moi. Qu’ont-ils fait pour garder la face ? Et bien ils ont accepté la décision du juge, mais m’ont de nouveau accusé de ne pas avoir déclaré certains comptes bancaires aux États-Unis. Mais les comptes que je possédais aux États-Unis étaient en réalité pour la comptabilité, pour la gestion des villas, pour payer le personnel… Si c’est aussi une accusation d’avoir ces comptes, alors il n’y a pas de problème. Mais ce n’est pas pareil de parler de 30 millions de dollars et aujourd’hui on me parle de cent mille dollars.

Pour moi, cela n’a aucun sens, la seule chose qu’ils prétendent c’est de chercher pour voir s’ils trouvent quelque chose. Mes conseillers me disent que nous devons essayer de trouver un arrangement, sinon ils vont continuer jusqu’à la Cour Suprême, et nous continuons.

Dans le dossier en France, il n’y a rien. Personne n’a été mis en examen aujourd’hui. Et moi je ne peux pas comparaître devant un juge de France, parce que moi je ne suis pas Français, je n’ai pas fait d’affaires en France, je n’ai pas fait d’affaires avec un Français. Je possède juste un bien en France. Je pense qu’au niveau international c’est quelque chose qui ne peut pas se dénoncer. Comment est-il possible qu’un juge français puisse convoquer un vice-président pour qu’il déclare ? C’est comme si le juge de la Guinée équatoriale faisait la même chose, convoquer le président Hollande pour qu’il vienne déclarer pour les compagnies que la France a en Guinée équatoriale, et s’il ne se présente pas pour déclarer, on lui fait un mandat d’arrêt… Et bien c’est la même chose… Tout cela est un jeu des ennemis de la Guinée équatoriale, c’est une politique de néocolonialistes.

Donc, nous, nous continuons à nous battre. Et je remercie tous les Africains, frères et sœurs qui sont derrière moi, qui me soutiennent. Par rapport à toutes ces attaques que nous recevons de la part des Occidentaux, nous allons gagner, car nous sommes là pour nous battre. Si nous sommes les dirigeants d’Afrique, nous nous battrons contre ceux qui nous ont pillés pendant des années, qui ont pillé l’Afrique, qui ont vendu nos frères et sœurs, qui nous ont traités comme des esclaves et qui ne nous ont toujours pas indemnisés. À cause de ces gens-là, nous ne savons plus où se trouve aujourd’hui un grand nombre de nos cousins, de nos frères, beaucoup de gens… Ils ont commis un crime contre l’humanité sur ce continent. Ce sont eux qui ont commis le plus d’atrocités dans ce monde, et ce sont eux qui viennent nous insulter d’être des dictateurs, des voleurs, etc. Qui est le plus voleur ? Ce sont eux, qui nous volent les richesses de l’Afrique.

Je ne veux pas continuer sur ce sujet, mais je pense que nous sommes dans une position assez forte et je suis convaincu que nous allons gagner cette victoire. Et cette victoire je la gagne avec toute l’Afrique entière, nous allons les battre. Nous allons être forts contre toutes ces attaques de ces impérialistes. Merci .

Source: Asonga TV

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE