Théophile Kouamouo: «Je suis très loin d’être pro-Macron. Mais je n’ai pas envie de “me faire” Macron»

Théophile Kouamouo: «Je suis très loin d’être pro-Macron. Mais je n’ai pas envie de “me faire” Macron»

– Je suis très loin d’être pro-Macron.

– Mais je n’ai pas envie de “me faire” Macron, à propos de son arrogance lors de son “discours de Dakar” à lui, prononcé à Ouaga.

– Oui, il est rempli de lui-même, il est condescendant, etc.

– Je n’ai même pas envie de vitupérer les étudiants qui lui ont posé les questions qui devraient s’adresser à leur président. Ils vivent dans un pays où RFI les “informe”, où l’armée française les “protège”, où l’Institut Français les cultive et leur propose des bourses, où le Trésor français garantit leur monnaie imprimée en France… Ils ont intégré le fait que leur Etat est une sous-composante d’une entité plus grande qui est le giron français. Dans la mesure où il vaut mieux parler à Dieu qu’à ses saints, ils parlent de leurs menus problèmes à Macron.

– Ce qui me semble important est la chose suivante. Nous sommes en 2017. En 2011, la France, sous Nicolas Sarkozy, a renversé Gbagbo et tué Kadhafi. Dans la foulée, les armes qu’elle a larguées aux djihadistes qui combattaient Kadhafi et les armes qu’elle a laissé fournir aux rebelles anti-Gbagbo en Côte d’Ivoire se sont répandues dans une bonne partie de l’Afrique. Le terrorisme s’est accru “grâce” aux choix des grandes nations qui affirment le combattre.

– Et depuis lors, rien ne s’est passé. Jusqu’à présent, l’Union africaine n’a pas encore finalisé un mécanisme autonome pour se financer – donc financer ses opérations de maintien de la paix. Sur les 54 pays qui doivent intégrer ce dispositif dans leur législation, seuls une dizaine l’avaient fait lors du dernier sommet. Et cette thématique ne semble pas intéresser beaucoup de monde. On lui préfère celle sur le franc CFA, qui est légitime mais ne saurait arriver en première position : si tu récupères ton coffre-fort et que tu ne recrutes pas de vigile, c’est que tu te condamnes à te le voir voler à nouveau.

– Comme nous l’avons vu en Côte d’Ivoire, de nombreux conflits en Afrique naissent des élections, et plus largement de la question de l’exercice et de la transmission du pouvoir. A l’occasion de ces crises des institutions et de l’Etat, les nations impérialistes ont tout le loisir de faire leur petit marché géopolitique. Il serait donc peut-être temps de mettre en place des critères de convergence démocratiques au sein de l’Union africaine, une sorte de tribunal politique indépendant auprès duquel les oppositions pourraient porter plainte au lieu de prendre les armes. A l’époque, on parlait de mécanisme de surveillance des pairs. Mais tout cela a disparu dans l’océan de la complaisance et de l’auto-complaisance.

– Constatant la pusillanimité de ses pairs et l’inconséquence de leurs rares postures critiques, Macron djafoule en terrain conquis.

– “C’est la patate douce qui avait accepté qu’on la mange crue. Sinon, on a aussi essayé avec le macabo, ça n’a pas marché”, selon un proverbe urbain camerounais.

– Traduction : c’est quand tu te vautres qu’on te piétine.

– Ce sadomasochisme devrait être interdit aux moins de 18 ans.

Théophile Kouamouo

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE