Toure Néhémie Zeguen: «Libérons notre patrie sous occupation néo coloniale»

Toure Néhémie Zeguen: «Libérons notre patrie sous occupation néo coloniale»

S’il ya un fait triste et choquant qui frappe à l’œil nu tout observateur averti de la Côte d’Ivoire, c’est bien la fracture grave qui existe actuellement dans ce pays depuis l’avènement catastrophique de Ouattara Alassane au pouvoir en 2011, grâce au dictat de la communauté internationale impérialiste.

En effet sous Gbagbo, élu en Octobre 2000, il était avéré que le fondateur du FPI et père du multipartisme, fut victime dune superchérie, d’une campagne d’intoxications qui lui avait donne, à tord, la paternité d’un concept aberrant et incompris qui fut en réalité la création pure de Konan BEDIE qu’est l’Ivoirité. Comment comprendre que cet allié incestueux de Ouattara se taise en toute indignité aujourd’hui face à la souffrance du peuple ivoire pour continuer à remplir sa panse et servir ses verres énivrants oubliant ses mandats d’arrêts contre le parrain, ADO, du coup d’état qui la chasse du pouvoir en Décembre 1999.

L’opposant historique, Laurent Gbagbo qui a remué et déraciné le baobab Félix Houphouët Boigny a marqué tant les ivoiriens que les colons et impérialistes qui l’ont combattu jusqu’à mort par une rébellion et une guerre ante et postélectorale pour enfin installer leur poulain  Alassane Ouattara à coup de bombes.

Alassane Dramane Ouattara, le musulman de circonstances, grand collabo à la solde de l’establishment international ultra libéral qui décide depuis l’occident à travers leurs instruments, si non machins, de dominations que sont l’ONU, le FMI, la Banque Mondiale qui leur servent de bras de fer pour exploiter, endetter et appauvrir les pays africains, est en fait le vrai prototype des leaders africains marionnettes à la solde de l’étranger.

Ouattara impose aux ivoiriens à coups de bombes et d’intoxications

Apres que la victoire électorale de Gbagbo ait été proclamée par le Conseil Constitutionnel en 2011 la communauté internationale na pas hésité a bafouer les institutions ivoiriennes avec la complicité active de la France sous Sarkozy en duo avec les USA de Barak Obama: Attaques militaires a coup de bombes dune aviation de forces coalisées sous lOnu renforcées de mercenaires de tout acabit qui ont attaque la Présidence de la République, la Résidence présidentielle, tuant de nombreux jeunes ivoiriens aux mains nues, venus se constituer en bouclier humain devant la résidence.

Elle a préféré une guerre meurtrière a un recomptage des voix dans un contentieux électoral qu’ils avaient créé de toutes pièces, ignorant le choix souverain du peuple ivoirien qui avait élu a 52 pour cent des suffrages l’actuel locataire de la prison néo coloniale de la HAYE.

Pas étonnant quand on sait que ces pays surtout les colons n’ont pas d’amis mais des intérêts en Afrique qu’ils défendent a coups d’intox, de dictatures, surendettements et rébellions maquillées en des couvertures ethno religieuses fallacieuses.

Alors qu’ils avaient déjà monté et soutenu une rébellion qui a sévi depuis le 19 septembre 2002 jusqu’en 2011, avec une Côte d’Ivoire divisée- ou les rebelles de Ouattara et Soro levaient l’impôt, pillaient l’or, le diamant, le cacao, le bois, le café et l’ensemble des richesses de la moitie nord du pays avec l’aval de la France de Chirac et de Sarkozy et la couverture locale sous régionale cupide du Burkina Faso de Blaise Compaore,- la communauté minoritaire dominante dite internationale avait déjà cautionne la déchirure du pays.

Leur prétexte fut que les populations étrangères étaient frustrées dans leurs droits et leur nationalité dans ce pays pourtant l’un des plus hospitaliers de l’Afrique et du monde : En réalité les multinationales du cacao visaient nos terres et nos richesses pour s’accaparer la production du premier producteur mondial. Si non que doivent alors faire les autochtones en guise de vengeance sur leur propre terre aujourd’hui occupée ?

Le coût humain de leur guerre imposée à la Côte d’Ivoire va au delà de plusieurs dizaines de milliers de  victimes parmi les populations civiles ivoiriennes du Nord, de l’Est et surtout de l’Ouest avec les peuples Wê, qui ne se sont encore guère remises des barbaries dont elles ont été victimes dans leurs villages, champs et campements illégalement encore occupés par les assaillants formes et lances contre nous depuis le Burkina FASO a l’assaut du peuple d’Eburnie en septembre 2002.

En un mot comme en mille, Ouattara Alassane qui fut exceptionnellement décrété ivoirien et candidat à l’élection présidentielle de 2010 par le Président Laurent GBAGBO, grâce à leur guerre, a été imposé au peuple ivoirien pour faire plaisir aux étrangers et leurs parrains colons impérialistes dans l’unique but de contrôler et dérouter tout un peuple. Un pays avec ses richesses naturelles et économiques immenses tant convoitées par la France, les multinationales du cacao et leurs sous traitants africains sans foi ni loi sur nos terres au prix de notre sang et de nos terres.

Ouattara créé, entretient et agravé la fracture de la Côte d’Ivoire

Ainsi ils ont fait table rase sur les milliers d’ivoiriens massacrés depuis 2002 sans oublier le millier de wê victimes de génocides à Duékoué durant leur descente en Mars 2011, les milliers de patriotes tues et enterres discrètement dans les fosses communes  et autres charniers non encore dévoilés, tout en prenant soin de déporter le président légitimement  élu à la CPI à La Haye en Hollande.

Ni Ouattara, encore moins ses parrains ne s’imaginent ce que sont les traces de ces barbaries dans la mémoire du peuple d’Eburnie.

De Duékoué à Nahibly en passant par, Toulepleu, Fresco, Grand Lahou, Tabou, Agboville, Abidjan, Gagnoa, Issia, Daloa et jen passe la douleur reste vive dans la conscience ivoirienne et nos victimes ivoiriennes assassines restent à comptabiliser et honorer dans la dignité une fois la victoire finale obtenue et notre vraie histoire réécrite.

Jusqu’à présent, nonobstant quelques libérations provisoires ici et la, on n’aura pas finit de compter, malgré les dénégations du régime boiteux, les nombreux prisonniers politiques à Bouaké, Abidjan et ailleurs, parmi lesquels des centaines de militants Fpi, démocrates et patriotes ivoiriens, civiles et militaires légalistes, loyaux péjorativement qualifiés de pro GBAGBO comme si être sympathisant du père de la démocratie ivoirienne était devenu un crime impardonnable pour ce régime en mal de légitimité et leurs maîtres qui nous croient toujours inconscients et irresponsables peut être.

Les buveurs de sang et bourreaux du peuple ivoirien se baladent encore impunément comme si ce monde était à l’envers  avec leurs justices des vainqueurs à deux vitesses en Côte d’Ivoire et en Hollande par la complicité de François Hollande qui ne voit pas revenir Sarkozy au pouvoir sous la couverture républicaine de Ouattara Alassane.

Des comptes bancaires gelés, aux confiscations des terres, maisons, champs et autres biens des ivoiriens, la Cote dIvoire sous Ouattara ne s’est point cache d’appliquer une politique qu’ils ont eux même qualifiée de rattrapage ethnique, certainement celle des étrangers contre les nationaux !

Depuis lors l’administration ivoirienne a connu l’arrivée massive de militaires et fonctionnaires, cadres, populations civiles, mercenaires et manœuvres burkinabés importes  pour venir porter main forte à Ouattara, un des leurs, qui venait de gagner le jack pot au sud de la Haute Volta, en s’accaparant la Côte d’ Ivoire un pays tant convoite depuis des décennies par ces voisins collabos envieux et intellectuellement malhonnêtes. Une loi fut taillée a leur mesure pour faciliter leur naturalisation par simple déclaration et mise en vigueur pour formaliser leur brigandage dans leur colonie de peuplement franco burkinabé. Après la Révolution nous y reviendrons, clament en cœur, les ivoiriens toujours vigilants.

La France vicieuse venait ainsi malicieusement de freiner dans son élan souverainiste ce peuple ivoirien  insoumis qui n’aurait  jamais du donner un mauvais exemple de dignité à cette Afrique muselée avec ce leader de type nouveau que fut Laurent Gbagbo. Lui qui voulait redonner le pouvoir et la richesse au peuple ivoirien par une politique économique clairvoyante de développement tournée vers l’auto détermination et la solidarité africaine par une coopération équilibrée avec ses partenaires divers : Hélas.

Depuis le bombardement de Ouattara au pouvoir, malgré les illusions et rêveries clamées parles élites discréditées du régime en place, les Ivoiriens vivent le pire des calvaires qu’ils n’auront jamais pu s’imaginer depuis le temps du père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne qui avait fait de l’hospitalité légendaire ivoirienne une religion pour les populations paisibles de ce beau pays.

Aujourd’hui les ivoiriens ruminent dans leurs cachettes locales et externes leur tristesse et même leur vengence, se demandant bien si  leur pays n’est pas tombe sur la tête car dorénavant tous les autres africains ont droit à leur nationalité d’autochtone, comme à l’air, alors qu il est refuse aux ivoiriens tout droit de nationalité automatique ou de réciprocité sous le prétexte qu’il n’existe pas de vrai ivoirien authentique.

Pendant ce temps  maliens, guinéens et burkinabés vivant chez nous jouissent impunément de toutes les nationalités d’origine de leurs choix selon la circonstance, leur permettant de voter tant en Côte d’Ivoire qu’au Mali, Burkina ou Guinée selon leur bon vouloir : Triste sort pour notre Afrique ou dorénavant sous Ouattara les manœuvres agricoles burkinabés se sont approprié les terres, champs et biens de leurs tuteurs autochtones ignorant que le jour de la restauration risque d’être fatale à tous les imposteurs sans légitimité qui se moquent aujourd’hui de nos douleurs inconsolables.

Si les plus vigilants et chanceux ont pu s’exiler dans la sous région ceux qui sont restes au pays proches de leurs familles, champs et biens ont assisté le cœur meurtri à l’occupation barbare de leurs plantations, terres et maisons avec l’aval des nouvelles autorités politiques et administratives sans même broncher de peur d’être décapités. A l’Ouest dans nos champs beaucoup de pères de familles ont ainsi vu leurs conjointes courtisées et violées sans être capables de réagir.

Ceux qui sont emprisonnes depuis 2011 commencent à connaître les premiers procès qui ont débuté avec ceux de Simone GBAGBO et autres responsables du FPI laissant encore des centaines d’illustres innocents ivoiriens inconnus croupissant dans les geôles, si non mouroirs du pouvoir à travers le pays subissant sodomies, tortures physiques, malnutritions et diverses humiliations etc.

Les grandes victimes assassinées connues de ces tortures et prisons que sont Mahan Gahe Basile, Président de la Confédération Syndicale DIGNITE, et le Colonel de Police Négblé, morts suite aux tortures de sodomies dont il fut victime à la MACA, pour ne citer que ces deux, cachent mal les centaines de prisonniers politiques qui continuent de subir le martyr en Côte d’Ivoire sans que les ONG internationales, les pays donneurs de leçons coloniales comme la France et les USA ne trouvent à redire, comme sil existait pour eux une catégorie d’ivoiriens qui méritent de croupir et mourir sous la répression et les abus de tout genre sans bénéficier d’un quelconque droit, solidarité et sympathie. Les nombreux morts parmi les exilés ne se comptent plus à l’image de Gomont Diagou, ancien Maire de Cocody mort au GHANA, l’ancien ministre de l’économie Paul Antoine Bohoun Bouabre, mort en Israël, et bien d’autres inconnus à travers le pays et hors avant, pendant ou après leurs exils.

Ouattara croit au fond que seul le retour de Sarkozy au pouvoir pourra sauver son regime

Ouattara Alassane qui se débat pour ramener au pouvoir son Viel ami et parrain Sarkozy au pouvoir en France, surtout que François Hollande semble résigné et incapable de sursaut, ne se soucie guère du quotidien des populations ivoiriennes qui supportent de plus en plus mal la pauvreté grandissante, l’ivoirophobie, et l’injustice officielle des gens du pouvoir qui ont endette à nouveau la Côte d’Ivoire seulement quelque mois après avoir bénéficié du programme PPTE : Un pays où Laurent Gbagbo avait réussi à assainir l’économie nationale, avec ses budgets sécurisés de type révolutionnaires, au détriment des FMI, Banque Mondiale, France et autres prédateurs qui ne survivent que par l’endettement excessif  des pays africains et du tiers monde au profit des banquiers, des multinationales et la minorité ultra libérale qui nous gouvernent.

Dans un tel décor Alassane Ouattara se sentant libre par impunité, continue  ,depuis 4 ans, toutes les sortes d’abus et pillages et mal gouvernance contre les ivoiriens et même contre les africains vivant chez nous qui ont commencé à comprendre la supercherie qui consiste pour le RDR et ses dirigeants à faire croire qu’ils pillent le pays au profit des musulmans et des étrangers de la sous région, leur bétail électoral, alors qu’ils ne font qu’abuser de tous sans exception au profit de leur clan minoritaire, leur mafia familiale des Ouattara et Dominique Nouvian qui gère sans gêne son gouvernement parallèle.

Les impôts, et autres taxes deviennent intenables pour tous alors que le cout de la vie ne cesse d’augmenter dans un pays qui se retrouve au bord du gouffre sans aucune issue d’oxygène en vue condamnant économie à une stagnation, récession faite de chômage, et misère généralisée.

La Côte d’Ivoire digne debout et déterminée pour en découdre avec la fracture

Heureusement que le peuple digne de Côte d’Ivoire debout et digne prépare sa restauration certaine ou à tout le moins sa résurrection dans un pays qui semble de plus en plus échapper aux nationaux et autres autochtones légalistes, loyalistes et attaches à la terre de leurs ancêtres violée par Ouattara et ses bandes de criminels miliciens analphabètes qui bénéficient dune impunité révoltante.

Nous nous trouvons ainsi depuis 2011 dans un pays à deux visages pour ne pas dire entre deux Côte d’Ivoire diamétralement opposées avec d’un côté les imposteurs qui constituent le clan minoritaire, illégitime et illégal de Ouattara qui pille encore ce pays sans tenir compte de la grande misère des populations tout en cherchant à faire la part belle aux multinationales du cacao, du caoutchouc, du bois, des BTP de l’eau et de électricité qui s’enrichissent sans vergogne: Cette Côte d’Ivoire dite émergente des imposteurs, des étrangers, des falsificateurs et autres vendeurs d’illusions de la race du cousin tuteur de Blaise Compaoré est vouée à une fin tragique.

D’ailleurs le slogan, Gbagbo kafissa, qui veut dire en malinké : Gbagbo est mieux a été inventé a juste titre par les femmes ex supportrices et sympathisants désabusées de Ouattara, juste pour dire combien le mirage de Ouattara a laissé un goût amère à tous dans ce pays.

En face de l’autre côté, nous avons la CÔTE D’IVOIRE DIGNE de la grande majorité des IVORIENS, de tous les bords, de toutes les régions, religions, classes sociales qui sont désabusés, dépossédés, violes, violentes, humiliés à longueur de journées et qui meurent dans la misère dans les hôpitaux mouroirs, sur les routes, sur les lieux de travail et même à la maison car n’ayant aucun moyen consistent pour se nourrir, scolariser leurs enfants et se soigner dignement.

Cette deuxième Côte d’Ivoire qui ne voit guère les fruits de leur croissance virtuelle sans developpement à compris que les filles et fils de ce pays ne peuvent accepter éternellement ce sort de prison, de maladies, de misères et de mépris, de ségrégation dans leur propre pays.

Ce peuple digne sait que la Côte d’Ivoire a besoin de se libérer de ses chaines de servitudes pour amorcer un nouveau départ tout en libérant tant les prisonniers politiques, les terres, les comptes bancaires gelés, les libertés individuelles et collectives confisquées, les champs, maisons et propriétés privées illégalement occupées par les sanguinaires mercenaires miliciens et dozos pro Ouattara. Ces bandes de hors la loi qui se croient encore en droit de tous les crimes en toute impunité. Eux aussi se sentant ignorés et mal rémunérés ou remerciés par leurs employeurs de chefs rebelles Soro et ADO qui ne pense qua son hypothétique deuxième mandat tout aussi illégitime qu’illégal.

Les dignes ivoiriens, cette grande majorité silencieuse et martyrisée de toutes les couches sociales et obédiences sont soit sur le pied de guerre soit sur la défensive, ou encore dans la méfiance totale vis à vis des dirigeants qui semblent jubiler face à la misère des populations: Ah sils savaient, nos bourreaux! MISS Mandjara ex activiste pro Ouattara s’était suicidée devant les bureaux de Ouattara dans leur indifférence totale il ya un an de cela.

Notre espoir légitime à tous, réside dans la délivrance providentielle qui peut se présenter sous différentes formes toutes aussi légitimes les unes que les autres, car seul un changement radical pourra nous faire renaitre et batir cette Côte d’Ivoire Nouvelle tant rêvée et qui est combattue par Ouattara Alassane, l’ennemi commun des tous les Ivoiriens et leurs amis.

La CNC concentre en son sein les forces vives et l’espoir du peuple Ivoirien

Si la nouvelle Coalition Nationale pour le Changement initiée par l’ensemble de l’opposition significative et autres candidats à la prochaine élection présidentielle attire du beau monde à chacune de leurs sorties publiques, voir places Figayo et Inch allah à Yopougon et Koumaci, cet engouement représente pour Ouattara et ses sbires une véritable source de soucis si non d’insomnies cauchemardesques car ils savent très bien que cette foule qui encadre Konan Banny, Mamdou Koulibaly , KKB, Akoun LAURENT , Sangaré Abou Drahamane et autres attend mieux en vérité : Oui, un mot d’ordre véritable clair et net qui va au delà des simples meetings et discours de contestations de la légitimité de la CNI de Youssouf BAKAYOKO, de la dénonciation de l inéligibilité de Ouattara Allassane lui même : Les Ivoiriens veulent couper le mal par sa racine pour toujours car sachant Ouattara viscéralement anti démocratique, hors la loi, illégitime et  inéligible qui est juste la pour se venger des enfants d’Houphouët Boigny et Laurent Gbagbo qui ne le reconnaissent guère comme l’un des leurs.

Les Ivoiriens si non la Côte d’Ivoire, sont a la veille dune Révolution, d’un véritable changement qui est symbolisé par Laurent GBAGBO, et l’ensemble des prisonniers politiques dont Koua Justin, ASSO ADOU, Hubert Oulaye,  Simone GBAGBO, Général Dogbo Blé, Blé GOUDE et aussi par les milliers d’exilés politiques disperses à travers le monde, au Ghana, Liberia et ailleurs en Afrique, Europe mais qui souffrent et endurent leur misère dans la dignité dans l’unique espoir d’un changement véritable de type burkinabé qui a fait fuir Blaise Compaoré le parrain des Soro Guillaume et consorts.

Emile Guirieoulou, Damana Pickass, Ahoua Don Melo, Kone Katina porte parole du plus célèbre prisonnier politique du monde, Koffi Koffi Lazare, Leon Monnet et les patriotes et militants du Fpi qui soufrent leur exil soit dans les camps de refugiers du Ghana ou au Liberia sont tous les symboles de cette posture de combat de dignité que nous gardons si chèrement pour les générations futures et surtout pour vaincre.

Les milliers d’ivoiriens qui battent le pavé en Europe sont tous dans cette même posture de dignité et de libération depuis de nombreuses années et sont déterminés tous à aller jusqu’au bout et le clament en cœur à qui veut le savoir depuis les USA, l’Asie et meme partout à travers le fameux slogan : ON IRA JUSQUAU BOUT.

Les Ivoiriens ont faim et soif de pain, de riz de liberté, de bien être et de souveraineté, de paix, de cohésion sociale et de réconciliation, toutes choses que Ouattara est loin de leur procurer. Ils doivent s’en emparer par la lutte au contraire.

Les Indignés de Côte d’Ivoire, les Agoras et parlementaires patriotes et Jeunesses de Côte d’Ivoire de Samba David et Achille Gnahore, Dahi NESTOR, Koua Justin et l’ensemble des jeunes Ivoiriens savent leur mission et devoir historique, raison pour laquelle ils ont décidé daller jusqu’au bout de leur engagement pour relever ce défi qui est  le notre, sans distinction aucune : TOUS DEBOUT POUR DELIVRER  LA PATRIE.

Les Ivoiriens savent sortir en grande nombre à la Place de la République et même par millions dans la rue pour défendre leur patrie, leur cause et leur souveraineté depuis de nombreuses années déjà sous le parti unique et la transition militaire.

Ce ne sont ni les exils, ni les emprisonnements, dépossessions et humiliations qui leur feront perdre le nord comme ces autres imposteurs bourreaux qui se sont renies jusqu’à leur racine biologique au  détriment de l’intégrité qui incarne les hommes du Burkina FASO, ce beau Faso de Thomas Sankara grand panafricaniste assassiné par Blaise Compaoré il ya 27 ans.

Les ivoiriens savent que l’écrasante majorité démocratique peut et doit se faire respecter sans être obligée de prendre les armes et verser le sang humain comme en raffolent Ouattara et ses chiens de guerre.

La Côte d’Ivoire des dignes combattants, des patriotes, des démocrates et des panafricanistes est à la veille d’un grand changement, un jour nouveau ou d’une grande délivrance salvatrice qui sera encore une autre leçon pour tout un continent africain qui a foi en ce peuple et en son avenir commun.

Ouattara a le sommeil trouble par le peuple debout

Ouattara a perdu le sommeil car il se bat tout seul contre la constitution en son article 35, se sachant inéligible, contre la majorité populaire en branle et surtout aussi contre l’opinion internationale qui sait dorénavant qu’il est incapable d’unifier ce pays, réconcilier ses enfants et redonner la paix et le bon vivre ensemble qu’il ne fait que chanter sans jamais le vouloir ou même l entamer véritablement, en bon vendeur d’illusions qu’il est.

Nous ne pouvons que soutenir et encourager la CNC, Coalition Nationale pour le Changement  en Côte d’Ivoire et hors du pays car elle coalise véritablement toutes nos revendications légitimes et surtout qu’en plus nous n’avons foi qu’en la lutte pacifique pour le changement démocratique en Afrique tant prône par Laurent Gbagbo, notre guide : Doucement doucement nous sommes pressés, comme il continue encore de le dire et nous enseigner.

Nous avons foi en une Côte d’Ivoire libre et prospère qui sera le moteur d’une Afrique unie et debout sans discrimination, sans xénophobie et sans ivoirophobie aucune car nous savons que notre continent est victime de l’intoxication et de l’abus de ceux qui ont tire profit de l’esclavage, de la colonisation et de leur mondialisation à sens unique profitable qua la francafrique et aux maitres de ce monde impérialiste injuste: A mort tous ceux qui tirent notre contient Africain vers le bas.

Nous avons foi en une Afrique Unie et souveraine

Wait and see in Ivory Coast car l’Afrique démocratique est en train d’écrire une nouvelle histoire digne par  ses lettres de noblesses pour le plus grand bien de l’humanité toute entière.

Notre liberté qui est entre nos mains, à notre portée, ne nous sera jamais octroyée comme un cadeau piégé.

Nous l’obtiendrons grâce à notre sang et notre sueur de peuple conscient, conséquent, digne et déterminé dans la lutte acharnée.

Notre prospérité africaine définitive est à ce prix et nous n’avons qu’un seul choix: celui du combat de la libération vraie.

Allons y ensemble jusqu’au bout avec Laurent Gbagbo, l’esprit de Kwame Nkrumah, de Thomas Sankara, Nelson MANDELA et l’ensemble du peuple de la Côte d’Ivoire debout pour cette Afrique de fiers guerriers.

Vive la lutte de souveraineté,

Vive le peuple d’Eburnie

Vive la Côte d’Ivoire pour que vive l’Afrique

Ensemble Libérons notre patrie dorénavant sous domination néo coloniale française déguisée.

Bientôt la Victoire par Tous et pour Tous

Touré Néhémie Zeguen

Président Fondateur du Mouvement Social Panafricain pour le Developpement Integral

Contatc: zeguenonvci@gmail.com, cilciadm@gmail.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE