Trafic d’ossements au Cameroun: des comités de vigilance face au trafic d’ossements humains

Trafic d’ossements au Cameroun: des comités de vigilance face au trafic d’ossements humains

A Mbengwi, dans le nord-ouest du Cameroun, un trafic d’ossements humains prend de l’ampleur. Des individus non identifiés fouillent les tombes la nuit et emportent les os des morts.

Plusieurs villages de cette partie anglophone du Cameroun montent désormais la garde dans les cimetières pour empêcher la profanation des tombes.

Au cimetière de Mbengwi, une localité située à 15 km de Bamenda, principale ville de la région du nord-ouest du Cameroun, des jeunes hommes costauds et quelques anciens montent la garde.

La panique s’est installée dans le village après la profanation de plusieurs tombes.

“Nous gardons ces tombes ici, parce que après trois jours, quatre jours ou parfois un an on découvre que des gens viennent fouiller les tombes pour enlever les os, c’est pour cela que nous montons la garde pour veiller sur les tombes de nos parents”, explique Moussa Jean.

Les ossements humains, issus de ces tombes profanées, sont vendus à travers le Cameroun par des trafiquants.

Le 24 mars 2016, deux suspects âgés de 23 et 31 ans ont été interpellés au poste de contrôle mixte gendarmerie et police de Bamenda. Ils transportaient une valise à moto.

Lors de la fouille des bagages, les forces de l’ordre ont découvert des ossements humains. L’un des présumés trafiquants explique que ces ossements étaient destinés à un client pour la rondelette somme de 80 millions de francs CFA, soit un peu plus de 120 mille euros.

“Nous sommes venus de Bafoussam mercredi après-midi. On a attendu la nuit pour fouiller les tombes et récupérer ces crânes humains que nous comptions vendre. Et c’est sur le chemin du retour que la police nous a arrêtés. La personne qui nous a envoyés est à Bafoussam, Elle m’a dit que si nous parvenions à lui trouver ces crânes, il allait nous donner 80 millions de FCFA”, a-t-il dit.

Selon le Chef d’escadron Tumassang Natanael, commandant de la compagnie de gendarmerie de Bamenda, explique que ces ossements humains proviennent des tombes profanées à Mbengwi.

L’un des corps exhumés a été identifié par les populations du village qui n’en reviennent pas.

“C’est une surprise pour moi, je n’ai jamais vu ça de ma vie. Les gens qui creusent les tombes et enlèvent les ossements des morts, c’est surprenant. Depuis ma naissance ici à Mbengwi, je n’ai jamais vu de choses pareilles”, déclare un habitant de Mbengwi.

Selon certains féticheurs qui souhaitent garder l’anonymat, les ossements serviraient à fabriquer des remèdes traditionnels pouvant soigner les maux tels que l’infécondité, les mauvais sorts. Par ailleurs, ils conféreraient à leurs détendeurs des pouvoirs surnaturels.

“Ces ossements humains enlevés des tombes ont un grand pouvoir. Quand on fait appel aux ancêtres, c’est cet esprit qui fonctionne. Moi je n’ai pas encore ce pouvoir, mais ça soigne même la stérilité chez les femmes. On peut utiliser ces ossements humains pour évoquer l’esprit des ancêtres. Il va chasser ce mauvais esprit qui empêche la femme d’être féconde, et elle pourra accoucher librement”, indique un féticheur.

Face à la recrudescence de ce phénomène, de nombreuses familles aussitôt après l’enterrement gardent pendant des semaines leurs tombes, une façon de veiller à ce que personne ne vienne voler la dépouille.

Source: BBC

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE