Travaux d’extension du boulevard de France : La route non encore livrée est déjà dégradée

Travaux d’extension du boulevard de France : La route non encore livrée est déjà dégradée

C’est en 2015 que le boulevard de France redressé, une route longue de 5,5 km a été ouverte à la circulation. Depuis l’Etat a entrepris des travaux d’extension de cette route située dans la commune de Cocody. Malheureusement, ces travaux n’ont pas donné satisfaction puisque la nouvelle voie est dégradée par endroits.

Long de 5,5 km, le boulevard de France redressé permet aux automobilistes de rallier plus rapidement Cocody centre. Il s’étend de la sortie sud de l’université Félix Houphouët-Boigny pour se raccorder au carrefour du lycée français Jacques- Prévert et sur la voie d’accès au village de M’Badon en passant par la Riviéra Golf, le village d’Anono et l’Ivoire Golf Club. Il est matérialisé par une voie neuve en 2×2 voies sur laquelle de nombreux aménagements sécurisés ont été réalisés, afin de relier les différents quartiers et agglomérations, répondre de manière optimale au trafic de transit tout comme aux déplacements professionnels et assurer ainsi la continuité des flux.

Après l’ouverture du boulevard de France redressé en 2015, les autorités ont entrepris des travaux d’extension qui consistent au prolongement de l’ouvrage jusqu’au boulevard Mitterrand, ce projet dans un premier temps a été réalisé à hauteur de six(6) milliards de francs CFA sur une période de sept (7) mois par l’entreprise Colas.. Ces travaux ont consisté en la réalisation de plus 2,5 km de voirie bitumée, à partir du carrefour du lycée français jacques Prévert jusqu’au boulevard Mitterrand, afin de permettre aux usagers en provenance de Bingerville, de la Riviera Palmeraie et des quartiers environnants, d’avoir directement accès au boulevard de France redressé, sans passer par les carrefours de la Riviera Palmeraie et de la Riviera PK9 (ORCA). Mais voilà, les travaux n’ont, semble t-il, pas donné satisfaction. C’est donc l’entreprise DTP Succursale CI, une filiale du groupe français Bouygues qui a été chargée de réhabiliter cette voie. Le financement, selon la Lettre du Continent, site d’information internet, a été assuré par la France via le Contrat de désendettement et de développement (C2D) à hauteur de 17 milliards de francs CFA.

La mauvaise exécution des travaux, car le bitume s’en est allé à plusieurs endroits lors de cette saison des pluies, a poussé le chef de l’Etat a demandé un audit des travaux. Selon le site d’information, Alassane Ouattara a demandé à Amédée Koffi Kouakou, ministre des Infrastructures économiques de faire auditer ces travaux d’extension. Alassane Ouattara ne comprend pas comment, une voie qui vient à peine de faire l’objet d’une réhabilitation et qui n’est pas ouverte à la circulation puisse déjà être dégradée.

Mais qu’Alassane Ouattara ne s’étonne guère, c’est le lot de plusieurs chantiers en Côte d’Ivoire où les marchés sont distribués par copinage et non sur l’expertise avérée des entreprises. Ce qui intrigue cependant, c’est que l’exécutant de ces travaux soit Bouygues, une structure dont l’expertise avérée n’est pas encore dementie. Mais sa surccusale ivoirienne bénéficie-t-elle de cette expertise ?

Dodo Wlapkê

Source: Le Quotidien d’Abidjan

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE