Trois jours après la mort de Mandjara Ouattara, un homme de Dieu annonce d’autres mauvais signes | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Trois jours après la mort de Mandjara Ouattara, un homme de Dieu annonce d’autres mauvais signes
Trois jours après la mort de Mandjara Ouattara, un homme de Dieu annonce d’autres mauvais signes

Trois jours après la mort de Mandjara Ouattara, un homme de Dieu annonce d’autres mauvais signes

«Mes frères et soeurs, je vous le dis, en vérité et en vérité, les temps ne sont pas bons. Les temps sont mauvais et ils le resteront encore pendant longtemps si nous ne demeurons pas profondément dans la prière. A cause de nos pêchés et de notre méchanceté envers nos frères et soeurs, la colère de Dieu gronde et menace. Elle a commencé à se manifester et ceux qui ont les yeux, ceux qui ont le discernement,le voient dans le spirituel.Bien aimés, je vous le dis, en vérité et en vérité, la colère de Dieu sur cette nation sera terrible. Elle sera à l’image du grand amour que le Seigneur a toujours eu pour cette nation. Que les gens arrivent à s’immoler, est la preuve que nous avons franchi un pas de plus dans la bêtise humaine. Ce qui n’est pas à la gloire des décideurs, mais plutôt un mauvais signe qui annonce bien d’autres. Priez frères et soeurs, pour vous, vos proches afin que Dieu se souvienne de vous et vous épargne, dans sa colère qui, je vous le répète, sera terrible. Quant à ceux qui ne croient pas en lui, il continuera d’endurcir leurs coeurs pour que leur châtiment soit à la mesure de leur égarement. Ceux qui croient, verront car tout est déjà accompli dans le spirituel… »

Telles sont en substance, les terribles paroles délivrées hier, par l’apôtre Jean de Dieu, qui officiait en ce jour d’Assomption, devant des fidèles effrayés pour la plupart, par les révélations de leur berger, dans un quartier d’Abidjan. Si bien qu’après la fin de la séance de prière, certains fidèles continuaient de deviser sur les paroles de l’apôtre quand d’autres, à la recherche de plus de détails, mais aussi de réconfort, faisaient le pied de grue devant le petit bureau où l’homme de Dieu s’était retiré quelques instants plus tôt.

En rentrant chez elle, hier en début d’après-midi, dame Katia, une habituée de la cellule de l’apôtre Jean de Dieu, s’était mise en tête d’imposer chaque soir à sa petite maisonnée, une petite séance de prière à l’effet d’éloigner des siens, les graves présages annoncés par son berger, connu dans la communauté qu’il dirige depuis bientôt cinq ans,pour ses prédictions presqu’infaillibles.Dans une Côte d’Ivoire où les mauvaises nouvelles se multiplient chaque jour pour les populations, pour sûr, les révélations ci-haut, ne manqueront pas d’ajouter au stress ambiant. Un malaise social entretenu par l’indomptable cherté du coût de la vie, les suppressions massives d’emplois, les taxes qui sucent à la moelle, les entreprises encore viables, les coupures intempestives de la fourniture de l’eau et de l’électricité, le non paiement de la dette intérieure et le chômage des jeunes diplômés estimés aujourd’hui à plus de 5 millions.

Un tableau sombre que semble ignorer le gouvernement recroquevillé sur ses certitudes d’embellie économique qu’il est,du reste, seul à percevoir. Dans cette logique, le premier ministre,Daniel Kablan Duncan n’en finit plus de nous bassiner sur sa croissance fantomatique et Bruno Koné, le porte-parole du gouvernement,croyant avoir réponse à tout, ne manque aucune occasion de servir sa morgue habituelle et/ou se couvrir de ridicule aux yeux de ses concitoyens comme dans l’affaire Mandjara, où, réagissant mardi dernier, à l’annonce de cette jeune dame, l’homme a dit froidement que le pouvoir respectait la décision de la défunte comme si c’était de gaieté de coeur que la jeune créancière de la Présidence ivoirienne en était arrivée à cette triste fin.

Pour mémoire, c’est le 21 mai dernier,jour commémoratif de l’an 3 de l’investiture du chef de l’Etat que Mandjara Ouattara, réduite à la mendicité par la présidence qui refuse, depuis l’arrivée de Ouattara aux affaires, de payer ses factures estimées à plusieurs dizaines de millions de nos francs, a décidé de mettre fin à ses jours, en tentant de s’immoler devant les grilles du palais présidentiel, au Plateau. Ce jour-là,elle a été quelque peu stoppée dans son élan par la garde républicaine qui officiait en ces lieux.Mais le feu actionné sur son corps tout imbibé d’essence, avait eu le temps de faire des dégâts considérables.

La candidate au suicide s’en tirera avec des brûlures au 3ème degré, qui six jours plus tard, l’emporteront finalement dans l’au-delà, comme elle l’avait souhaité au départ. Depuis lors, ses proches et beaucoup d’Ivoiriens sont en état de choc face à pareil cas d’inhumanité du la part du régime. Surtout à l’endroit de ceux qui lui ont dressé l’échelle pour arriver là où il est aujourd’hui. Un pouvoir qui lui, est fortement embarrassé par cette affaire malgré les apparences. Notons qu’après la levée du corps prévue hier, à Ivosep, l’enterrement aura lieu, sauf changement de dernière heure, ce jour, à Ouangolodougou, dans le nord de la Côte d’Ivoire.

Source: Aujourd’hui

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.