Tsipras, le nouveau dirigeant de la Grèce, vient d’adresser 2 messages évocateurs à l’Europe

Tsipras, le nouveau dirigeant de la Grèce, vient d’adresser 2 messages évocateurs à l’Europe

Suite à la victoire remportée dimanche par le parti de la gauche radicale SYRIZA en Grèce, les moindres faits et gestes de son leader, Alexis Tsipras, ont été particulièrement scrutés par les observateurs internationaux.

l n’est sans doute pas anodin que pour son premier acte officiel, le futur Premier Ministre grec ait choisi de se rendre au champ de tir de Kaisariani, pour rendre hommage aux 200 militants politiques grecs qui y ont été exécutés par les Nazis le 1er mai 1944.

The Guardian :

Dans un geste hautement symbolique, il a déposé une gerbe sur le mémorial de Kaisariani, une banlieue d’Athènes où des centaines de combattants de la résistance communiste ont été exécutés par les Nazis le 1ermai 1944.

Des centaines de partisans, dont beaucoup étaient en larmes, l’ont regardé s’approcher du site. Les commentateurs grecs n’ont pu s’en empêcher : « C’est un nouveau ‘allez vous faire voir’ à l’adresse des Allemands » ».

Plus tard, Tsipras a rencontré l’ambassadeur russe, Andrey Maslov. Sans doute un autre message voilé à l’attention de l’UE…

Source: Express.be

—————————————————————–

Jour 2 du mandat: Tsipras défie l’UE et réduit de moitié le nombre de ministres en Grèce

Le nouveau Premier ministre grec Alexis Tsipras s’oppose à l’imposition de nouvelles sanctions économiques contre la Russie.

Ces derniers jours, Donald Tusk, le président du Conseil de l’Europe, avait évoqué d’envisager de « nouvelles mesures restrictives » à l’encontre de la Russie au cours de la réunion des ministres des Affaires Etrangères des Etats-membres qui doit se tenir demain. Mardi, l’UE a émis un communiqué dénonçant l’implication de la Russie dans la crise ukrainienne et appelant à des sanctions supplémentaires, suite aux attaques à la roquette qui ont eu lieu dimanche dans la ville de Marioupol.

Tsipras a pris contact avec la chef de la diplomatie européenne, Frederica Mogherini, et s’est plaint auprès d’elle de ce que ce communiqué avait été publié sans s’assurer du consentement de la Grèce, alors que l’UE devrait obtenir l’unanimité de ses 28 membres pour décider d’imposer des sanctions supplémentaires. L’année dernière, alors qu’il se trouvait en visite à Moscou, Tsipras avait déjà condamné les sanctions de l’UE contre la Russie, estimant que l’UE courait le risque «  de se tirer une balle dans le pied »

Il est possible que la Hongrie et en Slovaquie, qui n’ont donné leur accord pour de nouvelles sanctions contre la Russie, se joignent à lui pour poser leur veto sur la décision effective.

Lundi, le nouveau Premier ministre grec avait déjà envoyé un signal fort à l’Europe et à la Russie, en consacrant sa première réunion officielle à l’ambassadeur de Russie à Athènes.

Les observateurs voient dans l’attitude de Tsipras une initiative rusée. En se dissociant de l’Europe dans sa politique à l’égard la Russie, il chercherait à se ménager une marge de manœuvre pour négocier les concessions sur les conditions financières qu’il souhaite obtenir pour soulager la dette de son pays au bord de la faillite.

Tsipras veut imprimer sa marque sur la politique grecque de façon ferme et rapide: son cabinet n’est constitué que de 10 ministres, soit 12 ministres de moins que celui de son prédécesseur Samaras, qui en comptait 22. Pour la première fois, le gouvernement grec, dans lequel on ne trouve pas une seule femme, intègre également un membre en charge de la lutte contre la corruption.

Source: Express.be

 

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE