Turbulences dans le clan: HAMBAK menace

Turbulences dans le clan: HAMBAK menace

Arriviste à souhait Hamed Bakayoko menace Alassane Ouattara pour le poste de premier ministre.

Incroyable, mais vrai ! Je n’ai jamais imaginé que les petites informations que je vous livre sur le clan Ouattara auraient autant d’impact sur ses membres. Les derniers écrits de Chris Yapi ont modifié la stratégie de Ouattara. Maintenant, les prises de décisions du clan sont quelquefois biaisées par les informations que Chris Yapi donne.

Depuis les dernières publications que j’ai faites sur l’attitude d’Hamed Bakayoko après son discours griotique au Conseil politique du RHDP, discours dans lequel il se déclarait favorable à la candidature de Gon, permettez-moi le néologisme : Hambak bouillonnait de honte et de colère. Pour écrire ce discours, il a demandé conseil à son entourage. Celui-ci était divisé et uni en même. Tous sont contre la candidature de Gon, sauf que certains lui ont conseillé de jouer au malin. Faire semblant de soutenir Amadou Gon et de façon sournoise, saper sa campagne. J’imagine que tout le monde le sait maintenant. Le sachant aussi, le Président ADO a reçu Hamed Bakayoko à trois reprises. La troisième rencontre était en présence de Gon afin qu’ils fassent un autre pacte sacré. Ce qu’Hamed Bakayoko ignore, c’est qu’ADO et Gon savent bien qu’il ne joue pas franc jeu. Ils ont même des preuves de son double jeu. Le hic, c’est qu’ils n’ont pas d’option. Ils n’ont pas de plan B, puisque le clan est en train de se désagréger. Alors, le Président Ouattara multiplie les promesses à Hambak.

Quant à Hambak le futé, il a compris qu’ADO et Gon sont coincés, donc il fait monter les enchères. Il réclame ni plus ni moins les postes de Premier ministre et de Ministre de la Défense. Ça ne vous dit rien ? Ce sont les mêmes postes qu’ADO avait attribués à Guillaume Soro au sortir de la crise postélectorale pour l’amadouer et lui donner le sentiment d’être très important. Naturellement, un Ministre délégué à la Défense sera affecté à Hamed Bakayoko, il aura donc le sentiment d’être un patron incontesté, alors que ça sera un poste creux.

Évidemment, pensant que c’est une véritable aubaine, Hamed Bakayoko a sauté sur les postes promis. En plus, c’est ce dont il a toujours rêvé en se rasant tous les matins, ne se rendant même pas compte qu’on l’éloignait des troupes et des soldats, dont il se prévaut aujourd’hui pour prendre en otage le Président sortant Alassane Ouattara.

À ce sujet, sachez qu’ADO exècre d’être pris au chantage. Il aura le temps de sa revanche. Hambak sera son Premier ministre pour sept mois, le temps qu’Amadou Gon soit élu grâce au trucage envisagé par le clan.

Ensuite, ça sera la nuit des « Kong’s » couteaux. Il est évident qu’Hambak et Gon, ça ne marchera jamais, tant la suspicion est à son comble. Les preuves de la déloyauté d’Hamed Bakayoko vis-à-vis d’Alassane Ouattara sont nombreuses, et notamment des enregistrements en possession de Gon et d’ADO. Mais contre mauvaise fortune, ils font bon cœur, mais cela ne restera pas impuni. Rien ne reste impuni avec ADO. S’il n’agit pas pour l’heure, c’est juste parce qu’il ne veut pas répéter l’erreur commise avec Soro. À force d’entendre que Guillaume Soro était déloyal vis-à-vis de lui, ADO a fini par céder aux chants des cygnes, mais comment ?

Tout d’abord, Hamed Bakayoko le métronome a mis en place un stratagème qui a consisté à cibler Ouattara et identifié tous ceux en qui ce dernier avait le plus confiance. Ensuite, il les a approchés un à un, les ralliant au fait qu’il était le spécialiste du cerveau de Guillaume Soro, qu’il pouvait le lire à distance et qu’il fallait s’en méfier. La troisième étape a été de trouver des soldats qui pouvaient venir témoigner devant le Chef de l’État que Soro préparait un coup d’État. Pour leurs témoignages, Hamed Bakayoko promettait à certains de ces soldats la somme de 5 millions de FCFA et aux gros morceaux la somme de 50 millions de FCFA. Ceux qui ont refusé se sont retrouvés en prison pour atteinte à la sûreté de l’État.

À ce propos, l’exemple de Fofana Lama, un gendarme qui a consacré sa vie à ADO, demeure emblématique. Originaire de Séguéla, il s’est cru le devoir de se mettre à la disposition de son frère de région Hamed Bakayoko au ministère de l’Intérieur. Un jour, Hambak lui proposa de faire un enregistrement audio où il déclarerait connaître Guillaume Soro et que celui-ci voulait faire un coup d’État. Mais, Fofana Lama ayant refusé, il se retrouva à la DST où il fut torturé afin qu’il avoue.

Pourtant, ce dernier ne connaissait Soro, ni Adam ni d’Eve. Si vous pensez que je ne dis pas la vérité, l’on pourrait réclamer le témoignage de ce gendarme. Hélas, ce genre de cas foisonnent et certains s’en sont donnés à cœur joie ! Un concours de perversité jamais égalé dans l’histoire de la Côte d’Ivoire se joue au sommet de ce pays. Comme c’est le cas d’un certain Koné Zacharia, qui voue une haine viscérale à Soro, mais nous y reviendrons une autre fois.

Vous comprenez alors que le président Ouattara avait beau résisté à ces chants de sirènes, il a fini par succomber quand son frère Photocopie et Gon se sont ralliés à la version d’Hambak. Le destin de Guillaume Soro était ainsi scellé.

Du reste, Hamed Bakayoko a passé tout son temps au ministère de l’Intérieur à clouer Guillaume Soro au pilori. Raison pour laquelle le soldat Dramane Koné dit Dramane Ba a subi le même sort que le gendarme Fofana Lama. Même scénario, même finalité : la prison.

En effet, on lui proposa de témoigner que Guillaume Soro était à l’origine des mutineries de 2017, mais il refusa. Il fut torturé et actuellement, il risque d’être paralysé alors qu’il est toujours emprisonné à la MAMA (Maison d’Arrêt Militaire d’Abidjan).

C’est le même Hambak et son homme de main, la barbouze Stéphane Konan qui, à l’époque, avaient contacté le Ministre Roger Banchi afin qu’il témoigne contre Guillaume Soro auprès des Nations Unies. L’objectif était qu’une plainte soit portée contre Soro après lui avoir attribué la détention de centaines de tonnes d’armes. Heureusement, Roger Banchi déclina poliment l’offre sulfureuse et se réfugia en France, sa vie étant menacée. Autrement, il aurait fini en prison en Côte d’Ivoire. Là aussi, Roger Banchi pourrait porter témoignage.

Mais, le gros coup d’Hambak qui scella le sort de Guillaume Soro a été l’espion international Olivier Bazin dit Bazol qui n’était pas à son premier coup d’essai.

En fait, avant le cas Soro, Olivier Bazin qui est un ami intime d’Hamed Bakayoko avait, dans les mêmes circonstances, enregistré un homme politique du FPI. D’ailleurs, les barons du FPI, en tout cas certains d’entre eux, pourront témoigner qu’ils ont fait l’objet d’espionnage de la part d’Hamed Bakayoko. Ceux qui ont eu à négocier leur retour au pays ont dû parfois cracher dans le bassinet les deux tiers (2/3) de leur fortune. Certains ont ainsi été dépouillés de leurs biens.

Aujourd’hui, Hambak se vante d’avoir verrouillé tous les biens de Guillaume Soro et conseille aux chefs d’État étrangers, au nom Président Ouattara, de ne surtout pas recevoir Guillaume Soro.

Chers lecteurs, tant qu’Hambak ne menaçait pas les piliers du clan, ADO était tranquille. Hamed Bakayoko a tant et si bien manipulé qu’il croyait que la Primature lui reviendrait comme promis par ADO, mais aussi pour services rendus au clan en mettant hors d’état de nuire Guillaume Soro. Alors que le Président Ouattara s’apprêtait à le nommer Premier ministre et Ministre de la Défense, voilà que patatras, le PDCI-Renaissance réclame lui aussi le poste de Premier ministre estimant être lésé. Ils sont fermes : s’ils n’obtiennent pas la Primature, ils retourneront tous au PDCI ! Voilà qui est pris qui croyait prendre.

Dans les circonstances actuelles, le Président Ouattara à la marge de manœuvre réduite. Il a perdu Soro et Amon-Tanoh. Trois autres barons s’organisent pour quitter le navire RHDP. Donc, ADO ne peut se permettre de perdre Hamed Bakayoko ni le PDCI-Renaissance avec à leur tête le Vice-président Kablan Duncan.

À son tour, Hambak menace que s’il n’a pas la Primature, il claquera la porte et prendra son envol, car il se croît populaire. Faites un tour sur ses médias sociaux. Comme pour forcer la main à ADO, il joue déjà au Premier Ministre au sujet de la crise du coronavirus.

Quelle triste fin de règne pour un ADO qui avait tout pour rentrer dans l’histoire de la Côte d’Ivoire. Voilà qu’aujourd’hui, il se retrouve balloter et malmener de toutes parts.

Entre Hamed Bakayoko qui détient désormais une milice personnelle et le PDCI-Renaissance, à qui ADO offrira la Primature ?

PS : J’ai enquêté sur la milice d’Hambak et très prochainement, je vous donnerai tous les éléments et les caches d’armes qu’il détient.

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

Source: blogs.mediapart.fr

13 comments

  1. 664084 899930Hey there! Nice stuff, please maintain me posted when you post something like this! 555010

  2. 209499 613113As soon as I detected this internet website I went on reddit to share some of the enjoy with them. 552082

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.