Ukraine: Les casques bleus ne sont plus à l’ordre du jour. Paris prône maintenant la désescalade et ne compte pas envoyer des experts militaires

Ukraine: Les casques bleus ne sont plus à l’ordre du jour. Paris prône maintenant la désescalade et ne compte pas envoyer des experts militaires

Hier à Paris, les ministres des Affaires étrangères du “Quartet Normandie” ont sauvé le plan de paix pour l’Ukraine, écrit mercredi le quotidien Kommersant.

Le ministre russe Sergueï Lavrov a trouvé la réunion “utile”, dans la mesure où les parties ont fait des progrès sur la question du retrait des armes lourdes et l’intensification du dialogue politique. Les ministres ont également évoqué la proposition de Kiev d’introduire dans le Donbass des forces de maintien de la paix — des “casques bleus” — mais ne l’ont pas soutenue. Par contre, il a été décidé de renforcer sérieusement la mission d’observation de l’OSCE déjà présente en Ukraine.
Après plus de deux heures de discussions, les ministres se sont contentés de commentaires, faute d’avoir eu le temps de rédiger une déclaration commune.

Selon Sergueï Lavrov, le sujet principal des négociations était la mise en œuvre des accords de Minsk du 12 février. “Le plus important aujourd’hui est de consolider le cessez-le-feu”, a-t-il déclaré en ajoutant que, selon l’appréciation commune des parties, la situation dans le Donbass s’était “beaucoup améliorée”, même si les observateurs de l’OSCE constataient encore des “infractions sporadiques”. “Avec mes homologues, notamment français et allemand, nous estimons que le début du retrait des armements lourds sans attendre que les coups de feu cessent a une importance primordiale”, a précisé le ministre russe.

Les ministres ont également progressé sur un certain nombre de questions. Ils ont convenu de prolonger le mandat de la mission spéciale d’observation de l’OSCE en Ukraine le plus vite possible et de lui fournir du personnel, des équipements et un financement supplémentaires. Le mandat actuel de la mission expire le 21 mars et sa prolongation devra être décidée par le Conseil permanent de l’OSCE.

Les ministres ont également convenu de confier au Groupe de contact (Ukraine, insurgés, Russie et OSCE) de se pencher sur l’application des autres dispositions des accords de Minsk. “Cela concerne avant tout le processus politique avec la préparation des élections locales et de la réforme constitutionnelle”, a précisé Sergueï Lavrov. “Une autre priorité particulière est la nécessité de rétablir les liens socio-économiques et d’accorder des services bancaires aux habitants des territoires contrôlés actuellement par les insurgés”. Pour un travail plus efficace dans tous ces domaines, de trois à cinq sous-groupes seront bientôt créés dans le cadre du groupe de travail, note Kommersant.

Enfin, les ministres ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur l’initiative de Kiev d’introduire des forces de maintien de la paix de l’Onu ou d’une mission de police de l’UE dans le Donbass. “Nous croyons, avec les Allemands et les Français, qu’il serait beaucoup plus efficace de renforcer et élargir la mission d’observation de l’OSCE. Nous sommes prêts à augmenter son quota de 500 à 1000 personnes et de lui fournir tous les moyens nécessaires, explique la source de Kommersant. Aujourd’hui, nous n’avons pas besoin de proposer de nouvelles idées et d’internationaliser le conflit par tous les moyens, mais d’assurer le respect absolu des accords de Minsk qui ne disent rien des casques bleus”.

La source de Kommersant au Ministère ukrainien des Affaires étrangères précise que Kiev “considère les casques bleus comme un outil pour assurer la mise en œuvre des accords de Minsk”, et pas comme leur contre-balance. Malgré l’absence “au format normand” de l’unanimité sur cette question, l’Ukraine n’abandonnera pas l’idée des casques bleus. “Les accords de Minsk n’ont pas encore été vraiment mis en œuvre, mais ils sont déjà violés. L’appel aux forces de maintien de la paix peut s’avérer le seul moyen réel de prévenir une escalade dans le Donbass”, a déclaré une autre source diplomatique ukrainienne.

Source: sputniknews.com

——————————————————-

Paris ne compte pas envoyer des experts militaires

A la différence de Londres, qui a promis d’envoyer à Kiev ses experts militaires, Paris prône la désescalade.

La France refuse d’envisager l’envoi d’experts militaires en Ukraine, se démarquant de la “ligne dure” adoptée par la Grande-Bretagne, a déclaré mercredi le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius.

“Les Britanniques qui ne font pas partie des discussions ont une attitude extrêmement dure. Nous nous sommes sur une ligne de fermeté mais nous prônons la désescalade”, a souligné le ministre dans une interview accordée à France info.

Mardi, le premier ministre britannique David Cameron a annoncé l’envoi d’experts militaires en Ukraine le mois prochain afin d’entraîner et de conseiller l’armée du gouvernement de Kiev.


Fabius appelle les Français à quitter le Yémen… by FranceInfo

Source: sputniknews.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE