Un diplomate égyptien qualifié les Africains subsahariens de “chiens” et d’ “esclaves”

Un diplomate égyptien qualifié les Africains subsahariens de “chiens” et d’ “esclaves”

Un responsable égyptien aurait qualifié les Africains subsahariens de “chiens” et d’ “esclaves” lors d’une conférence des Nations unies au Kenya. Le Caire a promis d’ouvrir une enquête.

Dans une lettre adressée le 29 mai, l’ambassadrice du Kenya auprès du Programme des Nations unies pour l’environnement, Yvonne Khamati, accuse formellement le président de la délégation égyptienne d’avoir traité les Africains subsahariens de « chiens et esclaves » lors de l’assemblée de l’ONU pour l’environnement, qui s’est tenue la semaine dernière à Nairobi.

La diplomate kényane a confirmé l’authenticité du texte auprès de l’AFP, qui circule depuis sur Twitter, provoquant un véritable tollé sur les réseaux sociaux. « Ce sont bien ses remarques », a-t-elle insisté. Le responsable égyptien, dont elle dénonce le comportement « non-civilisé, humiliant et insultant », a tenu ces propos au moment de la séance de clôture, alors que les diplomates discutaient d’une résolution sur la bande de Gaza palestinienne.

Ce dernier s’est exprimé en arabe, mais « plusieurs diplomates ont compris ses remarques », l’arabe étant langue africaine, a souligné Yvonne Khamati qui dans sa note, réclame que l’Égypte ne représente plus l’Afrique aux réunions internationales.


L’identité du responsable égyptien encore inconnue

Répondant à un internaute sur son compte Twitter, la diplomate kényane a affirmé que le responsable égyptien en question était l’adjoint du ministre de l’Environnement, sans révéler toutefois son identité.


À travers un communiqué adressé mardi soir, le ministre égyptien de l’Environnement Khaled Fahmy, qui aurait dû mener la délégation, a indiqué qu’il ne s’était pas rendu à Nairobi, précisant que deux de ses conseillers se trouvaient déjà dans l’avion du retour au moment de la cérémonie de clôture. Selon lui, de tels propos ne pouvaient pas émaner d’un responsable gouvernemental ou d’un citoyen égyptien.

Ouverture d’une enquête

Le chef de la diplomatie égyptienne, Sameh Choukri, a ordonné l’ouverture immédiate d’une enquête pour savoir ce qu’il s’est réellement passé, a-t-il fait savoir par un communiqué, dans lequel il condamne vivement les atteintes à l’Égypte formulées dans la note de Yvonne Khamati.

Par ailleurs, au Caire, le ministre égyptien des Affaires étrangères a assuré que les informations dont il dispose jusqu’à présent démentent totalement ces accusations.

Source: Jeune Afrique

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*